Le vaccino-scepticisme aussi ancien que la vaccination, explique un historien

Publié le 10/09/2021 - 15:02
Mis à jour le 11/09/2021 - 16:43

Pasteur lui-même avait été traité d’« apprenti sorcier » : le « vaccino-scepticisme » est aussi ancien que la vaccination elle-même, rappelle Laurent-Henri Vignaud de l’université de Bourgogne, auteur de « Antivax », ouvrage qui retrace les deux siècles du mouvement.

 © Twitter @HenriVignaud
© Twitter @HenriVignaud

"Cela a toujours existé", souligne dans un entretien M. Vignaud, historien des sciences à l'Université de Bourgogne, à Dijon, qui a publié "Antivax" avec Françoise Salvadori (Vendémiaire Editions).

Ainsi, le médecin anglais Edward Jenner, considéré comme le père de la vaccination, suscite la controverse quand, en 1796, il inocule à un homme la vaccine, une maladie bovine proche de la variole mais nettement moins grave. L'immunisation réussit "mais des médecins l'assurent : transmettre du sang de vache va vous transformer en vache", raconte l'historien.

Le débat reste "strictement médical" avant que, en 1853, une loi anglaise impose la vaccination contre la variole aux enfants de familles sous assistance publique : en cas de refus, elles n'auront plus droit aux aides sociales.

Contre ce "chantage", "l'opposition devient politique" et des manifestations s'organisent, dont la plus importante réunit à Leicester, en 1885, 100.000 personnes.

Ces premiers "antivax" de l'Histoire auront gain de cause: en 1906-07, une loi anglaise étend l'obligation vaccinale mais permet à chacun d'en être exempté en signant une clause de conscience, ce qui est d'ailleurs toujours en vigueur au Royaume-Uni.

D'autres manifestations auront lieu en Europe et en Amérique mais rarement en France car la loi de 1902 portant obligation vaccinale n'est guère appliquée. "Le contrôle est confié aux maires, peu favorables à l'idée d'aller mettre des amendes à leurs citoyens. Quant à l'obligation de vaccination dans les écoles, les instituteurs ne se voient pas en policiers", comme, plus tard, certains restaurateurs...

En revanche, l'opposition du monde médical sera vive quand Pasteur invente le vaccin contre la rage en 1885. "Il est très mal accueilli et considéré comme un apprenti sorcier", explique M. Vignaud.

Mais Pasteur "démontre qu'il est possible de fabriquer d'autres vaccins", en particulier contre la typhoïde, largement utilisé lors de la Première Guerre mondiale, face à une "opposition marginale".

Puis, dans les années 1950-60, "l'enthousiasme scientiste fait qu'on vaccine massivement", notamment contre la polio.

La "spécificité française"

Le "basculement de l'opinion interviendra à la fin des années 1960" avec la multiplication de procès aux États-Unis contre les effets secondaires des vaccins. En 1986, on dresse alors une liste d'effets secondaires pour lesquels des victimes seront indemnisées. Pour la première fois, on admet que des vaccins peuvent nuire: "ça rend le doute légitime", raconte l'historien.

C'est le même doute qui s'installe en France à la fin des années 1990: la vaccination systématique des adolescents contre l'hépatite B est alors lancée avant d'être vite suspendue suite à un rapport craignant un lien avec des cas de sclérose en plaques, ce qui n'a jamais été confirmé.

Le scepticisme s'accentue encore quand, en 1998 au Royaume-Uni, un chercheur en médecine, Andrew Wakefield, publie une étude frauduleuse faisant croire à un lien entre le vaccin contre la rougeole et l'autisme. "Le nombre de vaccinations chute en quelques mois à zéro", selon M. Vignaud.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.05
légère pluie
le 30/05 à 9h00
Vent
4.08 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
97 %