Alerte Témoin

Un ancien de l’ENSMM à la tête du syndicat de la mécatronique

Publié le 02/05/2012 - 16:56
Mis à jour le 02/05/2012 - 16:56

Bruno Grandjean, ingénieur ENSMM (Ecole nationale supérieure de mécanique et des microtechniques) de Besançon, a été nommé président du syndicat des industriels de la mécatronique, Artema.

Innover, investir, produire et concevoir en France sont les maître-mots de Bruno Grandjean pour qui la mécatronique est un facteur clé du développement de l’Industrie en France.

Bruno Grandjean, est président du directoire du spécialiste des mécanismes de transmissions pour les machines-outils Redex SA, société leader européen en ingénierie et fabrication mécanique de haute précision.

Il a été élu pour trois ans à la tête d'Artema. Cette fédération de 120 entreprises, affiliée à la fédération des industries mécaniques, la FIM, revendique 80% de la production nationale du secteur, avec un volume total de chiffre d'affaires de 5,3 milliards d'euros.

Ingénieur diplômé de l'ENSMM, promotion 1988, titulaire d'un DEA en robotique, Bruno Grandjean est notamment passé par l'Université de Stanford et a débuté sa carrière chez Turboméca avant de rejoindre Redex en 1994.

Mécatronique : mot valise, compilation de  mécanique et d’électronique. La mécatronique est une technique industrielle consistant à utiliser en association la mécanique, l'électronique, l'automatique et l'informatique pour la conception et la fabrication de nouveaux produits.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Bourgogne : La Compagnie des Ateliers Peyrache, candidat à la reprise de l’entreprise Gerbe

La Compagnie des Ateliers Peyrache (LCAP), groupe textile français dirigé par Ludovic et Corinne Gaudic, est candidat à la reprise de Gerbe, selon un communiqué du 28 mai 2020. L’entreprise bourguignonne de confection de collants et bas pour femmes hauts-de-gamme avait été reprise par un groupe chinois en 2015. Au début de la crise du coronavirus, ce récent propriétaire a abandonné l'entreprise qui est en redressement judiciaire depuis le 14 avril.

Camaïeu placé en redressement judiciaire

Victime directe, selon la direction, de la crise du Covid-19, l'entreprise de prêt-à-porter Camaïeu, spécialiste de l'habillement féminin qui emploie 3.900 salariés en France dont 450 au siège social à Roubaix (Nord) a été placée mardi 27 mai 2020 en redressement judiciaire. Pour rappel, la ville de Besançon compte deux boutiques.

Réouverture des cafés et restaurants : on en sait un peu plus sur le protocole sanitaire qui devrait être imposé

Sur la carte du déconfinement du 11 mai dernier, les restaurants et cafés dans les départements "verts" devraient pouvoir rouvrir au public autour du 2 juin. En Bourgogne Franche-Comté, si elle devient "verte", il faudra attendre au minimum trois semaines pour évoquer la réouverture de ce type de commerces. Découvrez les mesures anti-covid-19 auxquelles hôteliers, restaurateurs, cafetiers, barman et clients devront s'attendre…

Concours Talents des Cités : déposez votre candidature !

Ce concours a pour objectif de repérer, récompenser et accompagner les initiatives des entrepreneurs issus des quartiers prioritaires de la ville. Il a été créé à l'initiative du ministère chargé de la Ville et du Logement et de Bpifrance, et organisé dans toute la France par BGE. Dépôt des candidatures avant le 31 juillet 2020...

L’enseigne de prêt-à-porter Naf Naf en redressement judiciaire

Si de nombreux secteurs subissent de plein fouet la crise économique liée à la crise sanitaire du covi19, les enseignes de prêt-à-porter ne sont pas épargnées dont Naf Naf. L'entreprise est en redressement judiciaire depuis le 15 mai. Deux magasins de la marque sont installés à Besançon depuis de nombreuses années.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.73
ciel dégagé
le 29/05 à 0h00
Vent
3.77 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
55 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune