Nouveau suicide d’un agent de l’Office national des forêts

Publié le 06/10/2011 - 16:14
Mis à jour le 06/10/2011 - 16:14

Un agent de l'Office national des forêts (ONF) a mis fin à ses jours lundi en Côte-d'Or, portant à cinq le nombre de suicides au sein de l'établissement public depuis le 20 juin, ont annoncé jeudi la direction et la CGT Forêt. Un des suicides a eu lieu en Haute-Saône.

photo_macommune_1317910729_0.JPG
©archives carvy
PUBLICITÉ

La direction a indiqué que l’homme qui s’est suicidé était un agent patrimonial (ou garde-forestier) de 55 ans, en congé longue maladie depuis un an et demi. Une enquête du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a été immédiatement déclenchée pour comprendre les circonstances du drame, a précisé la direction.

« Sans préjuger des causes exactes de ce drame, (…) il est indéniable que la politique mise en oeuvre par le gouvernement et la direction générale de l’établissement public, basée sur des réductions d’effectifs et un management individualisé et agressif, est responsable du mal-être et de la souffrance au travail parmi les personnels », a indiqué la CGT dans un communiqué.

L’ONF, qui compte aujourd’hui 9.500 salariés, a perdu plus du tiers de ses effectifs en 25 ans. Le contrat d’objectifs pour la période 2012-2016 prévoit la suppression de plus de 600 nouveaux postes en cinq ans.

Vingt-cinq suicides ont été recensés au sein de l’établissement depuis 2005 et cinq depuis le 20 juin, la plupart touchant des agents patrimoniaux. En septembre, le directeur général de l’Office, Pascal Viné, a présenté au gouvernement un plan pour aider les agents.

Outre un audit socio-organisationnel qui doit débuter ce mois-ci et rendre ses conclusion au printemps prochain, il prévoit notamment la présence de 20 assistantes sociales pour assurer « un maillage resserré du territoire » avant fin 2011, et la création de trois postes de médecins du travail au sein de l’administration sous double tutelle (Agriculture et Environnement). Selon la direction, les recrutements sont en cours.

Dans son communiqué, la CGT n’évoque pas ce plan, mais réclame l' »ouverture immédiate » de négociations avec la direction de l’ONF pour « revenir sur les mesures néfastes de suppressions d’emplois programmées dans le contrat d’objectifs ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Pour célébrer les six mois du mouvement, les Gilets Jaunes étaient plus nombreux dans les rues de Besançon en comparaison aux deux actes précédents qui avaient rassemblés 300 et 400 manifestants. Une des têtes de figures du mouvement avait appelé à un rassemblement national samedi 18 mai 2019. Au plus fort de la mobilisation Ils étaient 800 selon les autorités et largement plus d'un millier selon les gilets jaunes pour cet acte 27. A Chalezeule, les manifestants sont été dispersé par les gaz lacrymogènes et par la pluie. Le barbecue géant prévu près du rond point du bowling  n'a pas eu lieu.

Philippe Martinez réélu secrétaire général de la CGT

Philippe Martinez réélu secrétaire général de la CGT

Philippe Martinez a été réélu vendredi 17 mai 2019 secrétaire général de la CGT à l'issue du 52e congrès, a annoncé un membre de la direction devant les congressistes réunis cette semaine à Dijon.  A la tête depuis 2015 de la CGT, aujourd'hui deuxième syndicat français derrière la CFDT, Philippe Martinez était seul candidat à sa succession. A la tête depuis 2015 de la CGT, deuxième syndicat français derrière la CFDT, Philippe Martinez, 58 ans, était seul candidat à sa  succession. Il a recueilli 90,65% des suffrages exprimés.

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

"Non à l'amendement Grosperrin" • Mardi 14 mai 2019 le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (affilié FSU) organise une assemblée générale à partir 18h suivi d'un apéro revendicatif devant la permanence du sénateur LR Jacques Grosperrin au 34 rue Bersot à Besançon.

Acte 26 des Gilets Jaunes: 400 manifestants à Besançon ce samedi selon la Préfecture

Acte 26 des Gilets Jaunes: 400 manifestants à Besançon ce samedi selon la Préfecture

Mise à jour • Déclin ou sursaut ? A bientôt six mois de mobilisation, les "gilets jaunes" ont appelé à manifester pour la 26e fois ce samedi 11 mai 2019 avec des points de ralliement "nationaux" à Lyon et Nantes, où les autorités redoutent la présence de casseurs. À Besançon, la manifestation est parti à 14h00 de la Place de la Révolution. A 16h30, le cortège rejoignait la Préfecture.  

2.500 manifestants pour le 1er mai à Besançon. Tentatives d’intrusion au commissariat de Besançon

2.500 manifestants pour le 1er mai à Besançon. Tentatives d’intrusion au commissariat de Besançon

Sous le soleil, dans le calme et en chansons. Dans une ambiance bon enfant, près de 2.500 personnes ont défilé dans les rues de Besançon au départ de la place de la Révolution. Le cortège s'est scindé peu avant midi. 500 gilets jaunes ont poursuivi jusqu'à la préfecture. Vers 12h45, des manifestants ont tenté de s'introduire à deux reprises au commissariat forçant la police à évacuer l'avenue de la Gare d'eau à coup de gaz lacrymogène.

Acte 24 : des gilets jaunes et des motards dans les rues de Besançon

Acte 24 : des gilets jaunes et des motards dans les rues de Besançon

Entre 250 et 400 gilets jaunes ont à nouveau déambulé dans les rues de Besançon pour l'acte 24 du mouvement ce samedi 27 avril 2019. Ils ont été rejoints ponctuellement vers 14h45 par une petite centaine de motards en colère près de la place de la 1re armée. La manifestation est restée calme. À Strasbourg, la manifestation a rassemblé 2.000 gilets jaunes. Des heurts ont éclaté dans la capitale alsacienne où les forces de l'ordre ont procédé à 26 interpellations.

Une quarantaine de gilets jaunes devant la préfecture du Doubs après la conférence de presse d’Emmanuel Macron

Une quarantaine de gilets jaunes devant la préfecture du Doubs après la conférence de presse d’Emmanuel Macron

Comme ils l'avaient annoncé sur les réseaux sociaux, des Gilets jaunes se sont réunis au centre-ville de Besançon après la conférence de presse d'Emmanuel Macron ce jeudi 25 avril 2019 et se sont rendus devant la préfecture du Doubs. L'acte 24 des Gilets Jaunes se prépare à Besançon pour ce samedi avec des manifestants attendus en provenance de Pontarlier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.95
légère pluie
le 21/05 à 0h00
Vent
1.72 m/s
Pression
1013.75 hPa
Humidité
98 %

Sondage