Alerte Témoin

"Nous demandons à l’Etat des mesures concrètes pour renforcer les contrôles sur les animaux entrant sur notre territoire"

Publié le 03/01/2018 - 17:58
Mis à jour le 03/01/2018 - 17:59

Suite à  la détection d'un foyer de FCO sérotype 4 (BTV-4) en Haute-Savoie début novembre, une stratégie de lutte sanitaire avait été décidée et mise en place par le gouvernement dans 12 départements avec l'objectif initial d'éradiquer ce virus. Deux mois après, le manque de vaccin ont poussé les autorités à mettre fin à l'obligation de vacciner. La Fédération Régionale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (F.R.S.E.A.) et la FDSEA de Bourgogne-Franche-Comté réagissent…

1223644774.jpg
Image d'illustration © carvy

"Nous demandons à l’Etat des mesures concrètes pour renforcer les contrôles sur les animaux entrant sur notre territoire et éviter ainsi la propagation rapide de nouvelles épizooties", explique la F.R.S.E.A. de Bourgogne-Franche-Comté dans un communiqué.

 Après plus de deux mois de blocage, le Ministère de l’agriculture change de stratégie sanitaire et passe l’ensemble du territoire continental en zone réglementée sérotype 4.

Ainsi comme pour le sérotype 8 :

  • Les animaux peuvent circuler librement sur l’ensemble du territoire national,
  • La vaccination BTV4 devient volontaire.

"Les contraintes sont levées pour les éleveurs des zones règlementées en particulier les restrictions liées aux mouvements d’animaux. Les conditions d’échanges d’animaux vers l’Espagne et l’Italie restent inchangées.

 Les FDSEA et la FRSEA Bourgogne Franche-Comté ont suivi ce dossier au jour le jour avec l’appui des Groupes de Défense Sanitaire, pour faire évoluer la situation et obtenir la zone réglementée à l’ensemble du territoire continental. La participation des responsables professionnels de la région aux commissions nationales a permis à l’État de revoir sa stratégie de lutte. En effet, la sortie probable du virus en dehors des zones réglementées, le manque de vaccins et le maintien de mesures drastiques et onéreuses pour une maladie sans impact sur les bovins, finissaient par poser de nombreuses questions.

La statégie de vivre avec le virus BTV 4 a été retenue et devient plus réaliste. Il convient désormais d’utiliser les vaccins prioritairement vers les ovins et les animaux destinés à l’exportation. L’enjeu est de pouvoir rapidement utiliser un vaccin bivalent qui faciliterait les conditions de vaccination. En attendant un déclassement à Bruxelles des sérotypes les moins dangereux de la fièvre catarrhale pour avoir une réglementation plus souple au regard des risques cliniques engendrés par cette maladie".

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Pollution aquatique : « La faune et la flore sont-elles prises en compte ou uniquement la santé humaine ? » (Sos Loue et Rivières)

Le 17 septembre 2020, nous vous parlions d'une importante quantité de produits qui s'était répandue dans la Brême sur la commune de Scey-Maizière. Une semaine après, peu d'éléments ont été communiqués sur la situation. Sos Loue et Rivières Comtoises s'inquiète de l'impact de ce dernier sur la faune et la flore.

Un loup particulièrement agressif abattu dans les Vosges

Un loup "au comportement atypique", capable de s'en prendre à des bovins et même d'entrer directement dans des bâtiments d'élevage, a été abattu après plus de 20 attaques mortelles, dans la nuit de mardi à mercredi sur la commune du Val d'Ajol (Vosges), a-t-on appris de sources préfectorales.

Journée nationale de la qualité de l’air ce mercredi

Comment préserver l'air ? • Ce 16 septembre 2020 se tient la 6° édition de la « Journée nationale de la Qualité de l’Air », organisée par le Ministère de la Transition écologique, en partenariat avec le réseau national des Associations Agréées pour la Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA).

Bourgogne : les professionnels attendent un millésime 2020 « remarquable »

Le millésime 2020 s'annonce "remarquable" en Bourgogne, selon l'interprofession, qui s'est félicité jeudi de la bonne résistance de ses vins à l'export malgré un contexte économique mondial difficile, aggravé par la crise sanitaire. En terme de volume, bien que la pluviométrie cet été a été "minimale", les viticulteurs prévoient une année "autour de la moyenne", après une très faible récolte en 2019 dûe aux aléas climatiques.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     6.61
    légère pluie
    le 27/09 à 3h00
    Vent
    5.29 m/s
    Pression
    1005 hPa
    Humidité
    96 %

    Sondage