Loi Climat :  inquiétude grandissante chez les routiers, "la colère n'est pas loin..."

Publié le 10/03/2021 - 11:05
Mis à jour le 10/03/2021 - 11:05

écotaxe • Les députés ont entamé lundi en commission l’examen du projet de loi climat accueilli très fraîchement par la gauche, les ONG et des membres de la Convention citoyenne pour le climat, mais aussi… chez les routiers.

 © D Poirier
© D Poirier

La Bourgogne Franche-Comté compte 1493 entreprises de transport (dont 630 en Franche-Comté) qui emploient 29 000 salariés (11 500 salariés en Franche-Comté).

La commission spéciale va plancher deux semaines sur les 5.000 amendements de ce texte sensible, avant son arrivée dans l'hémicycle fin mars. Inspirés par les propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), les 69 articles touchent de nombreux domaines: consommation, logement et ... transports

Grâce à la loi climat, un des derniers grands textes du quinquennat, le gouvernement veut rendre "crédible" l'objectif de réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990.

Côté gouvernement, Barbara Pompili, ancienne d'EELV, doit ménager les équilibres de la majorité, tiraillée entre une aile libérale et une frange plus "écolo-compatible".

Elle a défendu un "chemin de crête" pour "répondre à l'urgence écologique" dans des "conditions socialement acceptables", alors que le mouvement des "gilets jaunes" était né d'une taxe carbone sur les carburants.

Pour sa première soirée de travail, la commission a longuement débattu sur le futur "score-carbone", un affichage des caractéristiques environnementales des produits censé devenir obligatoire après une période d'expérimentation.

À droite, le député jurassien Jean-Marie Sermier (LR) juge que le texte apporte "toujours la même réponse sempiternelle, taxation, répression" et n'est "pas forcément à la hauteur des événements".

"Le camion n’est pas le problème, mais la solution !" FNTR Franche-Comté

 Face au projet de loi climat, Marie Breton, déléguée régionale de la FNTR (fédération nationale des transports routiers de Franche-Comté) craint que le texte dans sa forme actuelle soit inefficace sur le plan environnemental et mortifère sur le plan économique at pas seulement pour les transporteurs routiers "mais aussi pour l’ensemble des entreprises et pour le consommateur" en insistant sur l'importance de l'approvisionnement, notamment en période de crise sanitaire.

L'écotaxe régionale est "un non-sens"

"Au niveau local, le retour à la possibilité d’une écotaxe régionale pénaliserait d’abord les acteurs locaux, du producteur au consommateur, fragilisant tout l’écosystème économique de notre territoire. Pour réussir ensemble, il faut sortir des discours, des postures et fédérer autour de solutions efficaces et partagées" indique Marie Breton qui reprend le slogan "Misons sur le camion ! "

  Dans un communiqué commun, l’Union TLF, la FNTR et l’OTRE estiment que la transition énergétique passe par le camion vert et non par une taxe."L’augmentation de la fiscalité du transport routier de marchandises n’a jamais eu pour effet une diminution du nombre de camions sur nos routes" estiment-ils en demandant un accompagnement de la conversion écologique des poids lourds.

Selon eux, le transport routier ne représente que 6% des émissions de CO2 en France est pensent que l'écotaxe n'aura aucun effet sur les émissions de gaz à effet de serre et qu'il favorisera les transporteurs étrangers.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Quatorze PME intègrent la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté 

La Région Bourgogne-Franche-Comté et Bpifrance ont donné le coup d’envoi de la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 septembre à la Tonnellerie Rousseau à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Ce programme d'accompagnement personnalisé d’une durée de 24 mois compte 14 nouvelles PME à fort potentiel cette année.

Yann Le Guilloux nommé au directoire de la Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté

Le Conseil d’orientation et de surveillance (COS) de la Caisse d'Épargne de Bourgogne Franche-Comté a nommé, sur proposition de Jérôme Ballet, président du directoire, et Eric Fougère, président du COS, Yann Le Guilloux, en qualité de membre du directoire en charge du Pôle Banque de Détail (BDD). 

Burger King ouvre à Valdahon

Le fast-food ouvrira ses portes et ses grills jeudi 29 septembre 2022 dans la commune de Valdahon. Malgré des difficulté d’embauche de son personnel, Burger King est finalement parvenu à trouver du personnel "nombreux issus de la ville et des communes alentour".

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Considérez-vous votre emploi comme un « travail-plaisir » ou comme un « travail alimentaire » ?

À la suite du premier confinement en raison de la crise de la Covid-19, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se sont posés des questions sur leur vie professionnelle. En France, la pandémie a bouleversé le marché de l’emploi. Les démissions, y compris de postes en CDI, ont été particulièrement nombreuses ces derniers mois pour un changement de vie, d'activité, etc. Et vous, comment considérez-vous votre emploi comme un "travail plaisir" ou comme un "travail alimentaire" ?

Crise énergétique : la Ville de Besançon va devoir faire des coupes budgétaires, mais lesquelles ?

La maire de Besançon, accompagnée de 11 membres de la majorité municipales, a convié les médias locaux à une conférence de presse sur la forte augmentation du prix de l’énergie et ses conséquences sur le service public. À ce jour, la Ville de Besançon doit trouver des solutions pour économiser 8 millions d’euros sur sa facture de 2023. Quoi qu’il en soit, comme dans d’autres communes, des coupes budgétaires seront envisagées, mais lesquelles ? Fermeture des musées plusieurs jours par semaine ? Un marché de Noël annulé ou plus sobre ? Des extinctions de l’éclairage des équipements sportifs ?

Salon Cap vers l’Emploi le 30 septembre à Besançon : plus de 1.000 postes à pourvoir !

PUBLI-INFO • Grand Besançon Métropole organise depuis plusieurs années, des évènements en faveur de l’emploi tels que les Rendez-vous de l’emploi au Palais des Sports. Cette année, l’événement change de nom et de lieu et se déroulera vendredi 30 septembre à Microplis : Cap vers l’emploi.  À cette occasion, les personnes en recherche d’emploi pourront rencontrer des entreprises qui recrutent sur le territoire. Plus de 1.000 offres d’emploi seront proposées.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.31
légère pluie
le 29/09 à 9h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
95 %

Sondage