Alerte Témoin

La saga sociale des Lip sur le petit écran

Publié le 04/05/2012 - 16:16
Mis à jour le 05/05/2012 - 09:06

Un téléfilm diffusé samedi soir sur France 3 retrace une partie du conflit des ouvriers Lip de Besançon en 1973, à travers le personnage de Tulipe, une jeune femme qui découvre à la fois l’amour et la lutte syndicale.

mémoire

PUBLICITÉ

« Le film ravira tous les nostalgiques d’une époque pleine d’espoir où le bonheur paraissait possible, et la victoire, à portée de main ». Le commentaire du supplément télé du Nouvel Obs, qui a attribué deux cœurs au programme, est plutôt flatteur pour le téléfilm sur les Lip tourné en partie à Besançon il y a deux ans déjà. Dans la capitale régionale, on commençait d’ailleurs à se demander pourquoi le film n’était toujours pas programmé. Ce sera chose faite ce samedi soir à 20h35 sur France 3.

C’est la première fois que l’affaire Lip fait l’objet d’une œuvre de fiction. Il y a cependant eu de nombreux documentaires parmi lesquels le plus remarquable, « Les Lip, l’imagination au pouvoir » de Christian Rouaud, date de 2007.

Le tournage du téléfilm a pris plusieurs jours en mai et en juin 2010. Une des salles du conseil régional a servi de cadre au bureau du ministre du Travail et la Grande Rue de Besançon a été bouclée pour organiser une « manif ». La production qui cherchait 500 bénévoles pour « manifester » n’a finalement trouvé que 250 volontaires. Parmi eux quelques vrais anciens de chez Lip, émus de revivre en petit la grande marche des 100 000 du 29 septembre 1973, point d’orgue du mouvement. Parmi elle, Annie, qui a été de toutes les manifs à l'époque, et qui nous confiait regretter que « les jeunes d'aujourd'hui ne soient pas aussi combattifs pour défendre leurs droits ».

Le conflit Lip est certainement celui qui a fait couler le plus d’encre dans les années 70. Pendant neuf mois, les ouvriers de la première entreprise horlogère française font vivre leur slogan « C’est possible, on fabrique, on vend, on se paie ». C’est l’autogestion mise en pratique. Toute la presse s’intéresse au mouvement porté notamment par Charles Piaget, aujourd’hui âgé de 83 ans, et des « cathos de gauche ».

« Cette lutte de Lip, elle aurait été impensable il y a dix ans. Elle arrive peut-être en avance sur son temps, mais elle n’a été possible que parce qu’il y a eu Mai 68, parce qu’il y a eu un renouveau dans l’Eglise, un renouveau dans le syndicalisme et un renouveau politique », expliquait le leader syndical à l’époque. Dans le téléfilm, Charles Piaget est joué par le comédien Bernard Blancan.

« Humaniste et positif, souriant et léger comme l’était l’époque. Tel est le film que nous avons souhaité faire sans pour autant en lisser les aspérités (…) L’été des Lip a entièrement été tourné dans les lieux mêmes où se sont déroulés les faits, Besançon et sa région, et demeurera pour nous une expérience exceptionnelle, un film à part », écrit le réalisateur Dominique Ladoge.

Présenté à Besançon en 2011, le téléfilm a été bien accueilli, mais sans enthousiasme. « C’est mieux que ce que l’on craignait… Et notre lutte est bien montrée », confiait cependant Charles Piaget à L’Est Républicain.

« L’été des Lip » réalisation de Dominique Ladoge - France 3 à 20h35 - 1h40 avec Anne-Sophie Franck (Tulipe), Bernard Blancan (Piaget), Serge Riaboukine (Giuseppe), Agnès Soral (Suzanne Forestier), Lizzie Brocheré (Patricia Mélinès), Arno Chevrier (Jipe), Frédéric Van Den Driessche (Claude Neuschwander),  Florian Cadiou (Bruno), Xavier Hosten (Sébastien Chaperon), Riton Liebman (Vittot), Philippe Uchan (Burgy)…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Réforme des retraites : blocage de l’usine d’incinération et manifestation devant la sécurité sociale à Besançon

17 manifestations en Bourgogne-Franche-Comté • L'intersyndicale (CGT, FO, UNSA, SUD) des territoriaux de la Ville de Besançon, de la communauté urbaine du Grand Besançon Métropole et du CCAS, a appelé au  blocage de l'usine d'incinération des déchets de Besançon  jeudi 20 février à partir de 7 heures. Les syndicats ont par ailleurs déjà lancé un nouvel appel à se mobiliser autour du 8 mars, la journée pour les droits des femmes. Elles seraient, selon les syndicats, "les plus grandes perdantes", avec ce projet de loi sur les retraites"

Art en grève : « Sans un vrai statut, plus de statue… »

Les créateurs se sentent délaissés par les pouvoirs publics. Pour se faire entendre, un groupe du collectif Art en Grève Besançon a décidé dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 février 2020 de "mettre en grève" une douzaine de statues du centre-ville de Besançon en leur plaçant un sac sur la tête...

Baisse de moyens dans les collèges et lycées : « Blanquer déclare la guerre aux pauvres ! » (Snes)

Le syndicat dénonce la baisse de moyens pour la rentrée 2020 avec 30 postes retirés dans les collèges et lycée de l'académie de Besançon. Le Snes FSU précise que les volumes de retraits d'heures les plus importants concernent les établissements technologiques et ceux situés en zone d'éducation prioritaire comme à Planoise.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.2
ciel dégagé
le 20/02 à 15h00
Vent
3.72 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
67 %

Sondage