Un couple de Besançon découvre une météorite !

Publié le 03/08/2013 - 10:33
Mis à jour le 03/08/2013 - 11:23

12 ans après la chute d’une météorite à Beni M’Hira en Tunisie, Fabien Kuntz et sa compagne ont retrouvé sa zone d’impact et 179 fragments ont pu être récoltés. Ces chercheurs de météorite passionnés, installés à Besançon, savourent leur joie et s’apprêtent à partager leurs données afin d’en faire profiter à tous les amoureux d’astronomie et les chercheurs spécialisés.

Le travail du chasseur de météorites est souvent fait de beaucoup de travail, d'un peu de chance. En effet, c'est à l'occasion d'une pause touristique pour prendre en photo des dromadaires que nos chasseurs ont trouvé, par hasard, le premier fragment de la chute de Beni M'Hira après des heures de recherches infructueuses. Fabien Kuntz et sa compagne sillonnent les déserts à la recherche de morceaux de planètes et leur patience vient d'être récompensée.

La chute de cette météorite, le lundi 8 janvier 2001, dans les environs de Beni M'Hira (Tunisie) avait fait trembler les murs et marqué les esprits. En cela, elle est comparable à celle de février dernier en Russie. La différence est que la météorite de Beni M'Hira était, en grande partie, restée bien cachée dans les sables du désert. A la suite de cette découverte, les équipes de WWMeteorites et MeteorCenter sont parvenues à collecter 179 spécimens, allant de 3g à 500g, lors de quatre voyages de prospection.

Un intérêt scientifique

L’origine de cette météorite (la ceinture d’astéroïde entre Mars et Jupiter) en fait en grande partie sa valeur. Contrairement à l'image de "pilleurs sans scrupule" que certains leur attribuent, les chasseurs de météorites collaborent étroitement avec les chercheurs pour faire progresser les connaissances dans ce domaine très particulier. Des mesures sont réalisées sur la météorite de Beni M'Hira pour le compte d'un chercheur de l'université d'Aix-Marseille.

Le métier de chasseur de météorite est aussi rare que mal connu. Il n'existe que 200 professionnels environ dans le monde. 

Une conférence de presse le jeudi 8 août 2013 à l'Observatoire de Besançon

Les équipes à l’origine de ce travail vont exposer le fruit de leurs recherches communes le jeudi 8 août à l'Observatoire de Besançon. Elles rendront publiques les coordonnées GPS exactes et la carte complète de cette trouvaille rare et  le livre - récit de voyage et d'aventures : "Beni M'Hira, la météorite oubliée..."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Les 10 conseils du Codever pour randonner sereinement

Cet été, un randonneur averti en vaut deux. À l’approche des grands départs en vacances, le Collectif de défense des loisirs verts (CODEVER) souhaite informer les touristes pour qu’ils profitent sereinement de leurs balades, à pied, à vélo, à VTT, à cheval, à moto, en quad etc… Que l’on crapahute en montagne, le long des côtes, en forêt, sur les sentiers ou les chemins, voici la charte de bonne conduite soumise par le CODEVER.

Météo : un week-end ensoleillé mais sous les normales de saison en Franche-Comté

Ce premier week-end de grandes vacances ne se déroulera pas partout en Franche-Comté sous les meilleures hospices. Samedi 12 juillet le soleil sera de la partie mais les températures ne sernt pas très élevées pour un mois de juillet. Le dimanche 14 juillet ce sera un peu mieux et au moins la pluie ne devrait pas s'inviter pour le feu d'artifice selon les prévisions de Météo France…

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Sécheresse 2023 : cinq communes de Haute-Saône reconnues en état de catastrophe naturelle

Par arrêté interministériel du 1er juillet 2024 publié au Journal Officiel du 2 juillet 2024, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour les communes d'Avrigney-Virey, Bussières, Chenevrey-et-Morogne, et Thiénans pour les dommages causés par des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur la période de janvier à mars 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.44
partiellement nuageux
le 19/07 à 00h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
91 %