Prix de l'énergie: les routiers demandent l'aide de l'Etat...

Publié le 04/03/2022 - 16:00
Mis à jour le 04/03/2022 - 06:53

Des organisations de transporteurs routiers ont appelé l’Etat a « prendre des mesures d’urgence » pour les soutenir, en raison notamment de la flambée des prix du gazole et du gaz naturel qui, selon elles, met en danger les entreprises du secteur.

 © D Poirier
© D Poirier

La Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) s'inquiète particulièrement de "l'explosion du coût des énergies, notamment du gaz". "Si les professionnels bénéficient d'un système de répercussion en pied de facture des variations des coûts du gazole et du gaz, cette disposition reste avant tout contractuelle et n'est en rien automatique. Même quand elle s'applique, la répercussion ne se fait pas toujours à bonne date et à bon niveau", indique-t-elle dans un communiqué.

"Pour les transporteurs concernés, la facture s'alourdit de plusieurs milliers d'euros de semaine en semaine", regrette-t-elle. "A cela s'ajoutent une inflation généralisée des coûts de production ainsi que d'autres problématiques comme l'allongement des délais de livraison", relève encore la Fédération, qui remarque que les transporteurs ont aussi augmenté les salaires de 5% au 1er février, avec l'engagement d'une nouvelle hausse de 1% en mai.

"Il est indispensable que l'Etat soutienne ponctuellement les entreprises du TRM (transport routier de marchandises, ndlr), secteur stratégique de l'économie française, dans cette période de choc inflationniste qui met en péril leur survie", insiste la FNTR. "Sur le terrain la colère

L'OTRE, autre organisation du secteur, remarque notamment que le gazole a augmenté de 45% en un an et le GNV (gaz naturel) de 250% en un an.

Elle réclame "des mesures urgentes, fortes et concrètes", constatant que "les transporteurs routiers, soumis à des marges très faibles, rencontrent les plus grandes difficultés à répercuter auprès de leurs clients(...) les importantes hausses de charges d'exploitation, notamment l'explosion jour après jour des prix de l'énergie.

L'organisation a demandé au ministre de l'Economie Bruno Le Maire un "bouclier tarifaire énergie" pour "garantir aux entreprises du transport routier un prix du carburant figé", et "des mesures en faveur de la trésorerie" des entreprises du secteur, selon un communiqué.

1 Commentaire

Si le carburant est trop cher pour faire rouler ces transporteurs qui se plaignent, pourquoi ne prennent-ils pas le rail et ainsi il y aura moins de pollution et aussi moins d'accidents???????
Publié le 9 mars 2022 à 21h03 par robert macarena • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.58
couvert
le 02/03 à 21h00
Vent
0.56 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
84 %