Taxe sur les super profits : Élisabeth Borne reste ouverte à l’idée

Publié le 28/08/2022 - 08:34
Mis à jour le 28/08/2022 - 08:34

La Première ministre Élisabeth Borne a accordé une interview au Parisien samedi 27 août 2022 et a distillé plusieurs pistes pour lutter contre l’inflation galopante.

Élisabeth Borne © FBK EB
Élisabeth Borne © FBK EB

Tout comme Emmanuel Macron, Élisabeth Borne s'est montrée très active pour sa rentrée politique. Et il y a de quoi. Face à l'inflation, la grogne des Français monte et le gouvernement se doit d'apporter des réponses. Dans une interview au Parisien, ce samedi 27 août, la Première ministre a ainsi affirmé ne pas "fermer la porte" à une taxation des "super profits" des entreprises, tout en disant préférer que l'entreprise qui le peut "baisse les prix pour le consommateur et donne du pouvoir d'achat à ses salariés".

"Personne ne comprendrait que des entreprises dégagent des profits exceptionnels alors même que les Français peuvent être inquiets pour leur pouvoir d'achat", a affirmé Élisabeth Borne dans sa première interview depuis la pause estivale.

"Je ne ferme pas la porte à taxer les super profits", a ajouté la Première ministre, qui doit s'exprimer lundi devant le Medef, au moment où les prix flambent partout dans le monde en raison notamment de la guerre en Ukraine. Mais, précise-t-elle, « je pense que le plus efficace et le plus concret pour les Français, c'est quand une entreprise, quand elle le peut, baisse les prix pour le consommateur et donne du pouvoir d'achat à ses salariés ».

"Je pense que les entreprises qui font des super profits doivent rendre du pouvoir d'achat aux Français" - Elisabeth Borne

"Prioritairement, je pense que les entreprises qui font des super profits doivent rendre du pouvoir d'achat aux Français en mobilisant les dispositifs votés début août" comme le triplement de la prime pouvoir d'achat, dite "prime Macron", sans charges sociales ni fiscalité, rappelle la cheffe du gouvernement qui promet qu'elle sera "attentive à ce qu'elles le fassent".

Certaines entreprises "ont déjà pris des engagements, nous veillerons à ce qu'ils soient respectés. Dans la période actuelle, tout le monde doit être responsable", a-t-elle insisté. Même si elle rappelle que le gouvernement n'a pas "cessé de baisser les impôts" et qu'elle ne va pas, à cet égard, "changer radicalement de position en (se) mettant à imposer des taxes à toutes les entreprises".

La taxation des "super profits" fait débat au sein même de la majorité, alors que les députés MoDem ont plaidé début août pour une "réflexion" à l'automne sur ce point, renvoyant notamment à une "mission flash" lancée par la commission des Finances. Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure a pour sa part annoncé vendredi qu'il allait proposer à ses partenaires de la Nupes l'organisation d'un référendum d'initiative partagée sur cette taxation.

"Les propriétaires de jets privés doivent participer à la réduction des gaz à effet de serre"

À propos du recours aux jets privés, très polluants, qui a suscité des débats au sein du gouvernement et que certains ministres voudraient réguler, Élisabeth Borne affirme que "les propriétaires de jets privés doivent, comme tout le monde, participer à la réduction des gaz à effet de serre".

Devant les cadres de la majorité réunis à Metz samedi, elle a aussi jugé "indispensable" "l'exemplarité des plus favorisés" mais qu'elle devait "s'inscrire dans une démarche globale" et planifiée sur l'écologie.

Élisabeth Borne va débloquer 1,5 milliard d'euros pour les collectivités

À cet égard, elle a annoncé le déblocage d'un "fonds vert" doté d'1,5 milliard d'euros destiné aux collectivités locales pour "les aider dans l'accélération de leur transition écologique".

Élisabeth Borne suggère d'utiliser ce fonds pour "la réhabilitation de friches pour limiter l'étalement urbain", pour rénover "énergétiquement les bâtiments publics comme par exemple certaines écoles", pour ramener "de la nature dans les villes" ou encore installer "des parkings relais" à leur entrée.

Face à la flambée des prix, notamment de l'énergie, elle a promis que l'exécutif n'allait "pas laisser les prix de l'énergie exploser", et amortirait "les hausses".

Après le bouclier tarifaire, qui se termine à la fin de l'année, "nous garderons des dispositifs pour amortir les hausses des prix de l'énergie. Et nous prendrons des dispositions spécifiques pour accompagner les plus fragiles", a assuré la Première ministre.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.01
nuageux
le 20/04 à 21h00
Vent
0.25 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
92 %