Alerte Témoin

Comment créer son entreprise quand on est sans emploi et sans moyens ?

Publié le 22/11/2011 - 10:46
Mis à jour le 22/11/2011 - 12:50

Installée en Franche-Comté depuis dix ans, l’Adie donne les coups de pouce financiers nécessaires pour soutenir la volonté d’entreprendre des exclus du marché du travail et du système bancaire.  

DSC_1036.JPG
A l’occasion de son dixième anniversaire, l’Adie Franche-Comté a remis le 200e microcrédit pour le maintien dans l’emploi et le 1500e microcrédit pour une création d’entreprise @carvy

Les petites rivières…

Il y a des associations qui, sans faire de bruit, rendent d’énormes services. C’est le cas en particulier pour l’Adie (association pour le droit à l’initiative économique) qui vient de fêter ses dix ans d’implantation en Franche-Comté. Cet organisme représenté dans tout le pays a contribué dans la région a créé 1400 emplois au profit de personnes exclues du marché du travail et du système bancaire et qui, grâce à l’apport financier et au soutien de l’Adie, ont pu créer leur propre entreprise. 1500 microcrédits ont été mis en place par les six salariés de l’association soutenus par une vingtaine de bénévoles.

« Une belle leçon »

Marie-Guite Dufay, présidente de la Région, qui soutient financièrement l’Adie, a salué «cette belle leçon » à l’occasion d’une remise de chèques à la Région à Besançon. « Ce sont des sommes modestes, voire très modestes, qui sont en jeu, mais qui sont d’un efficacité exemplaire et qui permettent à des gens de s’éloigner de la précarité », a-t-elle souligné en présence de Catherine Barbaroux, nouvelle présidente nationale de l’Adie, qui a succédé en mars à Maria Nowak, fondatrice de l’association en 1989 et « femme dérangeante ». Elle s’était inspirée du modèle de la Grameen Bank développé au Bengladesh par Muhammaad Yunus, prix Nobel de la paix en 2006.

« On s’occupe de ceux dont on s’occupe le moins », a résumé Catherine Barbaroux en évoquant « un projet de développement ambitieux » pour l’Adie déjà forte au niveau national de 130 antennes, 190 permanences, 450 salariés et 1700 bénévoles qui sont à l’origine de la création de 76000 entreprises avec « un taux de pérennité supérieure à la moyenne » et « seulement 2% de pertes sur les prêts ». « J’ai la conviction, comme Maria Nowak, que le développement économique ne peut et ne doit pas être dissocié de la cohésion sociale et de la lutte contre toutes les formes d’exclusion », estime Catherine Barbaroux.

« On m’a pris au sérieux »

68% des entreprises créées grâce à l’Adie sont pérennes après deux ans et 59% après trois ans. Le taux d’insertion des personnes financées est de 79%. Ces résultats plus qu’encourageants sont obtenus grâce à un suivi des bénéficiaires. Nul doute que l’argent est indispensable pour se lancer, mais l’Adie est encore plus convaincu de la nécessité d’un accompagnement. L’association a mis en place des dispositifs d’accompagnement avant, pendant et après…

Tous les jeunes présents au conseil régional ont souligné cette dimension de l’association de microcrédit. « D’abord on m’a pris au sérieux et ensuite on ne m’a pas laissé tomber une fois que j’avais touché mon prêt », a témoigné l’un d’eux. Sont très appréciés par les bénéficiaires, la réactivité de l’Adie et le temps record mis pour boucler les dossiers. Autre signe qui ne trompe pas, beaucoup de « clients » reviennent pour financer leur développement.

C’est plus particulièrement dans le domaine du commerce, secteur peu exigeant en formation initiale et en capital de départ, que s’inscrivent les projets soutenus (43% en 2010, dont 22% pour le commerce ambulant). Ensuite sont concernés le secteur des services (25%) et le bâtiment (9%). Les prêts accordés par l’association ne dépassent pas les 6000 euros.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Conjoncture du mois de juillet : incertitudes dans l’industrie, activité renforcée dans le secteur marchands

La Banque de France vient d'éditer une note de conjoncture (enquête auprès des dirigeants d'entreprises sur leur niveau d’activité) pour le mois de juillet 2020. Dans l'industrie, la production se redresse, mais reste en deçà d'un niveau jugé "normal". Dans les services marchands, l’activité s’est renforcée, à un rythme supérieur à l’attendu avec des prévisions d’activité favorables.

Et si vous mangiez "local" cet été en Bourgogne Franche-Comté ?

La Région Bourgogne-Franche-Comté a souhaité se mobiliser aux côtés des chambres départementales pour promouvoir la plateforme "J’veux du Local" permettant aux habitants de chaque département de connaître, d’entrer en contact et d’acheter les produits émanant de leurs producteurs locaux. Si la campagne d’information est régionale, la plateforme permet une mise en relation du grand public avec les acteurs de son département.

Entreprises et Covid-19 : de nouvelles mesures mises en place par l’Urssaf Franche-Comté

L’Urssaf accompagne les entreprises depuis le début de la crise sanitaire en leur permettant de reporter le paiement de leurs cotisations, de façon simple et sans aucune pénalité. Cet accompagnement continue et évolue avec la mise en place de nouvelles mesures d’accompagnement adaptées, est-il précisé ce mois d'août 2020.

Vrabiloc, une épicerie ambulante de produits en vrac, bio et locaux sillone le Grand Besançon…

Après avoir travaillé dans la restauration, Alexandra, 38 ans, a décidé de se mettre à son compte en septembre 2019 en ouvrant une épicerie itinérante dans le Grand Besançon : Vrabiloc. Son concept : proposer des produits locaux et artisanaux, frais ou sec et sans déchet. Le truc en + de son épicerie : elle est 100% autonome grâce à des panneaux solaires. Interview.

Rachat de Bombardier Transport par Alstom : « la Bourgogne Franche-Comté doit tirer son épingle du jeu » (MG Dufay)

La Commission européenne a autorisé sous conditions vendredi 31 juillet 2020 le rachat par Alstom de la branche transports du canadien Bombardier, qui donnera naissance à un géant du rail, un an et demi après le mariage avorté du groupe français avec Siemens."C’est toute la filière ferroviaire régionale qui en sort gagnante notamment pour les trois sites Alstom que compte notre territoire" a commenté Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Relocalisation du Meltblown pour la fabrication de masques en France :  une entreprise de Montbéliard se distingue…

Créée en juin 2020 à Montbéliard, la société Meltblo France a été retenue par l'État pour produire du meltblown, une matière filtrante utilisée pour la fabrication de masques chirurgicaux et de masques FFP2 et FFP3. Le projet d'investissement de Meltblo France s'élève à 4,5 M€. La Région Bourgogne Franche-Comté a décidé de soutenir la société à hauteur de 1,1 M€. La future ligne de production de meltblown devrait être opérationnelle au printemps 2021.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     16.12
    ciel dégagé
    le 15/08 à 6h00
    Vent
    0.65 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    95 %

    Sondage