Huit hommes incarcérés pour une tentative de braquage de fourgon en Suisse

Publié le 07/11/2019 - 16:53
Mis à jour le 07/11/2019 - 16:53

Huit hommes suspectés d'un projet d'attaque de fourgon transportant des métaux précieux en Suisse, ont été placés en détention provisoire lundi, a-t-on appris ce mardi 5 novembre 2019 auprès du parquet de Lyon.

04Policefocal.JPG

Les suspects ont été mis en examen pour "tentative de vol avec arme en bande organisée, infraction à la législation sur les armes et association de malfaiteurs", a précisé le parquet dans un communiqué.

Ces hommes, âgés de 30 à 50 ans, sont suspectés d'avoir voulu braquer un fourgon blindé en Suisse. L'enquête était menée par la police judiciaire de Lyon et l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO).

Armés de fusils d'assaut et de cagoules

Leur arrestation avait eu lieu avant qu'ils ne passent à l'action, jeudi matin sur la commune de Collonges (Ain), à quelques kilomètres de la frontière suisse.

Les policiers de l'unité spécialisée du RAID et des brigades de recherche et d'intervention (BRI) de Lyon et Dijon ont attendu toute la nuit avant d'intervenir.

Les suspects, tous gantés et vêtus de noir, étaient en possession notamment de fusils d'assaut Kalachnikov, de gants, de gilets pare-balle et de cagoules. Ils avaient aussi plusieurs véhicules volés, berlines et utilitaires, selon une source proche du dossier.

Du matériel technique de brouillage et de surveillance était aussi saisi sur place, tout comme des combinaisons de peintre et du matériel d'effraction, a précisé le parquet.

Originaires de Lyon

La plupart des suspects sont originaires de l'agglomération lyonnaise et du nord-Isère, et déjà connus des services de police, notamment pour des forfaits commis en Suisse. Un homme est originaire de la région parisienne.

Ils ont refusé de répondre aux questions des enquêteurs au cours de leur garde à vue, a ajouté la même source.

Plusieurs braquages de fourgon en Suisse ont été imputés à des équipes de malfrats lyonnais ces dernières années. En mai, neuf personnes ont été mises en examen et écrouées dans une de ces affaires, survenue en 2018 et rocambolesque car précédée de l'enlèvement de la fille d'un convoyeur de fonds.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Exactions à la Petite Hollande : le préfet du Doubs condamne et apporte des précisions

Dans la soirée du vendredi 20 novembre 2020, plusieurs individus  ont délibérément détruit du mobilier urbain à l’aide d’un véhicule de six tonnes de type "dumper" volé sur le chantier de rénovation du centre commercial des Hexagones.  "Tous les moyens nécessaires seront mis en œuvre afin que les auteurs soient rapidement interpelés et présentés devant la justice" assure-t-il.

Jonathann Daval présente ses « excuses » et fait un malaise

Jonathann Daval, jugé devant la Cour d'assises de la Haute-Saône pour le meurtre de sa femme Alexia en 2017, a présenté mercredi soir ses "excuses", ajoutant aussitôt que ce qu'il avait fait n'était "pas excusable". L'accusé s'est ensuite évanoui en plein interrogatoire et a été emmené aux urgence de Vesoul. Un point sera fait jeudi matin à 9h pour voir si le procès peut se poursuivre.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.8
ciel dégagé
le 24/11 à 9h00
Vent
0.51 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
89 %

Sondage