On a visité pour vous le "nouveau" musée du Temps

Publié le 28/06/2013 - 16:17
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:36

Inauguré en 2002 dans le palais Granvelle, le musée du Temps de Besançon s’est offert en ce printemps 2013 un réaménagement complet. L’occasion d’une petite visite en quelques images choisies.

Et ça a bien changé !

Ce qui frappe tout d’abord, lorsque l’on visite le "nouveau" musée du Temps de Besançon (lire à propos du réagencement de ce musée la mail-interview de son conservateur Thomas Charenton ci-dessous), c’est le retour de la famille Granvelle en ses murs. Le premier étage permet de replonger dans le Besançon du XVIe siècle avec, outre les sept tapisseries à la gloire de Charles Quint qui s’y trouvaient déjà, des plans cavaliers de la ville, des tableaux – dont le portrait de Nicolas Perrenot de Granvelle attribué au Titien -, des objets de la collection des Granvelle, etc. Si le cabinet de curiosités a été entièrement revu, la grande galerie qui ouvre ses fenêtres sur la cour reste consacrée aux débuts de la mesure du temps, avec ses exceptionnelles collections de planétaires, globes terrestres, premières pendules, cadrans solaires, calendriers…

Lip entre au musée

Au deuxième étage, la grande nouveauté c’est que les vitrines dédiées aux microtechniques ont laissé place à … des montres qu’il était bien dommage de ne pas voir jusqu’alors ! Celles-ci témoignent de l’époque pas si lointaine où Besançon était capitale de l’horlogerie. Photos, diplômes, outillage d’horlogers complètent la collection qui se poursuit par une évocation de la production de l’entreprise Lip. On retrouve à cet étage la Leroy 01 – la montre la plus compliquée du monde au début du XXe siècle, l’un des fleurons du musée -, ainsi que les horloges atomiques et autres instruments de mesure du temps du XXe siècle. 

Rien de changé au troisième étage où se découvrent toujours le pendule de Foucault et les combles du palais réservés aux expositions temporaires. Ni au rez-de-chaussée, où l’on peut encore voir le plan relief présentant la ville de Besançon à l’époque de Louis XIV.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Audiovisuel public en grève : ”Un danger majeur pour la pérennité de la radio de service public”

Un appel général à la grève a été lancé par les syndicats de l’audiovisuel public jeudi 23 et vendredi 24 mai 2024 contre la réforme de l’audiovisuel public votée au Sénat en juin 2023 qui consiste notamment à faire fusionner les médias publics.

La chanteuse bisontine Jozalie sort un nouveau single

Jozalie, une jeune autrice, compositrice et interprète de Besançon a sorti son premier single "Dying" le 8 mars 2024. Le 31 mai 2024, son nouveau single, "Mental Blur" sera disponible à l’écoute. Pour ce second morceau, elle aborde le thème de la dépression, accompagnée de violons, basses et piano.

Le Colomb'in rock revient avec une édition 100 % tributes

Après une année 2023 de tous les records où le festival a vu sa fréquentation doublée (18.000 spectateurs), le Colomb’in rock revient cette année pour une 12e édition 100% tributes. Muse, Michael Jackson, Téléphone, Pink Floyd ou encore Johnny… ils seront tous présents ou presque les 13 et 14 août 2024 à Colombe-lès-Vesoul grâce à des groupes hommages venus interpréter les chansons d’artistes les plus légendaires. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.39
partiellement nuageux
le 24/05 à 3h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
97 %