Taxe sur les super profits : Élisabeth Borne reste ouverte à l’idée

Publié le 28/08/2022 - 08:34
Mis à jour le 28/08/2022 - 08:34

La Première ministre Élisabeth Borne a accordé une interview au Parisien samedi 27 août 2022 et a distillé plusieurs pistes pour lutter contre l’inflation galopante.

Élisabeth Borne © FBK EB
Élisabeth Borne © FBK EB

Tout comme Emmanuel Macron, Élisabeth Borne s'est montrée très active pour sa rentrée politique. Et il y a de quoi. Face à l'inflation, la grogne des Français monte et le gouvernement se doit d'apporter des réponses. Dans une interview au Parisien, ce samedi 27 août, la Première ministre a ainsi affirmé ne pas "fermer la porte" à une taxation des "super profits" des entreprises, tout en disant préférer que l'entreprise qui le peut "baisse les prix pour le consommateur et donne du pouvoir d'achat à ses salariés".

"Personne ne comprendrait que des entreprises dégagent des profits exceptionnels alors même que les Français peuvent être inquiets pour leur pouvoir d'achat", a affirmé Élisabeth Borne dans sa première interview depuis la pause estivale.

"Je ne ferme pas la porte à taxer les super profits", a ajouté la Première ministre, qui doit s'exprimer lundi devant le Medef, au moment où les prix flambent partout dans le monde en raison notamment de la guerre en Ukraine. Mais, précise-t-elle, « je pense que le plus efficace et le plus concret pour les Français, c'est quand une entreprise, quand elle le peut, baisse les prix pour le consommateur et donne du pouvoir d'achat à ses salariés ».

"Je pense que les entreprises qui font des super profits doivent rendre du pouvoir d'achat aux Français" - Elisabeth Borne

"Prioritairement, je pense que les entreprises qui font des super profits doivent rendre du pouvoir d'achat aux Français en mobilisant les dispositifs votés début août" comme le triplement de la prime pouvoir d'achat, dite "prime Macron", sans charges sociales ni fiscalité, rappelle la cheffe du gouvernement qui promet qu'elle sera "attentive à ce qu'elles le fassent".

Certaines entreprises "ont déjà pris des engagements, nous veillerons à ce qu'ils soient respectés. Dans la période actuelle, tout le monde doit être responsable", a-t-elle insisté. Même si elle rappelle que le gouvernement n'a pas "cessé de baisser les impôts" et qu'elle ne va pas, à cet égard, "changer radicalement de position en (se) mettant à imposer des taxes à toutes les entreprises".

La taxation des "super profits" fait débat au sein même de la majorité, alors que les députés MoDem ont plaidé début août pour une "réflexion" à l'automne sur ce point, renvoyant notamment à une "mission flash" lancée par la commission des Finances. Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure a pour sa part annoncé vendredi qu'il allait proposer à ses partenaires de la Nupes l'organisation d'un référendum d'initiative partagée sur cette taxation.

"Les propriétaires de jets privés doivent participer à la réduction des gaz à effet de serre"

À propos du recours aux jets privés, très polluants, qui a suscité des débats au sein du gouvernement et que certains ministres voudraient réguler, Élisabeth Borne affirme que "les propriétaires de jets privés doivent, comme tout le monde, participer à la réduction des gaz à effet de serre".

Devant les cadres de la majorité réunis à Metz samedi, elle a aussi jugé "indispensable" "l'exemplarité des plus favorisés" mais qu'elle devait "s'inscrire dans une démarche globale" et planifiée sur l'écologie.

Élisabeth Borne va débloquer 1,5 milliard d'euros pour les collectivités

À cet égard, elle a annoncé le déblocage d'un "fonds vert" doté d'1,5 milliard d'euros destiné aux collectivités locales pour "les aider dans l'accélération de leur transition écologique".

Élisabeth Borne suggère d'utiliser ce fonds pour "la réhabilitation de friches pour limiter l'étalement urbain", pour rénover "énergétiquement les bâtiments publics comme par exemple certaines écoles", pour ramener "de la nature dans les villes" ou encore installer "des parkings relais" à leur entrée.

Face à la flambée des prix, notamment de l'énergie, elle a promis que l'exécutif n'allait "pas laisser les prix de l'énergie exploser", et amortirait "les hausses".

Après le bouclier tarifaire, qui se termine à la fin de l'année, "nous garderons des dispositifs pour amortir les hausses des prix de l'énergie. Et nous prendrons des dispositions spécifiques pour accompagner les plus fragiles", a assuré la Première ministre.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Crise énergétique : dès ce lundi, France Télévisions va diffuser une météo de l’électricité

Face à la crise énergétique, France Télévisions s'est engagé à sensibiliser les Français sur les gestes à mettre en oeuvre pour éviter les coupures d'électricité cet hiver, en relayant notamment Ecowatt, la météo de l'électricité, dès ce lundi 3 octobre sur ses antennes.

Trois dolois créent une nouvelle plateforme pour vendre et acheter des fruits et légumes… sans être un professionnel

Après deux années de travail, Oly a vu le jour ce mois de septembre 2022 dans le paysage franc-comtois. Il s’agit d’une plateforme créée par trois jeunes dolois, Rémi Vandelle, Théo Reffay et Adrien Berthenet, permettant de vendre et d’acheter des fruits, des légumes et des produits travaillés sans pour autant être primeur ou épicier.

Camaïeu ferme définitivement ses portes ce soir

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Quatorze PME intègrent la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté 

La Région Bourgogne-Franche-Comté et Bpifrance ont donné le coup d’envoi de la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 septembre à la Tonnellerie Rousseau à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Ce programme d'accompagnement personnalisé d’une durée de 24 mois compte 14 nouvelles PME à fort potentiel cette année.

Yann Le Guilloux nommé au directoire de la Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté

Le Conseil d’orientation et de surveillance (COS) de la Caisse d'Épargne de Bourgogne Franche-Comté a nommé, sur proposition de Jérôme Ballet, président du directoire, et Eric Fougère, président du COS, Yann Le Guilloux, en qualité de membre du directoire en charge du Pôle Banque de Détail (BDD). 

Burger King ouvre à Valdahon

Le fast-food ouvrira ses portes et ses grills jeudi 29 septembre 2022 dans la commune de Valdahon. Malgré des difficulté d’embauche de son personnel, Burger King est finalement parvenu à trouver du personnel "nombreux issus de la ville et des communes alentour".

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.9
partiellement nuageux
le 03/10 à 18h00
Vent
2.64 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
84 %

Sondage