Grève à la mutuelle Adréa : "C'est le ras-le-bol général…"

Publié le 18/01/2016 - 19:04
Mis à jour le 19/01/2016 - 11:06

75 % de grévistes en Franche-Comté selon les syndicats. Les salariés de la mutuelle étaient appelés à débrayer ce lundi 18 janvier suite à un mot d'ordre national pour  dénoncer la dégradation accrue des conditions de travail et le manque d'anticipation de la direction. A Besançon, ils étaient une cinquantaine à manifester leur mécontentement devant un des huit sites d'Adréa en France.

2016-01-18.jpg
une cinquantaine de salariés d'Adréa se sont mobilisés devant er siège au 67 rue des Cras à besançon ce lundi 18 janvier dès 9h © damien poirier
PUBLICITÉ

Une cinquantaine de grévistes déclarés. Certains pour une heure, d’autres pour la journée ou la demi-journée. Les agents d’Adréa Franche-Comté ont bravé le froid au matin de ce lundi 18 janvier et, fait rare, ont monté un piquet de grève devant le siège de Besançon à l’appel de l’intersyndicale CFDT CGT et FO. « C’est le ras-le-bol général face au manque de moyens, au manque d’anticipation de la direction pour faire face la loi ANI qui impose au 1er janvier 2016 une mutuelle obligatoire d’entreprise et au refus d’entamer de réelles négociations des salaires  » explique la déléguée CFDT entourée de salariées découragées. (En France, 80% des salariés de mutuelle de santé sont des femmes)

« L’épuisement » des salariés et le mécontentement des adhérents

Par ailleurs la réforme des « contrats responsables » impose aux mutuelles de mettre en conformité tous les contrats d’entreprise. « C’est une surcharge importante de travail. On demande de faire plus avec autant de personnel voir moins. Les salariés sont usés. Dans certains services, on demande à deux personnes de faire le travail de cinq, et on en rajoute ! On compte plusieurs burn-out et arrêt maladie. Tout cela impacte forcément sur la qualité du service rendu aux adhérents. On est à la ramasse…« 

Les griefs sont nombreux. Pression sur les plateformes téléphoniques, manque de dialogue social, soucis informatiques récurrents depuis 2012 et revalorisations salariales insuffisantes. La déléguée rappelle que les syndicats ont claqué la porte des négociations annuelles obligatoire et que la direction refuse une revalorisation « décente » des salaires en 2016.

« 13 CDD à Besançon pour faire face à la surcharge de travail » 

Sur le plan salarial, la direction précise qu’elle propose de 0,2% d’augmentation pour les cadres, 0,3% pour les agents de maitrises et 0,4 % pour les autres collaborateurs. Adréa explique en outre que, depuis trois ans, les salaires les plus bas sont à 20.000 euros brut minimum par an, de 7 à 8 % au-dessus du SMIC.

Sur le reste, elle dit comprendre la situation avec une charge de travail « sans aucune mesure » due aux dispositions réglementaires (ANI, contrats responsables, ACS). « On a conscience que c’est compliqué avec l’arrivée de 3.500 contrats d’entreprises supplémentaires, dont 1.500 depuis le 1er décembre engendrant de fait une certaine pression. Cela représente 100 à 150.000  adhérents supplémentaires » explique Jean Pebrier, directeur général adjoint en charge des services aux  adhérents chez Adréa. « Pour faire face, nous avons embauché depuis le mois de mai 70 CDD dont 13 à Besançon qui, à ma connaissance s’en sort plutôt bien dans ses délais de gestion malgré la surcharge de travail. Nous avons d’ailleurs confié à Besançon le dossier Robert Bosh qui concerne 12.000 salariés. Une mise en œuvre complexe, des décisions d’entreprises tardives : nous avons été victimes de notre succès… » Jean Pebrier espère plus de sérénité d’ici 15 jours et un « retour à la normale » d’ici fin février. Les salariés, eux, se disent prêts à un autre mouvement si nécessaire. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Colère du côté des agriculteurs du Doubs : une action prévue ce mardi soir à Besançon…

Colère du côté des agriculteurs du Doubs : une action prévue ce mardi soir à Besançon…

La FDSEA (fédérations de syndicats d'exploitants agricoles locaux) et les Jeunes Agriculteurs du Doubs ont décidé de se mobiliser ce 2 juillet 2019 à 20h30 au 7 rue de la Gare d’eau à Besançon (derrière la Préfecture). Cette action intervient suite à l'accord entre l'Union européenne et les pays du Mercosur (plusieurs pays d'Amérique du Sud)  pour plus de libéralisation de la commercialisation.

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

HLM du Grand Besançon et SAIEMB : une mobilisation contre la fusion prévue ce mercredi

HLM du Grand Besançon et SAIEMB : une mobilisation contre la fusion prévue ce mercredi

Le projet de fusion entre l'office public HLM de Grand Besançon Habitat et la société d'économie mixte SAIEMB sera à l'ordre du jour de la réunion du conseil d'administration de Grand Besançon Habitat (GBH) ce mercredi 5 juin 2019. Aussi, une mobilisation est prévue en amont de cette dernière à 16h00 au 6 rue André boulloche à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.7
nuageux
le 22/08 à 0h00
Vent
2.87 m/s
Pression
1024.6 hPa
Humidité
87 %

Sondage