Moteur, action… Coupé ! La Franche-Comté tire le rideau sur le cinéma...

Publié le 31/01/2013 - 15:13
Mis à jour le 31/01/2013 - 17:35

 Depuis l’annonce de la décision du Conseil régional de suspendre son fonds d’aide à la production cinématographique, le milieu du cinéma et de l’audiovisuel franc-comtois est en émoi.  Une pétition circule en ce moment sur Internet et a déjà recueilli environ 2000 signatures…

 ©
©

l’enterrement du cinéma ?

Lors d’une conférence de presse organisée mercredi au petit Kursaal, plusieurs réalisateurs ont fait part de leur soutien à l’Association des producteurs audiovisuels Rhin-Rhône (APARR), qui doit d’ailleurs rencontrer un membre du cabinet de Marie-Guite Dufay en fin de semaine.

L’enterrement du cinéma

« Nous célébrons aujourd’hui un enterrement et nous discutons du défunt », a remarqué le réalisateur franc-comtois Samuel Collardey. Le défunt en l’occurrence, c’est le cinéma… 

La région Franche-Comté fut l’une des premières a instauré ce fonds il y a une vingtaine d’année. 356 films ont été soutenus depuis sa création. Considérablement réduit ces dernières années, il attribuait dernièrement un total de 300 000 à 450 000 € à diverses productions cinématographiques (long, court métrages mais aussi documentaires…). "Ces sommes allaient à 50% à des productions régionales », précise Catherine Siméon, présidente de l’APARR. « Nous craignons les retombées économiques et les répercutions pour la centaine de techniciens locaux de la filière. Si la région supprime ce fonds d’aide, il y aura forcément moins d’attractivité pour les producteurs extérieurs, qui venaient en nombre filmer en région".

 "Nous ne sommes pas un secteur sinistré"

La raison invoquée par le Conseil régional est l’insuffisante visibilité de ce fonds auprès des professionnels. Une erreur selon Catherine Siméon, qui évoque les dernières récompenses obtenues par des films aidés en 2009, 2010 ou 2011. Le film « Louise Wimmer » de Cyril Mennegun, réalisateur régional, a ainsi reçu le prix Louis Delluc. Il est aussi doublement nominé pour les Césars.

Trois courts-métrages ont également été sélectionnés à l’édition 2013 du festival international de Clermont-Ferrand. « L’apprenti » de Samuel Collardey a par ailleurs enregistré 25 000 entrées. « Est-ce que le spectacle vivant en fait autant ? », interroge Catherine Siméon.

Côté rentabilité, le doute ne paraît également pas permis. « Il est clair que nous ne sommes pas un secteur sinistré », explique la présidente de l’APARR, précisant qu’un film peut générer des recettes au niveau local et par ricochet sur d’autres secteurs (hôtellerie, restauration…) « Les élus du Conseil régional ont sans doute été mal informés ou n’ont pas conscience des retombées économiques de la filière. »

 Pour Antoine Page, jeune réalisateur bisontin à la tête de la Maison du directeur : « ce qui paraît aberrant, c’est de changer du jour au lendemain sa politique culturelle et dire que là, on ne soutient plus le cinéma. » Une pétition a été lancée sur Internet et a déjà recueilli environ 2000 signatures.

Affaire à suivre…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Où en est l’université de Franche-Comté en 2024, après 600 ans d’histoire ?

PUBLI-INFO • L'université de Franche-Comté fête en 2023/2024 ses 600 ans.
600 ans de transformation et de mutations, tant structurelles et sociales, d'échecs et de grandes réussites, de crises et de progrès, pendant lesquels l'université de franche-Comté n'a cessé d'être. Une université résiliente et adaptable qui, aujourd'hui, accueille chaque année près de 27000 étudiants et apprenants et plus de 2700 personnels sur 6 villes-campus. L'établissement est, plus que jamais, tourné vers l'avenir et accompagne ses étudiants face aux grands enjeux des transitions de notre société.

Avec son nouveau concept “Une semaine avec”, La Rodia repense ses modes de programmation

Du 11 au 15 mars 2024, la Rodia expérimentera un nouveau concept de programmation baptisé "Une semaine avec". Le principe est simple, plutôt que de programmer un artiste pour une seule soirée, l’idée est que celui-ci passe toute une semaine au sein de la cité comtoise afin de "tisser du lien" avec les habitants avant un concert à la Rodia en fin de semaine en guise de conclusion. David Demange, le directeur de La Rodia a présenté le contenu de ce premier format.

Place à l’écriture avec le Printemps des poètes à Besançon

Du 9 au 23 mars 2024, la 25e édition du Printemps des poètes aura comme invité d’honneur l’artiste plasticienne Pascale Lhomme-Rolot à la médiathèque Pierre de Coubertin de Besançon. Durant ces deux semaines, l'événement proposera des ateliers afin de développer l’éducation artistique et culturelle des publics à travers divers évènements créatifs, de lecture et d’écriture.

Le Festival d’autres formes revient à Besançon dès le 27 mars 2024

Le Festival d’autres formes (art et technologie) fera son grand retour pour une troisième édition du 27 mars au 14 avril 2024 dans dix lieux différents de Besançon. Au cours de ces trois week-end, les visiteurs pourront profiter d’un “moment d'évasion technologique et poétique”, à travers une programmation tournée sur les thèmes de l’eau et de l’adolescence.

Radio campus Besançon lance la 4ème édition de son concours de podcast étudiant

Radio Campus Besançon a officiellement donné le coup d’envoi de la quatrième édition du concours régional de podcast étudiant. Les participants ont jusqu’au 15 avril 2024 pour soumettre leur production et tenter de remporter jusqu’à 500€. Cette année, le thème n’est autre que… “Espoirs”.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.82
légère pluie
le 05/03 à 6h00
Vent
3.58 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
91 %