Alerte Témoin

La France interdira le broyage des poussins et la castration à vif des porcelets fin 2021

Publié le 28/01/2020 - 10:26
Mis à jour le 28/01/2020 - 10:22

Le broyage des poussins et la castration à vif des porcelets, deux pratiques très controversées utilisées dans l'élevage, seront interdits fin 2021, a annoncé ce mardi 28 janvier 2020 le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, qui doit détailler dans la matinée un plan pour l'amélioration du bien-être animal. Il confirme ainsi officiellement des mesures qu'il avait évoquées en novembre lors d'une interview à la radio.

poussin
image d'illustration © fietzfotos/ Pixabay

Le ministre a également annoncé avoir décidé, avec notamment l'Allemagne et l'Espagne, la mise en place "à partir de l'année prochaine" d'un étiquetage "sur le bien-être animal", sur le plateau de BFMTV-RMC. Le gouvernement prévoit de lancer une expérimentation pour garantir au consommateur une information claire sur les modes d'élevage des produits carnés qu'il achète, selon un communiqué transmis à l'AFP.

Pour le broyage des poussins, "l'objectif, c'est de forcer les entreprises, la recherche à faire cela fin 2021, (...) trouver la technique qui marche à grande échelle", a déclaré M. Guillaume.

Venant compléter et renforcer des mesures déjà en vigueur, le plan prévoit d'améliorer la qualité de vie des animaux d'élevage en mettant fin à des pratiques douloureuses dont le broyage des poussins mâles set la castration à vif des porcelets, mais également de les protéger durant les transports, selon le communiqué.

Pour aller plus loin, le Centre national de référence pour le bien-être animal est aussi saisi pour "définir les pratiques douloureuses et identifier les alternatives", indique le texte.

Le gouvernement veut également que les financements de l'État soient dès à présent "fléchés prioritairement vers des bâtiments favorisant l'expression naturelle des comportements des animaux d'élevage". Et il s'engage à militer dans les négociations en cours sur la future Politique agricole commune (PAC) européenne pour conditionner les financements aux éleveurs qui investissent dans des bâtiments d'élevage respectant des normes en matière de bien-être animal.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Gestion de la crise dans les EHPAD : Alain Joyandet interroge l’ARS 

Alain Joyandet, sénateur de la Haute-Saône a sollicité ce 7 avril 2020  Pierre Pribile, directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté pour obtenir des précisions sur la gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Coronavirus : préparer « le jour d’après »

Quel système de santé demain ? Quel monde du travail ? Et comment partager le pouvoir ? Une soixantaine de parlementaires -  dont les députés du Doubs Éric Alauzet, Denis Sommer et Frédéric Barbier -  lancent une consultation en ligne durant un mois pour préparer « le jour d'après » la crise du coronavirus.

Attention aux fake news : une fausse carte de « déconfinement » circulent sur les réseaux sociaux

Une carte arborant des logos officiels, comme celui du Ministère de l’Intérieur ainsi que celui du Ministère des Solidarités et de la Santé, est censée représenter le déconfinement progressif à venir de la France a été partagée sur les réseaux sociaux lundi 6 avril 2020. Mais cette carte est un faux selon plusieurs sources officielles, dont Matignon.

Pâtissiers-chocolatiers : comment la profession s’en sort-elle à l’approche de Pâques ?

Les pâtisseries et chocolateries ont dû fermer boutique le 15 mars 2020 suite aux recommandations de la confédération des pâtissiers et chocolatiers. Très vite ils ont rouvert suite à une dérogation qui leur a été accordée. Cependant, ils travaillent à effectif réduit et ont perdu en moyenne "90 % de leur chiffre d'affaires", nous explique ce 7 avril 2020 Bruno Grandvoinnet, président de l'union des artisans pâtissiers-chocolatiers du Doubs.

Limitation de la production de lait : « sur 90 vaches, je vais devoir en vendre 5 à 10 à l’abattoir » (Benoît, agriculteur à Gonsans)

Suite à la crise sanitaire, les ventes de fromages ont chuté. Depuis le 1er avril 2020, les syndicats de produits AOP Comté, Morbier, Mont d’Or et Bleu de Gex Haut-Jura ont décidé de diminuer les volumes de lait produit et de limiter le volume de fromages fabriqués. Les agriculteurs ont dû s'adapter en urgence. Benoît Kolly, chef d'exploitation à Gonsans.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.85
peu nuageux
le 09/04 à 3h00
Vent
0.82 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
75 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune