Les "Socotec" ne veulent pas perdre leur convention collective

Publié le 03/12/2013 - 08:41
Mis à jour le 03/12/2013 - 08:41

Une première depuis 60 ans ! Les salariés de Socotec, société spécialisée dans le contrôle des bâtiments et des équipements techniques, étaient appelés à débrayer lundi contre la remise en cause des avantages liés à leur convention collective du bâtiment consécutive à l’arrivée en septembre d’un fond d’investissement belge.

socotec.jpg
© dr

bâtiment

PUBLICITÉ

Le spécialiste du contrôle technique dans le secteur du bâtiment (construction-réhabilitation), a connu le premier mouvement de grève de son histoire à l’appel de l’intersyndicale (CFDT,LA CFE CGC, la CFTC etCGT). Socotec emploie 5.000 salariés dont 4.400 en France dont une cinquantaine en Franche-Comté sur les sites de Lons-le-Saunier, Montbéliard et Besançon.

Une petite vingtaine de salariés s’est donc réunie à Besançon Planoise ce lundi 2 décembre 2013 au matin devant les locaux qui abritent au total une trentaine de salariés. Le mouvement national a été suivi dans la plupart des 257 sites du groupe.

Les grévistes protestent contre la remise en cause depuis septembre par un nouvel actionnaire, un fonds d’investissement belge, de la convention collective du bâtiment à laquelle les salariés sont rattachés. Par ricochet cela concerne les minima salariaux, la prime d’ancienneté et l’accord de participation et de l’intéressement. Ces acquis sociaux qui seraient remis en cause à compter du 1er janvier 2015.

Une procédure juridique est en cours à Saint-Quentin-en-Yvelines, au siège de la société. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Acculée par la grève inédite touchant les services d'urgences depuis près de six mois, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé ce lundi 10 septembre 2019 un "pacte de refondation" de 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes. La CGT a annoncé lundi soir qu'elle maintenait son appel à manifester mercredi.

Colère du côté des agriculteurs du Doubs : une action prévue ce mardi soir à Besançon…

Colère du côté des agriculteurs du Doubs : une action prévue ce mardi soir à Besançon…

La FDSEA (fédérations de syndicats d'exploitants agricoles locaux) et les Jeunes Agriculteurs du Doubs ont décidé de se mobiliser ce 2 juillet 2019 à 20h30 au 7 rue de la Gare d’eau à Besançon (derrière la Préfecture). Cette action intervient suite à l'accord entre l'Union européenne et les pays du Mercosur (plusieurs pays d'Amérique du Sud)  pour plus de libéralisation de la commercialisation.

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 24.28
nuageux
le 17/09 à 9h00
Vent
2.37 m/s
Pression
1019.71 hPa
Humidité
60 %

Sondage