Alerte Témoin

Grève à la mutuelle Adréa : "C'est le ras-le-bol général…"

Publié le 18/01/2016 - 19:04
Mis à jour le 19/01/2016 - 11:06

75 % de grévistes en Franche-Comté selon les syndicats. Les salariés de la mutuelle étaient appelés à débrayer ce lundi 18 janvier suite à un mot d'ordre national pour  dénoncer la dégradation accrue des conditions de travail et le manque d'anticipation de la direction. A Besançon, ils étaient une cinquantaine à manifester leur mécontentement devant un des huit sites d'Adréa en France.

2016-01-18.jpg
une cinquantaine de salariés d'Adréa se sont mobilisés devant er siège au 67 rue des Cras à besançon ce lundi 18 janvier dès 9h © damien poirier

Une cinquantaine de grévistes déclarés. Certains pour une heure, d'autres pour la journée ou la demi-journée. Les agents d'Adréa Franche-Comté ont bravé le froid au matin de ce lundi 18 janvier et, fait rare, ont monté un piquet de grève devant le siège de Besançon à l'appel de l'intersyndicale CFDT CGT et FO. "C'est le ras-le-bol général face au manque de moyens, au manque d'anticipation de la direction pour faire face la loi ANI qui impose au 1er janvier 2016 une mutuelle obligatoire d'entreprise et au refus d'entamer de réelles négociations des salaires " explique la déléguée CFDT entourée de salariées découragées. (En France, 80% des salariés de mutuelle de santé sont des femmes)

"L'épuisement" des salariés et le mécontentement des adhérents

Par ailleurs la réforme des "contrats responsables" impose aux mutuelles de mettre en conformité tous les contrats d'entreprise. "C'est une surcharge importante de travail. On demande de faire plus avec autant de personnel voir moins. Les salariés sont usés. Dans certains services, on demande à deux personnes de faire le travail de cinq, et on en rajoute ! On compte plusieurs burn-out et arrêt maladie. Tout cela impacte forcément sur la qualité du service rendu aux adhérents. On est à la ramasse…"

Les griefs sont nombreux. Pression sur les plateformes téléphoniques, manque de dialogue social, soucis informatiques récurrents depuis 2012 et revalorisations salariales insuffisantes. La déléguée rappelle que les syndicats ont claqué la porte des négociations annuelles obligatoire et que la direction refuse une revalorisation "décente" des salaires en 2016.

"13 CDD à Besançon pour faire face à la surcharge de travail" 

Sur le plan salarial, la direction précise qu'elle propose de 0,2% d'augmentation pour les cadres, 0,3% pour les agents de maitrises et 0,4 % pour les autres collaborateurs. Adréa explique en outre que, depuis trois ans, les salaires les plus bas sont à 20.000 euros brut minimum par an, de 7 à 8 % au-dessus du SMIC.

Sur le reste, elle dit comprendre la situation avec une charge de travail "sans aucune mesure" due aux dispositions réglementaires (ANI, contrats responsables, ACS). "On a conscience que c'est compliqué avec l'arrivée de 3.500 contrats d'entreprises supplémentaires, dont 1.500 depuis le 1er décembre engendrant de fait une certaine pression. Cela représente 100 à 150.000  adhérents supplémentaires" explique Jean Pebrier, directeur général adjoint en charge des services aux  adhérents chez Adréa. "Pour faire face, nous avons embauché depuis le mois de mai 70 CDD dont 13 à Besançon qui, à ma connaissance s'en sort plutôt bien dans ses délais de gestion malgré la surcharge de travail. Nous avons d'ailleurs confié à Besançon le dossier Robert Bosh qui concerne 12.000 salariés. Une mise en œuvre complexe, des décisions d'entreprises tardives : nous avons été victimes de notre succès…" Jean Pebrier espère plus de sérénité d'ici 15 jours et un "retour à la normale" d'ici fin février. Les salariés, eux, se disent prêts à un autre mouvement si nécessaire. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Les musées de Besançon au bout du fil pour rompre l’isolement des plus fragiles

Les musées du Centre à Besançon tentent, depuis début avril 2020, d'adoucir le quotidien des personnes les plus fragiles et en situation d'isolement dans le cadre du confinement. Comment ? En proposant à ces publics un nouveau type de médiation culturelle : des visites par téléphone. Explications...

Des aides alimentaires et distributions de masques pour les plus vulnérables

Dans le cadre du plan d'urgence pour l'aide alimentaire, Joël Mathurin, préfet du Doubs, s'est rendu ce 20 mai 2020 au Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) Le Roseau, géré par l’ADDSEA, dans le cadre de la mise en œuvre de l’aide alimentaire et de la distribution de masques aux  personnes en situation de précarité.

Action « casserolade » des Blouses Blanches à Besançon

Dans le cadre des actions nationales des “Jeudis de la colère“ les différents collectifs de Blouses Blanches du secteur (CIU, CIH, collectif Blues Blanches, Printemps de la Psy), soutenus par SUD Santé, organisent ce jeudi 28 mai 2020 à 14 heures sur le parvis du CHRU Jean Minjoz, une action “Casserolade“ intitulée “Je#dis ma colère“.

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l'ont à nouveau chanté. Moins d'une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d'après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux "premiers de corvée"

Covid-19 : des milliers de chèques services distribués aux personnes démunies en Haute-Saône

Début avril 2020, le ministre chargé de la Ville et du Logement a lancé un dispositif exceptionnel de distribution de chèques services pour permettre aux personnes sans domicile et sans ressources de se procurer des denrées alimentaires et des produits d’hygiène. Après le Doubs, c'est au tour de la Haute-Saône de distribuer plusieurs milliers de chèques services aux personnes les plus vulnérables, est-il annoncé ce mardi 21 avril.

La BAF distribue des produits locaux aux étudiants pendant le confinement

Afin de permettre aux étudiant.e.s d’accéder à des produits alimentaires locaux, la Ville de Besançon ainsi que Grand Besançon Métropole ont souhaité apporter leur soutien à la BAF (Besançon et ses Associations Fédérées), fédération des associations étudiantes de Franche-Comté. La première distribution s'est déroulée samedi 18 avril.

Des associations demandent au gouvernement une prime de 250€ par mois pour les personnes les plus en difficulté

Le Secours catholique, APF France Handicap, la Fédération des Acteurs de la Solidarité (FAS), la Fondation Abbé Pierre, le Collectif ALERTE, Emmaüs France, l'UNIOPSS et ATD Quart Monde s'unissent pour lancer un appel au président de la République dans le cadre de la crise sanitaire. Ces associations demandent le versement d'une prime de 250€ par mois pour les personnes les plus en difficulté, selon un communiqué du 15 avril 2020.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.98
ciel dégagé
le 31/05 à 0h00
Vent
2.74 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
67 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune