Panneaux de radars: la cacophonie générale cède la place à la concertation

Publié le 30/05/2011 - 16:32
Mis à jour le 30/05/2011 - 16:32

Après une zone de turbulences intense à propos de l’avenir des panneaux avertisseurs de radars, le gouvernement prône la concertation pour calmer la fronde des députés UMP. Rendez-vous est pris pour le 10 juin dans le Doubs.

1306766242.jpg
©carvy
PUBLICITÉ

Rarement une décision gouvernementale aura donné lieu à une telle cacophonie au sein même de la majorité. Le 11 mai, le Comité interministériel sur la sécurité routière décide le retrait des panneaux avertissant de la présence de radars fixes. Une décision qui va entrainer un tollé. Le préfet du Doubs donne l’exemple en retirant quelques jours plus tard un premier panneau à Besançon. Il aura été le plus rapide…

Ce qui a attisé un peu plus la colère de plus de 70 députés UMP parmi lesquels les Francs-Comtois Michel Raison, Jean-Marie Binetruy, Françoise Branget, Jacques Grosperrin et Damien Meslot. Dans un courrier adressé au Premier ministre, ils dénoncent « l’absence totale de concertation » et précisent « qu’il ne s’agit pas d’une simple mauvaise humeur passagère, mais bien d’une profonde exaspération ».

Le ministre de l’Intérieur semble leur donné raison le lendemain en suspendant le démontage des panneaux après avoir annoncé la mise en place de centaines de panneaux pédagogiques non verbalisateurs du même type que ceux déjà installés dans l’entrée de certaines communes. Mais François Fillon et le président de la République lui-même restent inflexibles. Pas question pour ces derniers de laisser les panneaux avertisseurs en place, alors que Claude Guéant avait entre-ouvert la porte à un assouplissement.

Du coup, plus personne ne comprend ce qu’il en est vraiment. « On nous prend pour des cons », ira jusqu’à lancer Yannick Favennec, député UMP de la Mayenne, en dénonçant « l’incohérence totale du gouvernement ».

Dernière trouvaille en date du ministre de l’Intérieur pour calmer les esprits : l’injonction faite aux préfets d’organiser dans les plus brefs délais des réunions de concertation avant l’installation des radars pédagogiques. Ils devront rendre compte avant le 15 juin avec un état des lieux de l’accidentologie du département, le bilan des infractions relevées par les radars fixes et mobiles et un programme d’installation des radars pédagogiques. Seront notamment conviés les parlementaires si soucieux de concertation. Dans le Doubs et le Territoire de Belfort, les réunions sont prévues le vendredi 10 juin et en Haute Saône elle aura lieu le mardi 7 juin.

Claude Guéant a confirmé hier que 2200 radars seront installés avant la fin de l’année 2011, sachant que de nombreuses communes ont déjà installé des cinémomètres. Ces radars, qui signalent aux automobilistes leur vitesse sans pour autant les sanctionner, ne remplaceront pas les panneaux signalant la présence de radars fixes dont le gouvernement a confirmé le démantèlement. Retour à la case départ… Seule compensation pour les députés UMP « exaspérés » : les fameuses réunions dites de concertation en préfecture.

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Marche pour le climat  : EELV Besançon fustige la récupération politique de la France Insoumise

Marche pour le climat  : EELV Besançon fustige la récupération politique de la France Insoumise

À deux jours de la marche pour le climat samedi 21 septembre à Besançon, le groupe local EELV Grand Besançon met en garde dans un communiqué le groupe Alternatiba Besançon d'une forme de récupération politique à la veille des élections municipales de 2020. "Une marche pour sauver le climat n’est pas une marche de promotion d'un parti politique pour les municipales" estime Europe Écologie Les Verts.

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Avocats, médecins et paramédicaux, pilotes, hôtesses et stewards... Après la RATP vendredi, des professions "qui n'ont pas l'habitude de manifester" descendent dans la rue ce lundi 16 septembre 2019 pour défendre leurs "régimes autonomes" de retraite contre le "système universel" voulu par l'exécutif. Une trentaine d'avocats bisontins sont montés à la capitale pour manifester...

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

"Je suis loin d'être aux 35 heures. La mairie c'est tout le temps", déclare Adrien Pellegrini (LR), constructeur immobilier de 40 ans et maire de La Longeville (Doubs) depuis 2014. Cette commune boisée de 800 habitants, qui compte neuf fermes laitières et de nombreux travailleurs frontaliers, est située dans le Jura, près de la frontière suisse.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.57
ciel dégagé
le 20/09 à 12h00
Vent
6.19 m/s
Pression
1021.72 hPa
Humidité
41 %

Sondage