Hausse des tarifs des autoroutes : risque d’un report massif du trafic des autoroutes vers les routes nationales

Publié le 30/01/2023 - 16:28
Mis à jour le 02/02/2023 - 15:30

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Autoroute A36  (illustration) © D Poirier
Autoroute A36 (illustration) © D Poirier

Alors que le ministre délégué aux Transports Clément Beaune semble se satisfaire de cette hausse "sensiblement inférieure à l’inflation" (6,33 % à fin octobre 2022) et que le ministre de l’Économie Bruno Le maire continue à ignorer les conclusions du rapport de l’Inspection générale des Finances qu’il a lui-même commandé, l’association "40 millions d’automobilistes" dénonce une énième hausse inadmissible pour les usagers des autoroutes.

Le risque d’un report massif du trafic des autoroutes vers le réseau secondaire

La première conséquence de cette nouvelle hausse du tarif des péages autoroutiers est qu’il rend l’accès au réseau de moins en moins accessible financièrement pour les usagers : "Avec la perte globale du pouvoir d’achat que subissent actuellement les Français, on comprend rapidement qu’ils vont être de plus en plus nombreux à ne plus pouvoir s’offrir le luxe d’emprunter le réseau autoroutier, et c’est très dommageable car c’est le réseau le plus sécuritaire. Les usagers risquent donc massivement de se reporter sur les routes nationales et départementales, 5 à 6 fois plus accidentogènes que les autoroutes", explique Philippe Nozière, président de "40 millions d’automobilistes ".

Des prix 60 % trop élevés selon l’Inspection générale des Finances

En plus des effets délétères de l’augmentation des tarifs, le rapport commandé par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui lui a été récemment remis par l’Inspection générale des Finances, rappelle que les prix pratiqués aux péages sont beaucoup trop élevés (de l’ordre de 60 %, selon l’administration).

"Pas besoin d’être l’IGF pour savoir que les autoroutes françaises coûtent trop cher aux usagers…", selon Pierre Chasseray, délégué général de l’association, qui explique que pour autant, "ce rapport a le mérite de rendre la chose officielle et publique, bien que le Ministre aurait sans doute préféré que cela ne s’ébruite pas, et qu’il fasse désormais la sourde oreille aux suggestions émises par les inspecteurs. Avec autant d’enjeux sur la table, l’inaction de Bruno Le Maire est un scandale politique. Économiquement, les tarifs pratiqués sont un non-sens. Il est donc impératif que les péages d’autoroutes retrouvent un niveau normal et acceptable pour les automobilistes. À tout le moins, l’État doit absolument se saisir de l’opportunité qu’il a de dénoncer les contrats en cours devant le Conseil d’État, parce qu’ils sont contraires à l’intérêt général", conclut-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Ligne des horlogers : des travaux de modernisation engagés jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.09
légère pluie
le 19/04 à 12h00
Vent
6.11 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
77 %