Mort de Michel Lucas, ancien dirigeant charismatique du Crédit Mutuel et patron de presse

Publié le 05/12/2018 - 08:21
Mis à jour le 05/12/2018 - 08:24

Le Crédit Mutuel a annoncé mardi le décès à 79 ans de son ancien dirigeant historique Michel Lucas, qui s'était retiré en 2016 après plus de 40 ans de carrière au sein du groupe bancaire mutualiste.

michel lucas
Michel Lucas © Crédit Mutuel

Né le 4 mai 1939 à Lorient, Michel Lucas est entré au Crédit Mutuel en 1971 e, qualité d’ingénieur. Vite remarqué par l’Etat major de la banque, il sera nommé directeur général du Crédit Mutuel Alsace Lorraine Franche-Comté (Crédit Mutuel Centre Est Europe) en 1985 avant de prendre la présidence de la confédération nationale du Crédit Mutuel en 2010. C’est à partir de cette année qu’il constituera jusqu’en 2012 le groupe de Presse Ebra :  le Crédit Mutuel devenant actionnaire majoritaire de neuf journaux de la PQR (presse quotidienne régionale) dont l’Est Républicain.

PUBLICITÉ

Michel Lucas, décédé ce lundi 3 décembre 2018, avait notamment dirigé le CM11, entité basée à Strasbourg regroupant 11 des 18 fédérations régionales du Crédit Mutuel, avant de prendre la tête de la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM), l’organe central du groupe mutualiste.

Il avait notamment été l’artisan à la fin des années 1990 du rachat du réseau CIC par la fédération de l’Est qu’il dirigeait. Il avait aussi dirigé le groupe de presse régionale Ebra (Le Progrès, Le Dauphiné Libéré, l’Est Républicain, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, etc.). « Avec Michel Lucas disparaît le grand architecte du Crédit Mutuel« , a déclaré le groupe dans un message sur Twitter.

« S’appuyant sur les valeurs mutualistes et la force de l’initiative locale, Michel Lucas a su bâtir un groupe bancaire de premier plan, diversifié et technologique. Immense reconnaissance« , ajoute le communiqué, soulignant que « sous des dehors bourrus, il faisait preuve d’une grande sensibilité et d’une originalité étonnante« .

Né le 4 mai 1939 à Lorient, dans le Morbihan, Michel Lucas avait fait des études d’ingénieur au sein de l’institut industriel du Nord et était membre diplômé de l’Institut des actuaires français. Il était entré au Crédit Mutuel en 1971 et avait fait toute sa carrière au sein du groupe. Pour lui rendre hommage, une minute de silence sera observée au sein de la confédération du Crédit Mutuel ce jeudi 6 décembre à 14h. Le président confédéral, Nicolas Théry, s’est exprimé dans les journaux du Groupe Ebra. Il a tenu à saluer « l’engagement constant » de Michel Lucas au sein du Crédit Mutuel pour défendre le Mutualisme « et l’unité du groupe » et pour « promouvoir un Crédit Mutuel dont les seules frontières soient celles du projet au service des sociétaires »

Gros fumeur de cigares, Michel Lucas s’était forgé une réputation de patron aussi redouté que respecté au sein du monde des affaires et tout particulièrement au sein du milieu bancaire. Surnommé le « requin blanc » en raison de sa chevelure blanche comme de son aptitude à croquer ses proies au moment où ses concurrents s’y attendent le moins, M. Lucas était intraitable en affaires et peu doué pour les mondanités.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Prime Macron : les salariés francs-comtois parmi les moins gâtés en France

L’Urssaf Franche-Comté dresse un premier bilan de la prime exceptionnelle versée par les entreprises en décembre 2018 et janvier 2019. 15,3 millions d’euros ont été versés à près de 32 000 salariés en Franche-Comté (soit 11,1 % des salariés et 53% des salariés des établissements versant la prime). Voici le détail...

GE Belfort : « Etudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi » (Le Maire)

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé ce vendredi 22 mars 2019 qu'il allait "étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" à Belfort, alors que les syndicats de l'usine General Electric (GE) s'inquiètent de l'annonce prochaine d'un vaste plan de suppressions de postes.

PSA « ne peut pas laisser tomber » le site d’Hérimoncourt, estime Le Maire

Le groupe automobile PSA "ne peut pas laisser tomber" son usine historique à Hérimoncourt (Doubs), menacée par un transfert d'activités vers Vesoul, et doit "trouver une nouvelle activité" pour les salariés du site, a estimé ce vendredi 22 mars 2019 le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.26
ciel dégagé
le 23/03 à 3h00
Vent
1.32 m/s
Pression
1029.88 hPa
Humidité
78 %

Sondage