La CCI du Doubs n’échappe pas à un plan d’économies

Publié le 30/01/2012 - 17:54
Mis à jour le 31/01/2012 - 09:34

La CCI du Doubs doit se serrer la ceinture. Des économies de 15% sur trois ans. Ce qui n’empêche pas le nouveau président de porter plusieurs chantiers. Dominique Roy veut notamment « rendre plus visible l’action de la Chambre ». 

dsc_3391.jpg
Dominique Roy, président de la CCI du Doubs depuis novembre 2011 @carvy
PUBLICITÉ

Baptême du feu pour Dominique Roy qui a tenu ce lundi à Besançon sa première assemblée générale de la CCI du Doubs « de bout en bout ». Elu président en novembre 2011 (20 voix sur 32) en remplacement de Gilles Curtit, qui préside désormais la CRCI, Dominique Roy a présenté ses orientations politiques 2012-2015 aux élus du Doubs en se posant la question « ça sert à quoi une Chambre ? ».

« Il y a un travail énorme fait à l’intérieur de cet établissement, mais il n’est pas rendu assez visible », a constaté le nouveau président après avoir fait le tour de tous les services de la CCI qui compte dans le Doubs une centaine de salariés.

Du coup, Dominique Roy s’est fixé comme premier objectif de « créer les conditions d’une action visible ». A chaque assemblée générale, une heure sera consacrée à la présentation des « produits »  de la CCI aux 32 élus.

Pollution de la Loue et tramway de Besançon

Il aura également à cœur de réussir la réforme consulaire qui a donné plus de poids à la chambre régionale qui est devenue « tête de réseau » et qui prend en charge l’industrie avec une vision plus large que le simple département. La loi impose également aux CCI de réduire leurs dépenses de 15% sur trois ans ce qui va entrainer des économies d’échelle, des passerelles avec la CRCI, mais aucun licenciement. Son budget annuel est de 12 millions d'euros.

Dernier point, mais non le moindre, Dominique Roy veut mettre l’accent sur les services rendus aux ressortissants (adhérents automatiques à la CCI). Qu’il s’agisse d’un système d’alerte par SMS en cas de vol ou de détection de faux billets, d‘accompagnement des « industries de nature à polluer » dans le secteur de la Loue ou la constitution d’un fonds pour la mise en place de l’accessibilité des handicapés obligatoire en 2015, le nouveau président a décidé de travailler sur plusieurs chantiers.

Sujet sensible actuellement dans la capitale régionale avec le lancement des travaux du tramway, les conséquences financières sur les 560 établissements situés sur la voie de passage ou à proximité. La CCI aura un représentant dans la commission d’indemnisation et elle s’est engagée avec le Grand Besançon et la Chambre des Métiers à entreprendre des actions d’accompagnement des commerçants grâce à des fonds européens (promotion, gestion de stocks, système collectif de livraison, expert-comptable…).

Ancien président de la CGPME de Franche-Comté

Agé de 50 ans, Dominique Roy a créé en 1986 à Besançon un hôtel d’entreprises spécialisé dans les services de domiciliation, de secrétariat, de permanence téléphonique, pour les artisans et les professionnels libéraux. Depuis 2001, il exerce également la profession d’agent immobilier d’entreprises.

Dominique Roy a été président de la CGPME de Franche-Comté, de 2003 à 2009 et président de la CGPME du Doubs de 2003 à 2006. Il est par ailleurs vice-président délégué du CESER, président de la commission Economie-Emploi.

  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Festival de la Paille : une étude pour savoir ce que veulent les festivaliers…

Festivaliers, qui êtes-vous ? • Au cours de l'édition 2018 du Festival de la Paille, le "Collectif organisation" a fait appel GECE, institut d'étude, de sondage et d'enquête afin de sonder ses festivaliers. Cette enquête a été réalisée auprès de 6 900 festivaliers "dans le but de réaffirmer un projet solide, partagé et solidaire et définir de nouvelles orientations", nous indique-t-on.

Loi PACTE : la grogne des commissaires aux comptes en Bourgogne-Franche-Comté

tribune • Dans une tribune publiée dans le journal du palais, Franck Paul et Philippe Dandon, respectivement présidents de la compagnie régionale des commissaires aux comptes de Besançon et de Dijon (CRCC) demandent au gouvernement de revoir sa copie concernant notamment le relèvement brutal des seuils d’audit légal inclus dans la Loi Pacte sur les commissaires aux comptes. Ils parlent d'un risque majeur pour l'économie française et estiment que 10.000 emplois sont menacés dans leur profession.  

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.82
ciel dégagé
le 21/03 à 3h00
Vent
2.41 m/s
Pression
1033.17 hPa
Humidité
83 %

Sondage