Sécurité globale : 60 manifestants devant la préfecture du Doubs

Publié le 18/11/2020 - 15:24
Mis à jour le 18/11/2020 - 15:42

Une soixantaine de manifestants, dont plusieurs gilets jaunes, se sont rassemblés vers 19h mardi 17 novembre 2020 devant la préfecture du Doubs à Besançon pour protester contre la loi sur la sécurité globale en discussion à l’Assemblée.

17 novembre 2020 - préfecture du Doubs ©
17 novembre 2020 - préfecture du Doubs ©

Mardi, les députés ont entamé mardi l'examen de la proposition de loi Sécurité globale dont l'article 24 prévoit de pénaliser d'un an de prison et de 45.000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" d'un policier ou d'un gendarme en intervention lorsque celle-ci a pour but de porter "atteinte à son intégrité physique ou psychique".

Plusieurs rassemblements se sont tenus en France. A Paris, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à l'appel notamment de syndicats de journalistes et associations de défense des droits de l'homme pour protester contre le texte qui empêcherait selon eux journalistes et citoyens de filmer les forces de l'ordre durant les manifestations. Des incidents ont éclaté en fin de journée près de l'Assemblée nationale entre manifestants et forces de l'ordre qui ont interpellé 33 personnes.

A Besançon, une soixantaine de manifestants s'est rassemblée durant un peu plus d'une heure devant la préfecture du Doubs ont scandé plusieurs slogans "A bas le gouvernement, sécurité globale ça va faire mal..." ils ont démarré un barbecue et ont en profité pour fêter les deux ans du mouvement des Gilets jaunes. "Discuter une loi liberticide le jour des deux ans du mouvement des Gilets Jaunes, c'est une provocation" se sont offusqués plusieurs manifestants qui se donnent à nouveau rendez-vous ce samedi 21 novembre 2020 à 14h place de la Révolution.

LR demande le maintien de l'article 24

Ce mercredi 18 novembre 2020, le groupe LR à l'Assemblée nationale "s'opposera très clairement à la tentative de suppression" de l'article 24 de la proposition de loi Sécurité globale, a mis en garde son président Damien Abad.

"Nous sommes favorables à l'article 24 et nous nous opposerons très clairement à la tentative de suppression de cet article par des députés de la majorité parce qu'aujourd'hui on doit protéger les policiers, les gendarmes et les pompiers", a-t-il souligné en référence au souhait du MoDem, allié de LREM à l'Assemblée, de voir cet article supprimé.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Centre hospitalier de Novillars : l’intersyndicale appelle à la grève le 2 mai

C’en est trop pour les syndicats CGT et SUD qui se mobiliseront le 2 mai 2024 devant la maison d’accueil spécialisée pour adultes handicapés à Novillars. En cause ? Deux suppressions de postes infirmiers qui aggravent "le déficit infirmier" déjà en place ainsi que le "gel de lits" et une augmentation des contrats à durée déterminée…

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Mineurs isolés étrangers : Sol Mi Ré alerte sur la non-scolarisation de plus d’une soixantaine de jeunes à Besançon

Lors d’une conférence de presse le 10 avril 2024 devant l’inspection académique du Doubs à Besançon, le Collectif Solmiré a alerté sur la situation ”de plusieurs dizaines de jeunes non-pris en charge comme mineurs et non-scolarisés à ce jour” par l'Académie de Besançon.

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Problèmes de management au musée des Beaux-arts ? Les syndicats en grève le 12 avril

Mise à jour • Les syndicats Sud-Solidaires et FO organisent une manifestation vendredi 12 avril 2024 à 10h00 devant le musée des Beaux-Arts de Besançon afin de dénoncer des "dysfonctionnements liés au management" de la nouvelle directrice des Musées d’arts et du temps. Pour rappel, Laurence Madeline est en poste depuis un an.

Besançon : les professionnels du secteur social et médico-social dans la rue

Les personnels du DAHIS (dispositif d'accueil, d'hébergement et d’insertion sociale) de l'AHS FC (association d’hygiène sociale), qui regroupe les CADA (centre d'accueil des demandeurs d’asile) mais aussi les dispositifs mineurs non accompagnés, se sont réunies à 13h00 au 16 rue Gambetta à Besançon devant le siège du DAHIS. Ils ont ensuite rejoint la mobilisation intersyndicale à l’esplanade des droits de l’homme. Le cortège s’est rendu devant la préfecture afin de transmettre une pétition aux autorités. Cette dernière a recueilli 900 signatures, nous indique la CGT.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.48
légère pluie
le 25/04 à 12h00
Vent
2.99 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
59 %