Pourquoi y a-t-il une pénurie de beurre dans certains commerces ?

Publié le 24/10/2017 - 13:30
Mis à jour le 24/10/2017 - 17:49

Depuis plus de 10 jours, les consommateurs constatent une pénurie de beurre dans les grandes surfaces en France et particulièrement en Franche-Comté, en Bretagne, en Normandie et dans le Centre-Val de Loire, etc. Pourquoi ? Quelles sont les conséquences ? Que faire ?Réponses notamment avec la FRSEA Bourgogne Franche-Comté et les Jeunes Agriculteurs...

20171021_161321.jpg
Pénurie de Beurre chez Cora ©FRSEA Bourgogne Franche-Comté
PUBLICITÉ

Difficile de dévoiler les points de vente où la pénurie de beurre se faire ressentir à Besançon, les directions ne souhaitant pas communiquer à ce propos. Mais nombreux sont les consommateurs qui se retrouvent devant des rayons vides lorsqu’ils cherchent du beurre. Des écriteaux, comme une enseigne en Franche-Comté Cora, indiquent : « Ruptures sur le beurre – Le marché du beurre subit actuellement de fortes tensions : la baisse de collecte de lait, la baisse de teneur en matière grasse du lait et la forte demande mondiale entrainent un déséquilibre sur le marché (…) Voir photo ci-contre. 

Pourquoi ? 

Plusieurs facteurs expliquent cette pénurie :

Les dérèglements météorologiques : le fourrage récolté ces derniers mois nourrissant les vaches laitières a été de mauvaise qualité. Les vaches ont donc produit moins de lait.

Une demande internationale trop importante : la consommation de beurre dans le monde entier est en perpétuelle augmentation (En France : +5% en 2 ans, en Asie : +46% en 8 mois, aux États-Unis : +8% en un an, etc.) La production n’arrive plus à suivre.

Conflit entre les fournisseurs et les distributeurs : les distributeurs, préférant conserver leur marge quoiqu’il arrive, se livrent donc à un véritable « bras de fer » avec les fournisseurs. Ils sont même prêts à vendre leurs produits à l’étranger à des prix plus hauts. « Le prix du lait est souvent infe?rieur aux cou?ts de production. Ce de?calage est incompre?hensible entre le prix paye? a? la production et la bonne conjoncture des diffe?rents marche?s laitiers », soulignent la FRSEA Bourgogne Franche-Comté et les Jeunes agriculteurs. Certains fournisseurs préfèrent donc mettre un terme à leur contrat avec les distributeurs ce qui entraîne des rayons de supermarchés vides. 

Du côté des producteurs en Bourgogne Franche-Comté

« Alors que la valorisation beurre-poudre se situe a? pre?s de 350 € / 1 000 litres, que le prix du lait en Allemagne atteint pre?s de 365 € / 1 000 litres (en aou?t), que la valorisation du marche? inte?rieur augmente, que plusieurs magasins affichent des pe?nuries de beurre, les annonces de prix du lait aux producteurs par les leaders industriels au mois d’octobre 2017 plafonnent a? 325 € / 1 000 litres, avec des pressions a? la baisse », dénoncent la FRSEA Bourgogne Franche-Comté et les Jeunes agriculteurs. 

« Il est urgent d’obtenir des engagements de revalorisation » 

Selon la FRSEA Bourgogne Franche-Comté et les Jeunes agriculteurs, cela passe par l’application de la loi Sapin 2 « qui offre les moyens de prendre en compte les cou?ts de production et obtenir ainsi des revalorisations de tarifs. »

Ils demandent un « re?el partage de la valeur ajoute?e au sein de la filie?re. Les producteurs ne doivent plus e?tre la variable d’ajustement avec des prix toujours plus bas (prix paye? aux producteurs : 324 € /1 000 litres, en 2001, quasiment identique 16 ans plus tard, en 2017). » 

« Des producteurs laitiers fragilisés par cette crise » 

Pour la FRSEA Bourgogne Franche-Comté et les Jeunes agriculteurs, « la de?termination du prix doit e?tre adopte?e pour fixer un prix plus juste au niveau de la production. Au-dela? des de?clarations de bonnes intentions qui ont e?te? exprime?es lors des E?tats Ge?ne?raux de l’Alimentation, il devient maintenant urgent d’apporter des re?ponses concre?tes aux producteurs laitiers fragilise?s par cette crise. » 

« Il faut passer à la vitesse supérieure » 

Dans le cadre du re?glement Omnibus, l’Europe commence a? prendre en compte la ne?cessite? de stabiliser les prix paye?s aux producteurs avec la mise en place des organisations de ne?gociation. « Apre?s les palabres, il faut maintenant passer a? la vitesse supe?rieure pour donner de re?elles perspectives a? tous les producteurs en lait conventionnel », indiquent les syndicats. « Pour les consommateurs, l’une des meilleures fac?ons de soutenir les producteurs est de ve?rifier l’origine et la trac?abilite? de tous les produits. » 

Infos + Bourgogne Franche-Comté

L’exploitation laitière en Bourgogne Franche-Comté

En Bourgogne Franche-Comte?, on compte 1 700 exploitations laitie?res en lait conventionnel. Elles produisent 845 millions de litres par an. Entre 2010 et 2016, la re?gion a perdu plus de 400 exploitations laitie?res avec des chutes de plus de 10 % dans certains de?partements (Yonne, Co?te-d’Or, Haute-Sao?ne, etc.). En 2016, 60 % des exploitations en lait conventionnel ont eu un revenu ne?gatif. De nombreux agriculteurs ont des difficulte?s a? rembourser leurs e?che?ances. 

Infos +

Tout cela entraîne une explosion du prix du beurre industriel : il est passé de 2 500€ la tonne en avril 2016 à 6 800€ la tonne en septembre 2016.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Au Crédit Agricole, le sport comme école de la vie

Au Crédit Agricole, le sport comme école de la vie

publi-info • Le Crédit Agricole est une banque solidement ancrée dans les territoires et la Franche-Comté ne fait évidemment pas exception à cette règle. De ce fait, et de longue date, l’établissement bancaire s’est naturellement investi dans des activités sportives, parce que c’est une école de vie porteuse de valeurs allant de l’humilité au goût de l’effort.

Besançon, à vous de construire le bonheur qui va avec…

Besançon, à vous de construire le bonheur qui va avec…

Les 3 B • En devenant communauté urbaine au 1er juillet 2019, le Grand Besançon passe un cap et se dote d'une marque d'attractivité déclinable par les différents acteurs publics et privés du territoire qui ont participé à sa co-construction : "Besançon, Boosteur de bonheur", plus qu'une promesse mais un véritable art de vivre à la bisontine que les différents acteurs locaux vont s'approprier

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.74
partiellement nuageux
le 25/06 à 6h00
Vent
0.59 m/s
Pression
1018.46 hPa
Humidité
77 %

Sondage