Alerte Témoin

Grand emprunt: la Franche-Comté hérite de 13 millions pour le traitement de surface

Publié le 12/05/2011 - 17:14
Mis à jour le 12/05/2011 - 17:14

Avec d’autres régions du Grand Est, la région se voit confier un projet concernant le traitement de surface des matériaux. 13 millions d’euros seront investis dans la région.

1305213437.jpg
Malua de Carvalho, chargée de mission au Pôle de compétitivité des microtechniques de Besançon ©carvy

« On aurait dû emmener le champagne, car nous avons vraiment une bonne grande nouvelle. C’est une divine surprise pour la Franche-Comté jusque là oubliée », a déclaré ce jeudi matin à Besançon le président du pôle des Microtechniques, Etienne Boyer, en ouvrant la conférence de presse sur l’obtention par la région d’une partie du projet « Matériaux, métallurgie, procédés » dans le cadre des investissements d’avenir liés au Grand emprunt.

 

En partenariat avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, l’Université de Franche-Comté avec l’Université technologique Belfort-Montbéliard (UTBM), l’ENSMM à Besançon et le CNRS, ont remporté l’appel à projet IRT (Institut de recherche technologique) dont le campus principal sera situé à Metz. Deux autres entités seront implantées à Belfort-Montbéliard et à Troyes.

 

Le projet associe les équipes de recherches universitaires lorraines, franc-comtoises et champardennaises avec des industriels français comme Saint-Gobain PAM, Arcelor Mittal, PSA, Faurecia, Eramet, Safran… Des PME sont également impliquées par le biais des pôles de compétitivité (microtechniques, fibres, véhicule du futur, matéralia).

 

« L’objectif est de constituer un institut de recherche technologique d’excellence dans le domaine des matériaux en général, dans celui de la métallurgie et de ces procédés en particulier. Le campus franc-comtois accueillera la thématique traitement de surface. La mise en forme des matériaux, l’usinage, le découpage et l’emboutissage seront également traités », a expliqué Malua de Carvalho, chargée de mission au Pôle des microtechniques basé à Besançon.

 

« C’est une remarquable opportunité d’accélérer la constitution d’une recherche mutualisée de pointe dans le domaine des matériaux et de s’affirmer dans la thématique des traitements de surface », a complété Etienne Boyer en rappelant que la Franche-Comté est la troisième région française pour cette activité. 160 entreprises sont impliquées dans ce secteur.

 

Le président du Pôle des microtechniques a également souligné les enjeux financiers de «ce succès ». Un budget de 110 millions d’euros, dont 13 directement investis en Franche-Comté, va être dégagé sur dix ans au bénéfice de 300 chercheurs qui seront mobilisés dans cinq secteurs : amélioration des procédés de fabrication, maîtrise des installations industrielles, performance des matériaux, allègement des matériaux, recyclage et éco-conception.

 

L’Institut de recherche, qui a également bénéficié du soutien des collectivités locales, sera doté d’un statut de société privée (SAS) et aura une gouvernance associant tous les partenaires.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Les techniciens d’Enedis mobilisés durant le confinement : déjà plus de 1.000 interventions

Comme lors de la mobilisation pour les aléas climatiques, les équipes d'Enedis (ex ERDF),  en charge du réseau et de la distribution d'électricité, sont sur le terrain. Sur les territoires Alsace et Franche-Comté, 350 salariés sont mobilisés dans le cadre du service essentiel, 24h/24 et sept jours sur sept.

Automobile : les syndicats de PSA veulent attendre la fin du pic pour relancer la production

Coronavirus • Ils mettent en garde contre une reprise prématurée de la production. Les syndicats du groupe automobile estiment qu’il est nécessaire d’attendre la fin du pic épidémique pour relancer une production "de voitures qui ne sont pas vendues". La CGT dit cependant ce lundi soir son accord pour fabriquer des respirateurs à Poissy.

Crise économique du coronavirus : BGE Franche-Comté s’engage auprès des Travailleurs indépendants

Dans le contexte sanitaire actuel et au vu des conséquences sur les petites entreprises suite au confinement entamé depuis le 17 mars 2020, le réseau BGE en lien avec Le Ministère du Travail a missionné les BGE sur les territoires pour qu’elles apportent aide et conseils aux travailleurs indépendants les plus fragiles.

Entreprises, vous avez des surblouses, des masques…? Faites vous connaître

Appel au don de matériel de protection • Pour répondre aux besoins en matériel manquant dans les établissements de santé, la CCI du Doubs coordonne un nouvel appel aux dons de matériels de protection. L'hôpital de Besançon a par exemple un besoin urgent de surblouses pour le personnel soignant.
Offre d'emploi
 9.87
ciel dégagé
le 31/03 à 12h00
Vent
5.72 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
40 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune