Alerte Témoin

Huit ans de prison pour le Montbéliardais qui avait frappé à mort sa mère

Publié le 28/03/2014 - 15:23
Mis à jour le 29/03/2014 - 09:35

Le Montbéliardais de 29 ans qui comparaissait devant la cour d'assises du Doubs pour avoir frappé à mort sa mère grabataire, après avoir battu son père handicapé à coups de balai, a été condamné ce vendredi 28 mars 2014 à huit ans de prison.

Capturedcran2013121816.50.03.png
©Alexane Alfaro
Ludovic Cottez comparaissait depuis mercredi devant la cour d'assises du Doubs pour "violences volontaires ayant entraîné la mort" de sa mère, sans intention de la donner, et "violences" sur son père handicapé. Régulièrement hospitalisé pour des problèmes psychiatriques depuis 2006 et déjà condamné pour des faits de violence, Ludovic Cottez a reconnu devant la cour avoir frappé sa mère, expliquant qu'il avait eu "peur que ses cris alertent les voisins et la police".
 
"C'est la chronique d'une mort annoncée", a estimé l'avocate générale avant de requérir 12 ans de réclusion criminelle, dont 8 ans de peine de sûreté pour "faire comprendre à Ludovic Cottez qu'on ne peut pas frapper sa mère". Elle a souligné le "fonctionnement pathogène de cette famille", qui a "mis en échec toutes les procédures des services sociaux" et au "père éminemment violent et alcoolique".
 
Le matin du 11 septembre 2011, au domicile familial à Montbéliard, le jeune homme avait battu son père, comme à son habitude, en le frappant avec un balai. Sa mère aurait alors tenté d'alerter les secours, ce qui l'avait fait redoubler de colère et retourner sa fureur contre elle. Les coups de poing assénés à cette femme de 59 ans placée sous tutelle et allongée dans un lit médicalisé depuis plusieurs années, alors que l'accusé portait des bagues en métal, ont provoqué une hémorragie cérébrale fatale à la victime, décédée à l'hôpital des suites de ses blessures le lendemain.
 
"J'aimais ma mère et je regrette beaucoup", a dit l'accusé avant que les jurés ne se retirent pour délibérer. Selon son avocate Me Fabienne Roma, qui souligne le "parcours douloureux" de son client "dans un huis clos familial où les coups pleuvent, où les coups deviennent des paroles", Ludovic Cottez "n'avait pas la volonté de tuer sa mère. Il l'aimait, ils étaient fusionnels". Et l'avocate de déplorer "un fils formaté dans la violence" dans une famille, qui "est une terre meurtrière parce que le père est violent et tout puissant".
 
La famille était suivie par les services sociaux depuis de nombreuses années et la police était intervenue à 47 reprises chez elle pour des différends familiaux.
(source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Médecin urgentiste du Jura mort du Covid-19 : son épouse a porté plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France. Son épouse, Claire Loupiac avait annoncé début mai vouloir porter l'affaire devant la justice. Une plainte a été déposée ce mardi 4 août 2020. 

« Castaner assassin ! » : peine confirmée en appel pour Frédéric Vuillaume et son ex-compagne

Le leader du mouvement des Gilets jaunes à Besançon et son ex-compagne, ont été condamné en appel à la même peine "1.500 euros d'amende avec sursis" pour avoir outragé Christophe Castaner lors de sa venue à Besançon le 13 mars 2019.  Frédéric Vuillaume (FO) devrait se pourvoir en cassation.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     17.21
    peu nuageux
    le 09/08 à 3h00
    Vent
    1.03 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    80 %

    Sondage