Formation accélérée du "décubitus ventral" : l'hôpital de Besançon en exemple

Publié le 06/08/2020 - 18:18
Mis à jour le 06/08/2020 - 18:22

"Teams DV" •

Pour répondre à l’augmentation du nombre de patients Covid-19  souffrant du syndrome de détresse respiratoire aiguë durant la crise sanitaire, 212 volontaires ont été formés entre le 27 mars et le 15 avril au CHRU de Besançon à la mise en décubitus ventral (DV) des patients placés sous respirateur artificiel et sédatés. L’initiative « Team DV » a été saluée dans la revue scientifique Annals of Surgery et pourra servir à d’autres établissements en cas de seconde vague…

© CHRU Besançon ©
© CHRU Besançon ©

Qu’est-ce que le décubitus ventral ?

  • Le syndrome de détresse respiratoire aiguë est la forme la plus grave de l’atteinte pulmonaire liée au COVID 19. Le SDRA  est responsable d’une mortalité importante estimé entre 30 à 50 %.
  • Concrètement, il s’agit de retourner sur le ventre (puis après plusieurs heures, sur le dos) un patient totalement inconscient pour améliorer ses performances pulmonaires, permettant ainsi une meilleure oxygénation et donc une baisse de la mortalité.
  • La technique est essentielle dans la prise en charge des patients COVID, mais chronophage et difficile physiquement pour des équipes soignantes qui étaient déjà surmobilisées en réanimation.

Entre le 27 mars et le 15 avril, les équipes du CHU ont relevé un défi de taille : assurer la formation accélérée de 220 professionnels volontaires afin qu’ils puissent réaliser cette technique du "décubitus ventral". Quinze sessions de formation ont été réparties sur trois jours.

Cette initiative a suscité enthousiasme et fierté au CHRU de Besançon. "Les professionnels mobilisés ont souhaité partager cette expérience au travers d’un article publié dans la prestigieuse revue scientifique Annals of Surgery permettant de rendre accessible et applicable cette initiative dans d’autres établissements"

Des formations au centre de simulation avec des mannequins "haute-fidélité"

Les "Teams DV" étaient composées de médecins, chirurgiens, internes, infirmières de bloc opératoire et kinésithérapeutes issus du service public et du secteur privé. "Tous ont accepté de participer à cette initiative pour venir en soutien aux équipes mobilisées dans les 2 services de réanimation COVID du CHU" explique le CHRU de Besançon.  "Les sessions de formation, d’une durée d’une heure et demie, ont été dispensées par des formateurs en simulation sous la supervision d'un anesthésiste et d'un chirurgien au centre de simulation hospitalo-universitaire CHUBSIM utilisant des mannequins haute-fidélité".

Simulation et standardisation des procédures avec check-list

La formation était complétée pour l'utilisation des équipements de protection individuelle afin de réduire au maximum le risque de contamination des soignants et limiter toute surconsommation des équipements en période de pénurie.

Une check-list spécifique a été élaborée et remise à chaque Team DV pour permettre une communication optimale et réduire le risque de complications lié au DV

67 patients pris en charge par les "Teams DV"

Les patients étaient le plus souvent lourdement médicalisés, intubés, en surpoids, rendant le geste d’autant plus complexe. "Au total, 384 procédures DV ont été réalisées, avec en moyenne quatre DV par patient et une durée moyenne de retournement du patient située entre 14 et 17 minutes".

Plus de 100 heures ont été consacrées au décubitus ventral par des équipes de 5 personnes, y compris le week-end avec un taux de complications inférieur à 10%.

Pas de contamination auprès des volontaires des Teams DV

Une enquête auprès des volontaires "Team DV" a enfin constaté que les professionnels de santé avaient pu œuvrer en toute sécurité. "Aucun d’entre eux n’a déclaré avoir été contaminé par le SARS-CoV-2" note le CHRU qui note que ces volontaires demeurent mobilisables en cas de nouvelle vague épidémique.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.97
ciel dégagé
le 25/05 à 15h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
58 %