Alerte Témoin

"Un(e) chef(fe) Saint-Vit à table" : deux couples en face à face pour reprendre un restaurant

Publié le 05/11/2018 - 11:12
Mis à jour le 06/11/2018 - 23:03

Comme pour un télé-crochet culinaire, Pascal Routhier, le maire de Saint-Vit dans le Grand Besançon a lancé en mai 2018 un concours pour trouver le ou la chef(fe) du restaurant du centre-ville de Saint-Vit pour lui donner une seconde vie. Le 31 octobre dernier, les deux couples candidats à la reprise du commerce ont pris connaissance du thème de l'épreuve technique…

concours retaurant saint-vit.19
Thomas, Sandra, Romuald Fassenet, Elodie et Thibault. ©DR

Au 29 juin 2018, une seule personne avait rendu un dossier de création d’entreprise, mais le test cuisine n’avait pas convaincu les 12 membres du jury. Durant l’été, deux couples de candidats ont déposé leur candidature à la mairie.

Pascal Routhier et Romuald Fassenet, Meilleur ouvrier de France et coach du Bocuse d'Or, parrain de l'opération "Un chef Saint-Vit à table", ont accueilli les deux couples candidats, Sandra et Thomas, et Thibault et Elodie, dans les locaux de Cuisne Mode d'Emploi à Besançon, lieu de l'épreuve technique qui se déroulera le 9 novembre prochain.

200€ pour un sujet "Retour de marché, menu d'automne"

Les candidats ont visité les locaux de l'école de cuisine avant de prendre connaissance du sujet dont le titre est "Retour de marché, menu d'automne".

Pour faire leurs courses le 8 novembre dans le cadre de l'épreuve, les couples recevront chacun un bon de 200€ à dépenser au magasin Métro. Le 9 novembre, ils prépareront un menu d'automne qu'ils feront déguster aux 14 membres du jury issus de divers milieux professionnels.

Infos +

Suite à la fermeture en 2016 de l’hôtel-restaurant "le Soleil d’Or" situé dans le centre-bourg, la commune de Saint-Vit a racheté l’immeuble pour donner une seconde vie au restaurant, maintenir une activité de restauration de qualité, préserver un lieu de convivialité et une vitalité commerciale de son centre.

La mairie a ainsi fait appel à une architecte d’intérieur pour imaginer le futur restaurant et faciliter l’installation d’un porteur de projet en proposant un très bel outil de travail, neuf et prêt à l’emploi. La fin des travaux de rénovation est prévue en décembre 2018.  La ville de Saint-Vit met à disposition le local de restauration en location gérance dans un premier temps et souhaite à terme revendre les murs au porteur de projet.

La commune a lancé un appel à projet en mai dernier pour trouver le ou la gérant(e) de ce futur restaurant, situé place Simone Veil à Saint-Vite qui comprend une cuisine, des sanitaires, un salon, et deux salles de service. Le porteur de projet pourra également bénéficier d’une permission de voirie devant son établissement afin d’établir une terrasse.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

L’enseigne de prêt-à-porter Naf Naf en redressement judiciaire

Si de nombreux secteurs subissent de plein fouet la crise économique liée à la crise sanitaire du covi19, les enseignes de prêt-à-porter ne sont pas épargnées dont Naf Naf. L'entreprise est en redressement judiciaire depuis le 15 mai. Deux magasins de la marque sont installés à Besançon depuis de nombreuses années.

Auriez-vous envie de tout casser pour vous détendre à Besançon ?

C'est l'idée de Clément Ducret, 24 ans, et Lucas Chartier, 25 ans, deux jeunes entrepreneurs bisontins : créer un lieu où tout le monde pourrait venir se défouler dans le but d'évacuer son stress… Ce concept de salle de défoulement existe aux États-Unis, au Canada, et dans des grandes villes de France . Avant de lancer le concept à Besançon, les deux entrepreneurs lancent un questionnaire à la population…

« La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise »

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".

EMCO à Dampierre : « C’est une véritable révolution technologique qui se dessine »

LA PAROLE AUX ENTREPRISES • La Communauté de commune de Jura Nord propose une série d’articles sur "l’après-crise" et donne la parole aux entrepreneurs et acteurs associatifs. Ce lundi 25 mai, la collectivité publie une interview du leader européen du tapis d’entrée dont le siège français est basé à Dampierre, la société EMCO France, dont nous nous faisons le relais. Cette entreprise a subi de plein fouet la crise sanitaire avec un arrêt brutal et total de son activité le 17 mars dernier. Son directeur général, Anselme Hoffmann, mise aujourd’hui sur la commande publique pour rebondir et retrouver au plus vite de la croissance. Pour lui, il faudra intégrer plus de télétravail dans les process d’entreprises, enseignement essentiel à tirer de ce marasme sans précédent.

Tourisme et restauration : des députés inquiets. Danielle Brulebois s’alarme des annulations « en cascade » dans le Jura

Plusieurs députés ont plaidé mardi soir pour une réouverture rapide des bars et restaurants, et plus généralement pour une relance du tourisme, des secteurs à "sauver" selon eux dans la crise du coronavirus. La députée LREM du Jura Danielle Brulebois s'inquiète des annulations des réservations en raison du classement rouge de son département. Elle  réclame "une carte départementalisée" et non régionale.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.74
ciel dégagé
le 27/05 à 6h00
Vent
4.68 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
85 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune