Alerte Témoin

Vintage Corner : "On fait vraiment de la mode"

Publié le 27/03/2014 - 10:45
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:09

En septembre 2014, Olivier Lecossois fêtera les 20 ans de Vintage Corner. Née dans la cour du 14 Grande-Rue à Besançon, puis déménagée en 2001 au 9 rue d’Anvers, cette enseigne indépendante dédiée à la mode cultive depuis toujours l’image d’une "boutique-laboratoire". 

Le commerçant du mois « Besac kdo »

"On a toujours fait un peu figure de laboratoire à Besançon", rappelle Olivier Lecossois qui a ouvert Vintage Corner en 1994 dans la cour du 14 Grande-Rue à Besançon, véritable trage entre la Grande-Rue et la rue du Lycée. Exproprié pour cause de travaux de l’îlot Pasteur, il a posé ses valises emplies de vêtements au 9 rue d’Anvers il y maintenant 13 ans. 
 
"Les marques s’attirent entre elles. On est très très sollicités et souvent les premiers sur Besançon à avoir certaines marques. Chaque saison, on a 20 à 25 marques différentes, dont la moitié en exclu. La moitié aussi de nos marques sont pérennes, comme Pépé Jeans avec qui je travaille depuis 17 ans. Les autres sont des satellites : c’est le produit qu’il faut avoir à un moment donné et qui va durer une, deux, trois saisons. Souvent je rentre une marque pour un seul produit, d’où la multiplication des labels chez moi."
 

Comme le Monopoly

Variété de styles, Olivier Lecossois, assisté de Ludivine et de Justine son apprentie, habille aussi bien des jeunes qui veulent le même look que leur star ou sportif préféré que des adultes à la recherche de marques underground. Et ça, ça lui plaît. "Je m’adresse à tout type de clientèle. J’aime dire que je suis comme le Monopoly, je vais de 7 à 77 ans, s’amuse-t-il. Il n’y a pas de limite. La seule limite, c’est la taille. Et je joue le jeu des tailles avec les tailles intermédiaires (comme le 35, le 37, le 39, etc.) Notre cœur de cible va de 20 à 50 ans, mais on habille aussi des gens plus jeunes et plus âgés. J’ai des femmes qui viennent chez moi avec leurs petits-enfants, ou des papys de 70 ans pour la marque Fred Perry.  Avec plus de 2.000 références, on trouve de tout chez nous et tout le temps des nouveautés." 
 
Ce printemps par exemple, Olivier Lecossois a rentré de nouveaux labels pour les femmes : les anglais Yumi et Uttam Boutic, et le français Mamouchka, dont les robes et tuniques s’ajoutent à celles de la marque marseillaise Sessùn qu’il suit depuis plusieurs années.
 

La crise est passée par là

Variété de prix aussi avec une large gamme ! "De 2002 à 2005/2006, je n’avais pas un jean en dessous de 110 euros, je montais même jusqu’à 190 euros, rappelle-t-il. Mais la crise est passée par là. Maintenant mes jeans les plus chers sont à 69 euros et mes plus grosses ventes à 50 euros. Ce n’est pas de la moins belle qualité, mais ce sont des jeans bruts, plus épurés qu’à l’époque, avec très peu de process, très peu de délavage. Pour tous les produits que j’achète, j’essaie d’avoir le prix juste." Et pour ceux qui ont "un peu moins de sous", il y a en permanence un rayon "fin de série de saison" près du comptoir.
 
Initiales de Vintage Corner, VC sont aussi celles de vente conseil, fait remarquer Olivier Lecossois. "Nous, on fait vraiment de la mode, donc ça doit être seyant, insiste-t-il. On a une connaissance des tendances pour une clientèle qui veut un produit un peu looké et on sait les coupes qui sont adaptées à la morphologie du client. On est là pour vendre à la fois ce qui vous va et ce qui est tendance." C’est à ce savoir-faire et à sa réputation dans ce domaine qu’il a su se forger au fil des années que ce commerçant bisontin pense devoir sa survie pendant les travaux du tram. 
 

Le centre-ville, c’est dans le méandre du Doubs

"On a vraiment vécu deux années difficiles, raconte Olivier Lecossois. Petit à petit, on s’est enfoncé dans une longue période où la fréquentation n’arrêtait pas de baisser. Alors que les gens continuaient de me faire des éloges sur ma boutique et mes produits, je voyais de moins en moins de monde. Mes clients m’expliquaient qu’ils ne venaient plus au centre-ville à cause des bouchons. Mais ils me disaient, tenez bon !" Il  a heureusement tenu bon et aujourd’hui il espère que le pire est derrière lui. 
 
