Grands travaux dans le parc immobilier des forces de l'ordre : quels projets en Bourgogne Franche-Comté ?

Publié le 24/01/2018 - 18:28
Mis à jour le 24/01/2018 - 21:56

Gérard Collomb a annoncé ce mercredi 24 janvier 2018 la réalisation d’une nouvelle série de travaux destinée à moderniser le parc immobilier de la police et de la gendarmerie dont la vétusté est régulièrement dénoncée par les représentants des forces de l’ordre. En Bourgogne-Franche-Comté, cinq projets sont sur les rails…

 ©
©

Le nouveau plan de programmation immobilière 2018-2020 prévoit 29 nouveaux projets "d'ampleur" pour la police et 47 pour la gendarmerie, en métropole et en outre-mer, a détaillé le ministre de l'Intérieur en visite au commissariat du XIVe arrondissement de Paris.

  • Dès 2018, les crédits affectés au parc immobilier de la police grimperont de 5 % par rapport à 2017 pour s'établir à 196 millions d'euros et de 9 % pour la gendarmerie (101 millions d'euros), a-t-il précisé.

Selon la loi de programmation des finances publiques, l'enveloppe budgétaire en faveur de l'immobilier sera maintenue en 2019 et 2020 pour les policiers et sera portée à 105 millions d'euros en 2019 et 2020 pour les gendarmes. Le programme immobilier 2018-2020 du ministère prévoit pour la police 17 constructions neuves dont trois stands de tir et 12 projets de rénovation ou d'extension de commissariats et hôtels de police existants, répartis sur 25 départements métropolitains et en Guadeloupe.

En Bourgogne Franche-Comté

 Nouveau projets immobiliers lancés en 2018-2020

Police 

  • Montbéliard (1 M€) : réhabilitation du commissariat de police

Gendarmerie 

  • Dijon - Longvic (25,7 M€) : école de gendarmerie de Dijon (extension du capacitaire, réfection des réseaux, création d’un champ de tir.)?
  • Saint Claude (350 000€) : réhabilitation des locaux de service incendiés

Projets livrés au cours des années à venir

Gendarmerie

  • Dijon (7,8 M€) : livraison de la première tranche de l’école de gendarmerie (2018)?
  • Besançon (2 M €) : remplacement des menuiseries (2019)?

Étude lancée

Gendarmerie

  •  Lure : réfection (27 logements) 

Parmi les projets les plus emblématiques ou les plus coûteux pour l'Etat: la construction de nouveaux hôtels de police à Nice, (50 millions d'euros), à Amiens (25 millions), à Aulnay-sous-Bois (16 millions d'euros), Torcy, Corbeil-Essonnes, Saint-Etienne, ou la réhabilitation du commissariat du XIVe à Paris (20 millions d'euros). Sur la période 2018-2020, 30 millions seront par ailleurs consacrés à la rénovation des écoles de police, et 13 millions à la mise en conformité des stands de tir au regard des règles d'hygiène et de sécurité.

Côté gendarmes, les travaux d'extension, de rénovation et de maintenance lourde concerneront 47 sites répartis dans 38 départements, trois régions d'outre-mer ainsi qu'en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie. Quelque 9.700 logements seront concernés. Bâtie au début des années 1970, la caserne domaniale Rathelot à Nanterre, qui abrite le 1er régiment d'Infanterie de la Garde républicaine et leurs familles doit ainsi faire l'objet d'une opération de rénovation d'envergure d'un montant de 52 millions d'euros.

Présenté comme une "priorité forte" par Beauvau, le renforcement de la sécurité des casernes se verra garantir une enveloppe de 15 millions d'euros chaque année. L'état de certains bâtiments affectés aux forces de l'ordre fait depuis des années l'objet de critiques récurrentes de la part des représentants des forces de l'ordre et de collectifs indépendants d'élus qui dénoncent leur vétusté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.89
légère pluie
le 16/06 à 21h00
Vent
2.13 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
90 %