le "tribunal criminel départemental" en expérimentation

Publié le 26/11/2018 - 14:42
Mis à jour le 26/11/2018 - 14:59

L'Assemblée nationale a voté en fin de semaine dernière l'expérimentation voulue par le gouvernement d'un tribunal criminel départemental, ou cour criminelle, des élus de droite comme de gauche s'inquiétant d'une justice qui ne serait plus "rendue par le peuple".

vesoul_palais_de_justice_1.jpg
DR
PUBLICITÉ

Cette expérimentation votée lors de l'examen du projet de réforme de la justice en première lecture, donnera naissance à des tribunaux à mi-chemin entre tribunal correctionnel et cour d'assises, composés de cinq magistrats, pour juger des crimes punis de 15 à 20 ans de réclusion. D'abord baptisées tribunal départemental, ces instances ont été renommées cours criminelles départementales.

La mesure fait partie des sujets de mécontentement des avocats qui ont observé jeudi une "journée morte" des barreaux. Ils y voient une étape vers la disparition des cours d'assises, qui siègent avec un jury populaire.

On estime qu'environ 60% des affaires qui seront jugées dans ces instances concerneront des crimes sexuels, pour lesquels 80% des victimes sont des femmes. Les cours d'assises continueront à juger les crimes passibles de peines plus lourdes ou commis en état de récidive, et l'ensemble des crimes en appel.

L'expérimentation est prévue entre le 1er janvier 2019 et le 1er janvier 2022, dans deux départements au moins et dix départements au plus.

Aux élus d'opposition, notamment UDI-Agir s'inquiétant d'un risque de "correctionnaliser des crimes comme des viols", la ministre de la Justice Nicole Belloubet a rétorqué que c'est "justement l'un des points forts" de la réforme, qui "va permettre de juger ces crimes que sont les viols comme des crimes".

"C'est une expérimentation qui pose un vrai problème", a estimé Antoine Savignat (LR), y voyant notamment "la perte de souveraineté du peuple, la fin de la justice rendue par le peuple". Ugo Bernalicis (LFI) a aussi jugé cette disposition comme "l'apothéose de l'idée de justice qui disparaît", dénonçant le fait que le seul argument avancé est "celui des délais".

Marine Le Pen (RN) a dit craindre la "disparition pure et simple de la cour d'assises", fustigeant elle aussi la "disparition du peuple". Mme Belloubet leur a notamment rétorqué que "même les magistrats professionnels rendent la justice au nom du peuple français". Dans le cadre de l'examen de cet article, les députés ont aussi adopté un amendement du gouvernement visant à encadrer, en matière criminelle, la durée du maintien en détention provisoire dans l'attente du jugement en appel, la loi ne l'encadrant actuellement que dans l'attente du jugement en première instance. Un peu plus tôt, ils avaient adopté un amendement similaire pour encadrer ces délais cette fois en matière correctionnelle.

Un autre amendement du gouvernement est aussi venu réécrire des dispositions introduites au Sénat sur la compétence des juridictions françaises pour les crimes commis à l'étranger relevant de la compétence de la Cour pénale internationale. L'amendement permet de "concilier de façon satisfaisante à la fois la volonté de mieux poursuivre ces crimes mais également la nécessité de préserver des équilibres dans notre procédure pénale", a affirmé la ministre, le rapporteur Didier Paris (LREM) saluant une "avancée significative sur la capacité de la France de poursuivre des crimes à l'étranger".

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide : « Plus de 100 personnes mobilisées » en soutien à Emmanuel Cretin à Besançon

Emmanuel Cretin, maire de Nans-Sous-Saint-Anne avait pris (avec le vote favorable du conseil municipal) un arrêté anti-pesticide en octobre dernier. Convoqué ce 14 novembre 2019 suite à la saisine du tribunal administratif par le Préfet du Doubs, ce dernier estime que la mobilisation ce jeudi à Besançon est une "victoire".

Affaire Maëlys : l’avocat de N. Lelandais souhaite faire annuler le témoignage d’un ex co-détenu

Me Alain Jabubowicz a demandé jeudi 24 octobre 2019 aux magistrats de la cour d'appel de Grenoble d'annuler les déclarations d'un ex co-détenu de Nordahl Lelandais à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) selon les informations de RTL et du Parisien. L'ancien militaire lui aurait avoué avoir violé et battu à mort la petite Maëlys.

Suppression des juges selon les scores LREM : Belfort s’indigne

Dans un article paru ce mercredi 23 octobre 2019, Le Canard Enchaîné prétend qu'avec la réforme de la justice, certains postes de juges d'instruction sont menacés d'être supprimés dans plusieurs villes... Des villes où le parti de la majorité, LREM, n'a pas des bons scores, comme à Belfort. Dans la ville du Lion, on s'indigne...
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.31
couvert
le 21/11 à 6h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
87 %

Sondage