"Depuis novembre, on voit revenir des gens qu’on ne voyait plus, constate-t-il. J’en ai parlé avec d’autre commerçants, c’est vraiment concomitant avec la réouverture du pont Battant et du pont de la République. Je pense qu’on va vers du mieux et le mieux c’est que les Bisontins se réapproprient le centre-ville. J’espère que l’équipe municipale qui va être élue va mettre des actions en place. Le centre-ville, c’est dans le méandre du Doubs, ce n’est pas à Micropolis comme l’indique le panneau". Comprenez celui du Trou au Loup qui oriente les automobilistes vers la voie des Mercureaux plutôt que la cote de Morre, les incitant ainsi à rejoindre les magasins de Chateaufarine et non ceux du cœur de la cité.
 
    • Vintage Corner (urban et casual-wear), 9 rue d’Anvers à Besançon. Tél. 03.81.81.89.90.
    • Le lundi de 14h à 18h45, du mardi au jeudi de 10h à 12h15 et de 14h à 19h, le vendredi et le samedi de 10h à 19h.
    • Derniers jours des 3 S (3 Semaines) : Vintage Corner (comme quatre boutiques de la rue Pasteur : Mégasport, Belleville, Que du bonheur et Marguerite) propose des promotions sur une sélection homme et femme printemps/été. Jusqu’au 2 avril.
Bezac Kdo
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Conjoncture du mois de juillet : incertitudes dans l’industrie, activité renforcée dans le secteur marchands

La Banque de France vient d'éditer une note de conjoncture (enquête auprès des dirigeants d'entreprises sur leur niveau d’activité) pour le mois de juillet 2020. Dans l'industrie, la production se redresse, mais reste en deçà d'un niveau jugé "normal". Dans les services marchands, l’activité s’est renforcée, à un rythme supérieur à l’attendu avec des prévisions d’activité favorables.

Et si vous mangiez "local" cet été en Bourgogne Franche-Comté ?

La Région Bourgogne-Franche-Comté a souhaité se mobiliser aux côtés des chambres départementales pour promouvoir la plateforme "J’veux du Local" permettant aux habitants de chaque département de connaître, d’entrer en contact et d’acheter les produits émanant de leurs producteurs locaux. Si la campagne d’information est régionale, la plateforme permet une mise en relation du grand public avec les acteurs de son département.

Entreprises et Covid-19 : de nouvelles mesures mises en place par l’Urssaf Franche-Comté

L’Urssaf accompagne les entreprises depuis le début de la crise sanitaire en leur permettant de reporter le paiement de leurs cotisations, de façon simple et sans aucune pénalité. Cet accompagnement continue et évolue avec la mise en place de nouvelles mesures d’accompagnement adaptées, est-il précisé ce mois d'août 2020.

Vrabiloc, une épicerie ambulante de produits en vrac, bio et locaux sillone le Grand Besançon…

Après avoir travaillé dans la restauration, Alexandra, 38 ans, a décidé de se mettre à son compte en septembre 2019 en ouvrant une épicerie itinérante dans le Grand Besançon : Vrabiloc. Son concept : proposer des produits locaux et artisanaux, frais ou sec et sans déchet. Le truc en + de son épicerie : elle est 100% autonome grâce à des panneaux solaires. Interview.

Rachat de Bombardier Transport par Alstom : « la Bourgogne Franche-Comté doit tirer son épingle du jeu » (MG Dufay)

La Commission européenne a autorisé sous conditions vendredi 31 juillet 2020 le rachat par Alstom de la branche transports du canadien Bombardier, qui donnera naissance à un géant du rail, un an et demi après le mariage avorté du groupe français avec Siemens."C’est toute la filière ferroviaire régionale qui en sort gagnante notamment pour les trois sites Alstom que compte notre territoire" a commenté Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Relocalisation du Meltblown pour la fabrication de masques en France :  une entreprise de Montbéliard se distingue…

Créée en juin 2020 à Montbéliard, la société Meltblo France a été retenue par l'État pour produire du meltblown, une matière filtrante utilisée pour la fabrication de masques chirurgicaux et de masques FFP2 et FFP3. Le projet d'investissement de Meltblo France s'élève à 4,5 M€. La Région Bourgogne Franche-Comté a décidé de soutenir la société à hauteur de 1,1 M€. La future ligne de production de meltblown devrait être opérationnelle au printemps 2021.

Le marché automobile français continue de se redresser en juillet, aidé par les mesures de soutien

Les immatriculations de voitures particulières neuves en France ont progressé de près de 4% en juillet, a annoncé samedi le comité des constructeurs CCFA, se félicitant que les mesures de soutien déployées par le gouvernement en faveur du secteur "aient bien fonctionné". Si le groupe  Renault affiche de très bon chiffres (+33%), PSA est en recul de 5 %.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     24.35
    peu nuageux
    le 13/08 à 18h00
    Vent
    0.61 m/s
    Pression
    1018 hPa
    Humidité
    60 %

    Sondage