Les communes réduisent leurs investissements

Publié le 08/10/2015 - 18:24
Mis à jour le 09/10/2015 - 18:00

Le Carrefour des maires se tiendra dans le contexte particulier de la réforme territoriale ces 22 et 23 octobre, à Besançon. L'occasion pour les élus et le milieu du BTP de trouver ensemble des solutions économiques pour faire face à la baisse des dotations de l'Etat.

80 exposants et 17 conférences-débats

Cette quatrièle édition s'annonce particulière. "L’engagement des élus est plus franc", constate Patrick Genre, maire de Pontarlier et président de l’Association des maires de France (AMF) du Doubs. "Pour la première fois, les quatre associations départementales seront présentes, réunies sur un stand commun." Il faut dire que le ras-le-bol est généralisé. "Je n’ai jamais vu les élus aussi remontés qu’aujourd’hui."

Si les collectivités sont bien sûr partie prenante des efforts de la nation en cette période de restriction budgétaire, elles auraient cependant du mal à accepter tous les changements. "La redéfinition de la carte des intercommunalités n’était pas achevée en 2013 qu’elle était déjà balayée par de nouvelles mesures ", donne Patrick Genre à titre d’exemple.

2.000 communes sous tutelle d'ici la fin de l'année

Selon les chiffres avancés par l’élu pontissalien, environ 2.000 communes seront en situation de mise sous tutelle d’ici fin 2015 en France (et deux tiers des communes françaises seront proches de cette situation à l’horizon 2017 si rien ne change). "Elles ont réduit leurs investissements de 14% !"

L’heure est donc à la recherche de solutions, du côté des élus comme de la fédération régionale des travaux publics (co-organisateur et partenaire de l’événement). "L’économie telle qu’elle est aujourd’hui n’est plus viable", remarque Patrick Robert, le président de la FRTP. " Il faudra en passer par le mélange de l’argent privé et public." C’est justement le but de ce Carrefour que "de réfléchir ensemble à de nouveaux modèles", reconnait-il.

La thématique de cette édition 2015 autour de la transition des territoires n’a d’ailleurs pas été choisie au hasard. L’installation des nouvelles régions pourrait permettre d’engager des projets d’aménagement et de territoire d’ici 2017, ce qui remplirait à nouveau les carnets de commande du BTP après avoir perdu 30% de son activité en région et près de 650 emplois. "Cela coïncidera toutefois avec les élections présidentielles", nuance Patrick Robert qui voit sa profession soumise aux cycles électoraux et aspire désespérément à plus de stabilité.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chômage en Bourgogne-Franche-Comté : baisse du nombre de demandeurs d’emploi de 3,1 % sur un an

La Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets) et la préfecture de la Région Bourgogne Franche-Comté ont publié les derniers chiffres du chômage au deuxième trimestre 2021. On constate une baisse du nombre de demandeurs d'emploi dans les catégories A, B et C de 2,3 % sur le trimestre et de 3,1% sur un an.

Installation de l’OVI à Dijon : « une victoire collective » pour Marie-Guite Dufay

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, se réjouit que Dijon soit retenue pour accueillir le siège de l’Organisation internationale de la vigne et du vin. Cette décision a été officialisée ce lundi 25 octobre 2021 en présence du secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne.

SIS recherche un agent de sécurité (H/F)

OFFRE D'EMPLOI • Entreprise spécialisée dans la production d’articles de maroquinerie, SIS apporte son savoir-faire et son expertise du travail du cuir à ses clients partenaires, présents sur les secteurs de la maroquinerie et de l’horlogerie. L’entreprise familiale a vu son effectif passé de 300 à 1 000 collaborateurs en 9 années, pour un CA de 60 millions d’euros.

Présidentielle 2022 : la Cour des comptes veut faire entendre sa voix avant la présidentielle

Inédites dans leur format - une quinzaine de pages - ces notes se veulent "synthétiques et pédagogiques", et s'inscrivent dans la stratégie de "modernisation" de la Cour, a défendu son premier président Pierre Moscovici, lors d'une présentation à la presse. La Cour veut ainsi se positionner "en amont des grands débats démocratiques", à six mois des élections présidentielle et législatives.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.47
peu nuageux
le 28/10 à 15h00
Vent
0.47 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
31 %

Sondage