Travaux publics cherchent chantiers désespérément

Publié le 25/06/2014 - 15:40
Mis à jour le 17/04/2019 - 14:15

Baisse des dotations de l'Etat, réduction des investissements de la part des collectivités... Le secteur des travaux publics souffre en Franche-Comté. 450 emplois ont déjà été perdus depuis 2008. Aujourd'hui, 280 entreprises y emploient 4500 personnes.

En perte de vitesse

PUBLICITÉ

Sinistrés, les travaux publics en région ont enregistré la plus forte baisse d’appels d’offre sur le premier trimestre 2014, de l’ordre de 38,7% (contre moins 17,9% de moyenne nationale). Cela fait maintenant un an et demi que la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) tire la sonnette d’alarme sans retour des pouvoirs publics. La profession n’exclut pas aujourd’hui d’aller plus loin dans ses revendications et a d’ores-et-déjà sollicité le préfet.

Pour Patrick Robert, président de la FRTP, il est plus que jamais temps d’investir, l’avenir de la profession étant menacé. Les commandes publiques représentent 70% de son chiffre d’affaires. Le manque de chantiers a aujourd’hui un impact sur les entreprises locales. « Beaucoup ont consommé les congés payés et leurs budgets de formation pour éviter les licenciements. »

Lutter contre l’immobilisme des collectivités

Les postes intérimaires ont aussi été supprimés. Mais cela ne suffit pas. Depuis 2008, 450 emplois ont ainsi été perdus et l’équivalent serait à venir d’ici 2017. La formation des jeunes est, elle aussi, en perte de vitesse avec notamment une chute remarquée de 25% des effectifs au Centre de formation des apprentis du bâtiment à Besançon.

Au principe de la grogne notamment : l’immobilisme des collectivités faisant suite à une année électorale et à la baisse des investissements, auquel s’ajoute « la peur de l’Etat, qui invite à réduire les dépenses ! » Des études récentes de Standard&Poors et de la Banque postale convergent également vers une diminution de l’investissement local de moins 6% avec une chute du chiffre d’affaires en région de 34% dans le pire des scénarios d’ici à 2017 passant de 55,5 à 34,7 millions d’euros.

Les gros chantiers aujourd’hui achevés

Il faut dire que la Franche-Comté se reposait jusqu’à maintenant sur d’importants chantiers comme celui du tramway de Besançon, qui a représenté 160 millions d’euros pour les TP, ou le réseau de transports Optymo à Belfort et la LGV Rhin-Rhône. Désormais achevés, il faut trouver des solutions pour préserver les emplois locaux.

Le Conseil général de Haute-Saône a choisi de mettre en place un plan de relance pour permettre le maintien des chantiers. La profession mise sur ce genre d’initiatives et invite les collectivités à l’entretien de leurs voiries ou de leurs canalisations où il y aurait à faire puisque le taux de perte moyen de l’eau est encore de 27% en Franche-Comté. « Nos élus n’ont pas conscience de l’importance de ces chantiers. S’ils ne sont pas faits de façon régulière, cela occasionnera des travaux plus importants après », confie Patrick Robert. « Avec un investissement moyen de 100 000 euros, ce sont ces petits chantiers qui nous font vivre aussi ! »

Le déploiement du très haut débit représenterait également une perspective d’emploi pour la profession ; les programmes immobiliers, aussi bien publics que privés, étant eux aussi au ralenti.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

publi-info • Le centre de sports indoor Play Arena propose une offre unique à Besançon : 3 terrains de football, 4 terrains de badminton et 2 courts de squash sur une surface de plus de 2 800 m2. C’est aussi un complexe aménagé pour l’accueil des séminaires d’entreprises et team building.

Peugeot Saveurs SNC, à Quingey, organise sa braderie du 21 au 23 juin

Peugeot Saveurs SNC, à Quingey, organise sa braderie du 21 au 23 juin

Publi-info • Peugeot Saveurs SNC conçoit et fabrique à Quingey nombre de produits qui prennent place sur nos tables, dont les célèbres moulins Peugeot et des accessoires dédiés à la dégustation du vin. Cette année, du 21 au 23 juin, la manufacture organise sa première grande braderie autour de ses fabrications.

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Installé à  Saint-Loup-sur-Semouse en Haute-Saône, le fabricant de meubles en kit a été placé à sa demande en redressement judiciaire le 5 juin 2019 par le tribunal de commerce de Dijon. Huit élus ont décidé de se mobiliser. A leur initiative, une réunion se tiendra prochainement à Bercy.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.53
couvert
le 21/06 à 0h00
Vent
1.46 m/s
Pression
1017.51 hPa
Humidité
97 %

Sondage