Mélenchon conseille à Nicolas Sarkozy d'envisager "sérieusement" la défaite

Publié le 24/01/2012 - 15:49
Mis à jour le 24/01/2012 - 17:09

Jean-Luc Mélenchon est en visite en Franche-Comté. Avant un meeting  au palais des sposrts de Besançon qui sera à suivre en direct sur Internet, le candidat du Front de gauche à la présidentielle était à Mandeure dans le Pays de Montbéliard où il s’est réjouit de la contamination idéologique" que le FG "provoque", après le discours de François Hollande au Bourget dimanche.

recemment_mis_a_jour19.jpg
twitter @melenchon2012

Front de gauche

PUBLICITÉ

A Mandeure ce mardi matin, Mélenchon se félicite d’avoir fait avancer le débat après le discours de François Hollande au  Bourget dimanche où le candidat PS a dénoncé le "monde de la finance".   "On va frapper le capitalisme, on va frapper l'argent roi, (on dit çadepuis) des mois et des mois tout seuls", "maintenant il y en a de plus en plus" qui le disent, a déclaré le candidat  à la presse à l'issue d'une  réunion avec une centaine de sympathisants FG à Mandeure et après une visite aux syndicalistes de Peugeot Scooters dont les emplois sont menacés.

"A 7% (pour le Front de gauche dans les sondages, ndlr) le voilà (François Hollande) rendu en guerre contre la finance, alors vous imaginez à 15 ou 51% ce que ça va être, on va être obligé de la faire!", a-t-il souligné en ironisant sur un Hollande ayant "inventé l'eau chaude" avec sa proposition sur la laïcité.

 "Plus il y va sur le violon anticapitaliste, plus il valide mon vocabulaire", veut croire l'eurodéputé, assurant que "cela élargit notre  espace".  "Ce qu'on dit paraît moins excessif", "quelque chose se dégèle et le Front de gauche franchit les paliers", a-t-il encore dit, tout en relevant que M.  Hollande n'a pas dit "un mot sur le rassemblement de la gauche".

A ses côtés, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a jugé que le fait que "d'autres disent enfin +guerre à la finance+, ça ne peut que nous réjouir", mais "maintenant il faut passer aux choses concrètes". "La dynamique qu'on crée a des effets sur tout le paysage politique", a-t-il assuré, soulignant qu'il ne fallait pas un simple "sabre de bois face à des gens qui y  vont à la hache!"

Mélanchon :  Nicolas Sarkozy est  "entré dans une spirale dépressive"

Mélanchon s’est ensuite rendu à la rencontre des des salariés d'Alstom et General Electric à Belfort. Là, il a conseillé au président sortant – toujours pas déclaré – d'envisager "sérieusement" la défaite.   "Il est entré dans une spirale dépressive et peut-être la droite va penser  a lui trouver un successeur, ça s'est déjà produit", a-t-il dit aux médias. "Je trouve raisonnable qu'il envisage la défaite et même je lui conseille de l'envisager sérieusement. Ce qu'on ne sait pas, c'est qui va la lui  infliger", a-t-il conclu.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Le programme de la visite présidentielle • Le président de la République sera bien à Ornans ce  lundi 10 juin 2019  le jour même du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet (10 juin 1819) pour l'inauguration de la nouvelle exposition "Yan Pei-Ming face à Courbet". Cette dernière fait partie des 15 en France ayant reçu cette année le label "Exposition d’intérêt national" du ministère de la Culture. Le Président de la République sera accompagné par Franck Riester, ministre de la Culture, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.71
légère pluie
le 20/06 à 18h00
Vent
2.37 m/s
Pression
1015.84 hPa
Humidité
93 %

Sondage