Producteurs laitiers : "L'esclavage est révolu"

Publié le 06/02/2014 - 18:10
Mis à jour le 15/04/2019 - 11:55

Dans un communiqué de presse, la Coordination rurale (CR) Franche-Comté et l’Organisation des producteurs de lait (OPL) dénoncent "un mépris et une  pression des laiteries" sur les producteurs de lait et l’inactivité de leur médiateur, concluant "L'esclavage est révolu". 

lait_cphotl.30.png
©photl

La résistance s’installe

PUBLICITÉ

Le  communiqué de la Coordination rurale Franche-Comté et de l’Organisation des producteurs de lait  :

« Alors que les producteurs de lait subissent une pression importante depuis plusieurs années, ils reçoivent désormais des courriers de menaces de leurs laiteries. Ces dernières leur signifient, au mépris du droit, l’arrêt des collectes tant que les contrats ne sont pas signés et si l’adhésion à la charte des bonnes pratiques n’est pas effective !
  
Un médiateur inactif et des producteurs esseulés
  
Malgré les discours rassurants du ministre qui visent à rappeler qu’un médiateur a été nommé, pour accompagner et répondre aux différends entre les producteurs et les laiteries, il s’avère aujourd’hui que les producteurs subissent toujours le harcèlement exercé par les laiteries.
 
Des OP bien muselées
 
La CR et l’OPL rappellent que la mission première des Organisations de Producteurs était de permettre un équilibre dans les négociations avec les laiteries. Aujourd’hui, le résultat de cette multitude d’OP liées aux laiteries est aberrant ! En effet, ces OP sont pieds et poings liés, acceptant même des réécritures de prix (y compris au sein des coopératives) et ne peuvent en aucun cas être efficaces tant dans l’équilibre des contrats et accords que dans les orientations du prix du lait.
 
L’esclavage est révolu
 
Le producteur laitier est un chef d’entreprise qui, à ce titre, doit garder le pouvoir de décision sur son exploitation. L’histoire nous a montré qu’à vouloir s’opposer aux libertés d’entreprendre et au droit de vivre dignement, la résistance s’installe et la révolte s’impose. »
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

Cinq mini-entreprises de Bourgogne Franche-Comté ont participé du 3 au 5 juillet 2019 à Lille au championnat national des mini-entreprises organisé par l'association "entreprendre pour apprendre". "Vin Mille Arômes", mini-entreprise de l’ECM de Besançon qui a créé une application d'accord mets-vins, a remporté le prix "champion national du numérique"

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.52
ciel dégagé
le 21/07 à 18h00
Vent
2.38 m/s
Pression
1021.97 hPa
Humidité
62 %

Sondage