Grève Ginko : un réseau impacté en soirée suite au mouvement des régulateurs

Publié le 02/02/2022 - 11:33
Mis à jour le 02/02/2022 - 11:18

Comprendre • Après plusieurs signalements d’usagers ne comprenant pas la paralysie du réseau Ginko en soirée depuis le vendredi 28 janvier 2022, nous avons tenté d’en savoir plus ce mercredi auprès de Carol Ambrosini, directeur marketing, clients et mobilités pour Kéolis Besançon Mobilité.

 © Damien Poirier
© Damien Poirier

Pour rappel, l’intersyndicale (FO, CFTC et CFE-CGC) a appelé à la grève les agents. La CGT, elle, affirme « ne pas cautionner » le mouvement.

Depuis le 28 janvier dernier, les bus et tramways sont à l’arrêt à partir de 20h00 suite à un mouvement de grève. En journée, les services fonctionnent comme à l’accoutumée grâce à la mobilisation des agents de Kéolis Besançon Mobilités. Au total, seulement 10 à 15 conducteurs sur 345 sont en grève chaque jour (et pour la majorité seulement 59 minutes lors de leur prise de poste). 

Une grève majoritaire des régulateurs

Selon Carol Ambrosini, directeur marketing pour Kéolis Besançon Mobilité, les perturbations en soirée s’expliquent par le fait que le mouvement est majoritairement suivi par les agents de maîtrises et régulateurs : "Il faut comprendre que les régulateurs sont aux postes de contrôle. Finalement, c’est comme dans un aéroport, ils effectuent le rôle de la tour de contrôle". 

D’ordinaire, six à sept régulateurs sont nécessaires pour faire circuler directement les tramways et bus. Le mouvement de grève perturbe donc considérablement le bon fonctionnement des services.

"Nous avons voulu privilégier la plage horaire allant de 4h00 du matin à 21h00 qui représente 97 % de la fréquentation du réseau (solaires, salariés). Nous ne sommes actuellement pas capables de courir l’intégralité du réseau. Nous savons bien que les employés de nuit sont impactés, à notre grand regret", précise Carol Ambrosini en indiquant qu’une vingtaine d’agents d’autres services avaient dû être mobilisés ( habilités à la conduite du tramway, habilités "électrique"…). 

Une grève illimitée…

Une réunion est prévue entre les membres de la Direction de Kéolis Besançon Mobilités et l’intersyndicale afin de poursuivre le dialogue ce mercredi 2 février à 14h00. Cette dernière devrait permettre d’avoir un calendrier sur la poursuite ou non du mouvement. 

Pour Carol Ambrosini, le réseau Ginko sera impacté le soir jusqu’à jeudi, mais fonctionnera en journée. Vendredi, une plus forte mobilisation est attendue et pourrait davantage perturber le réseau (il devrait fonctionner comme lors des  vacances scolaires avec un renfort mis en place sur les lignes 3 et 7). 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Renouvellement de congé de présence parentale : les règles s’assouplissent

Pour les salariés du secteur privé comme pour les agents de la fonction publique, titulaires ou non, il est désormais plus simple de renouveler, avant son terme, un congé de présence parentale ainsi que le droit de bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). Cela fait suite à un décret publié au Journal officiel le 4 février 2024, annonce service-public.fr.

Guerre à Gaza : un rassemblement pour boycotter Carrefour à Ecole-Valentin

Une dizaine de personnes se sont rassemblées devant Carrefour à Ecole-Valentin samedi 17 février 2024 vers 10h00 à l’occasion de la "journée nationale d’action #BoycottCarrefour" lancée par la campagne BDS (Boycott désinvestissement sanctions) en France. L’enseigne est accusée d’être "complice et bénéficiaire de la colonisation illégale de la Palestine".

La confédération paysanne appelle à poursuivre la mobilisation

Faute de réponse sur le revenu paysan, le syndicat de la confédération paysanne de Bourgogne-Franche-Comté appelle à une poursuite de la mobilisation, apprend-on vendredi 2 février 2024. Pour rappel, les syndicats majoritaires FNSEA et Jeunes agriculteurs ont, eux, appelés jeudi à suspendre les blocages suite aux annonces du Premier ministre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.2
pluie modérée
le 26/02 à 3h00
Vent
4.89 m/s
Pression
996 hPa
Humidité
87 %