General Electric : Marie-Guite Dufay fait part de ses inquiétudes à Emmanuel Macron

Publié le 07/02/2019 - 13:05
Mis à jour le 07/02/2019 - 12:11

La Présidente de la région Bourgogne Franche-Comté a fait part de son inquiétude sur la stratégie industrielle General Electric (GE) et notamment sur la vision du groupe à moyen et longs terme sur le devenir des sites de Belfort.

marie_guite_dufay_ambassadeurs_franche-comte_017.jpg
©roman
PUBLICITÉ

« Je m’inquiète de ne pas avoir d’information claire sur la stratégie industrielle du groupe GE, et cela depuis plusieurs mois, et j’apprends par voie de presse la tenue hier, sous l’égide du ministère de l’Economie et des Finances, d’un comité de pilotage présidé par Bruno Le Maire.

Un premier bilan fait état de la création d’environ 400 emplois depuis 2015. Force est de constater que les engagements ne sont donc pas respectés.

En parallèle, la mise en place de négociations autour d’un plan de départs volontaires concernant la branche énergie du groupe – celle qui emploie près de 1 300 personnes – sur notre territoire nous interpelle sur l’absence de vision de GE à moyen et long termes sur le devenir des sites belfortains. Ces départs détruisent un environnement technique très performant, mondialement reconnu, basé sur le savoir-faire d’hommes et de femmes très motivés et attachés à une histoire industrielle forte.

Cette perte d’expertise assèche irrémédiablement des compétences quasi uniques au monde, celles de concevoir des turbines à gaz et à vapeur. Ces suppressions de postes peuvent s’expliquer par les fortes évolutions du secteur de l’énergie qui connait des bouleversements au niveau mondial et qui aurait pu être anticipé par GE.

A ce titre, encore une fois, la Région soutient cette démarche d’anticipation pour le développement d’une nouvelle forme de diversification sur d’autres marchés comme l’aéronautique, le spatial, le secteur de l’armement ou du nucléaire.

La Région Bourgogne-Franche-Comté s’est résolument engagée dans cette aide à la diversification et redynamisation territoriale via le cluster Vallée de l’Energie. La Région a décidé un programme d’accompagnement à hauteur de 200 000 euros.

Le produit des pénalités du contrat de 50 millions d’euros doit en partie être fléché dans un dispositif de redynamisation territoriale via ce cluster Vallée de l’Energie, qui est l’animateur local désigné de la stratégie de diversification, notamment des PME.

La Région Bourgogne-Franche-Comté, chef de file en matière de développement économique et de formation professionnelle, demande à nouveau à siéger au Comité de pilotage et à la mise à l’ordre du jour d’une stratégie de diversification, notamment pour les PME de notre territoire » 

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté

(Communiqué)

1 Commentaire

C'est normal, vous avez voulu vendre des parts aux Chinois ( Peugeot )de notre culture, patrimoine ect...ect... au Américains ( Alstom ) au Russe ( club Monégasque ) aux Èmirats Arabe ( PSG ) dans pas longtemps, la France sera envahi par des puissances étrangères et ce jour là,ne venez pas pleurer !!!!!!!!!!!alors qu'en France, on a le potentiel pour réussir, mais les grosses fortunes vont a l'étranger, là ou elles sont le moins taxées.................et ou ça rapporte le plus...on a colonnisé des pays et maintenant, ils se vengent...ils vont nous coloniser......adieu la France !!!!!!!
Publié le 14 fevrier à 19h31 par MACARENA • Membre

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Et si j’essayais ? », pour découvrir l’enseignement en lycée professionnel en Franche-Comté

Ouvert à tous • Du 8 au 11 avril 2019, l'opération "Et si j'essayais" se déroulera dans 10 lycées professionnels pour la première fois dans l'académie de Besançon. Qu'est-ce que c'est ? Dans quels buts ? Et pour qui ? Fabrice Peyrot, doyen du collège des inspecteurs de l'Éducation nationale en charge de la voie professionnelle et l'information et de l'orientation à l'académie de Besançon, répond à nos questions.

La Bourgogne-Franche-Comté candidate pour accueillir la première usine de batteries électriques de France à Sochaux

Dans un communiqué du 15 février 2019, la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay annonce sa volonté d'accueillir la première usine de batteries électriques de France. Elle pourrait d'ailleurs s'installer à Sochaux…

Croissance économique des entreprises en Bourgogne Franche-Comté : 2018, une année qui reste positive

Comme chaque année, la Banque de France publie les chiffres d'une enquête économique de la croissance des grandes entreprises en Bourgogne Franche-Comté. En 2018, l'année a été "bonne" quoique moindre qu'en 2017. François Sauvage, directeur départemental de la Banque de France du Doubs, nous livre ses commentaires et les perspectives pour 2019…

PSA : Le Maire se battra « pour l’avenir industriel » d’Hérimoncourt

Le ministre des Finances Bruno Le Maire a assuré ce mercredi 13 février 2019 qu'il se battrait "pour l'avenir industriel" du site de PSA à Hérimoncourt (Doubs), menacé de fermeture, assurant que le patron du constructeur automobile Carlos Tavares écrirait aux élus pour les "inviter" à en parler.

La montre imprimée en 3D disponible à l’espace Utinam de Besançon

Vidéo • Le projet qui a fait parler de lui jusque dans les colonnes du New York Times a été présenté au dernier salon Micronora en septembre 2018. Cette montre automatique imprimée en 3D a été développée par la société Stainless qui a fait appel au célèbre horloger bisontin Philippe Lebru. Découvrez comment a été imprimée en 3D cette montre automatique avec le concours de l'UIMM.

La Bourgogne-Franche-Comté enregistre la plus forte hausse de rupture conventionnelle en 2018

TRAVAIL • Dix ans après leur création, les ruptures conventionnelles séduisent toujours. En 2018, plus de 437.000 ruptures conventionnelles individuelles ont été enregistrées, soit une hausse de 3,9 % par rapport 2017. La Bourgogne-Franche-Comté caracole en tête de cette augmentation avec une hausse en 2018 de 7,6% devant la Corse (+6,4%) et l'Occitanie (+5,9%)

Hérimoncourt se mobilise contre le risque de fermeture de son usine PSA : 350 manifestants dans la rue

Près de 350 manifestants ont protesté lundi 11 février 2019 à Hérimoncourt contre la probable fermeture de l'usine PSA de la commune, berceau de la saga Peugeot, et qui compte 204 salariés. Dans le cortège qui s'est rendu de l'usine à la mairie de 13h30 à 15h00 figuraient des salariés de l'usine, des représentants syndicaux des sites PSA voisins, dont celui de Sochaux, des élus locaux et des habitants de la commune.

Et les champions de la croissance en Bourgogne Franche-Comté sont…

Pour la troisième année consécutive, le journal économique Les Échos ont établi le palmarès des 500 champions de la croissance en France récompensant "les entrepreneurs audacieux, qui réécrivent les codes du commerce, de l'industrie, de l'architecture et de la mode...". Découvrez quelles sont les dix entreprises qui sont au tableau d'honneur.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.22
ciel dégagé
le 19/02 à 18h00
Vent
1.16 m/s
Pression
998.4 hPa
Humidité
90 %

Sondage