Nouveau cas d'influenza aviaire : rappel des règles d'hygiène

Publié le 15/02/2023 - 08:18
Mis à jour le 15/02/2023 - 08:39

Le 8 février 2023, un cas d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) a été identifié en Haute-Saône sur une mouette rieuse retrouvée morte sur la commune de Vaivre-et-Montoille. La préfecture du Doubs rappelle les règles d'hygiène dans un communiqué du 14 février.

 © Damien Poirier
© Damien Poirier

Ce virus, qui circule activement en Europe par l’intermédiaire des oiseaux migrateurs ou parmi la faune sauvage autochtone, est extrêmement contagieux et pathogène pour les oiseaux. Il persiste et reste actif principalement dans les fientes et les eaux stagnantes contenant des fientes contaminées. Dans ce contexte, le préfet de la Haute-Saône a instauré une zone de contrôle temporaire (ZCT) de 21 jours incluant un rayon de 20 km autour du lieu de découverte de l’oiseau infecté afin de prévenir l’apparition de l’influenza aviaire dans les élevages.

Les départements limitrophes, dont le Doubs, ne comportent pas de communes incluses dans cette zone de restriction, mais du fait du niveau de risque élevé d’IAHP qui s’étend à la totalité du territoire national, le préfet du Doubs rappelle que des mesures sanitaires de protection sont à mettre en place, en tout lieu, par tout propriétaire ou détenteur de volailles ou d’oiseaux captifs.

Il s’agit de :

Procéder à la mise à l’abri des animaux détenus (claustration dans les locaux disponibles) ou à leur isolement par des filets, à l’abri de tout contact avec des oiseaux sauvages ;

  • Abreuver et nourrir les oiseaux et volailles, strictement à l’intérieur des bâtiments, quelle que soit la nourriture ;
  • Interdire aux volailles tout accès aux points d’eau extérieurs, sauf s’ils sont intégralement sous filet ;
  • Utiliser des chaussures et vêtements dédiés pour accéder à la partie de l’exploitation où les volailles sont détenues ;
  • Surveiller quotidiennement les oiseaux et, le cas échéant, signaler sans délai à un vétérinaire tout comportement anormal ou tout signe de maladie de ces derniers.

La vigilance de tous les acteurs est requise, notamment des éleveurs, techniciens de la filière avicole, des détenteurs d’oiseaux (basse-cour, volières…) et des vétérinaires afin de limiter la propagation de ce virus, par une application sans faille des mesures de biosécurité.

Organisation de la surveillance dans la faune sauvage

An niveau de risque dit "élevé", les moyens de surveillance et de lutte contre la grippe aviaire comprennent la surveillance de la mortalité des oiseaux sauvages. Les cadavres devront être collectés pour être acheminés au laboratoire vétérinaire départemental du Doubs (en vue d’être autopsiés et mis en analyse pour la recherche de la grippe aviaire), dans les cas suivants :

Découverte d’un seul (ou plusieurs) cadavre(s) d’oiseau(x), pour les espèces appartenant aux familles suivantes :

  • anatidés : exemples d’espèces : cygnes, canards, oies, sarcelles, bernaches, fuligules, harles, nettes ...etc
  • rallidés : exemples d’espèces : foulques, poules d’eau, râles...etc
  • laridés : exemples d’espèces : goélands, mouettes, sternes …etc

Pour les autres familles d’oiseaux, lors de l’observation d’une mortalité anormale et inexpliquée (c’est-à-dire quand la cause de mort n’est pas formellement et immédiatement établie) conduisant à la découverte de plusieurs cadavres : plus de 5 cadavres d’oiseaux d’une ou plusieurs espèces sur un même site (sur un rayon de 500 mètres) et dans un intervalle de temps maximal d’une semaine.

La découverte de cadavres d’oiseaux répondant aux conditions ci-dessus doit être déclarée à la mairie de la commune sur le territoire de laquelle se trouvent les cadavres. Ces animaux seront collectés par les agents de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) ou la Fédération départementale des chasseurs, organisé dans le cadre du réseau national SAGIR

Infos +

"La consommation de viande, de foie gras et d’œufs – et plus généralement de tout produit alimentaire à base de volaille – ne présente aucun risque pour l’Homme", précise la préfecture du Doubs.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

172 millions d’euros investis par l’agence de l’eau au 3e trimestre 2023

Au cours du troisième trimestre 2023, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse a accompagné près de 1.700 projets portés par les collectivités, entreprises, agriculteurs et associations pour améliorer la qualité des eaux et des milieux aquatiques dans les bassins Rhône-Méditerranée et de Corse. Des investissements dynamiques et "à la hauteur des enjeux pour l’eau dans le contexte de changement climatique" pour l’agence de l’eau.

Bourgogne-Franche-Comté : 599 signalements recensés sur le réseau Sentinelles de la nature en 2023

Le réseau citoyen Sentinelles de la nature est un projet porté par les associations du réseau France Nature Environnement (FNE) pour informer, aiguiller et accompagner les citoyens pour agir pour la protection de la nature. Il permet via un site dédié et une application mobile du même nom de signaler les atteintes à l’environnement ou au contraire de faire remonter des initiatives qui lui sont favorables. La FNE BFC vient de publier son bilan régional pour l'année 2023.

Des chasseurs du Doubs demandent à pouvoir chasser le lynx, espèce protégée

Dans un courrier du 16 février 2024, l’Association intercommunale de chasse agrée (AICA) de Fournets-Luisans représentée par son président Steve Thalmann, a demandé à la fédération départementale des chasseurs du Doubs de soumettre au vote de la prochaine assemblée générale un déclassement du lynx boréal, espèce protégée. Une proposition qui n’a pas manqué de faire bondir le centre Athénas, dont la mission est en partie dédié à la protection du félin. 

Vent, pluie, inondations : tous les départements de Bourgogne Franche-Comté en vigilance jaune à partir de cette nuit

Météo France a placé l’ensemble des départements de Bourgogne Franche-Comté en vigilance jaune pour des vents pouvant être violents et pour des inondations dans certains secteurs à partir de jeudi 22 février à 3h00. Cette vigilance concerne également une très large partie de la France. On fait le point.

170 arbres plantés dans le Jura pour favoriser la biodiversité

Le mardi 20 février 2024, la LPO Bourgogne-Franche-Comté, en partenariat avec SNCF Réseau Bourgogne-Franche-Comté et France Nature Environnement Bourgogne-Franche-Comté, a organisé une plantation de haies champêtres à Brans (39) qui a pour objectif de créer et de restaurer des habitats terrestres pour les amphibiens afin de permettre le déplacement des espèces. Ce chantier participatif est financé à 100% par SNCF Réseau.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 
le 02/03 à 6h00
Vent
m/s
Pression
hPa
Humidité
%