Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Régionales Bourgogne Franche-Comté : et les jeunes dans tout ça ?

©roman - cliquez sur l'image pour agrandir
le comparatif des programmes

Les régions sont en charge de la construction, de l'entretien et du fonctionnement des lycées. On compte 95 établissements en Franche-Comté et 120 en Bourgogne. Mais au delà des lycées, quelles politiques les candidats entendent-il mener à destination de la jeunesse ? Voici leurs propositions…

Publicité

Les propositions pour les lycées

FN : Sophie Montel

Nous serons attentifs à ce que les élèves puissent apprendre dans de bonnes conditions.

Nous mènerons les investissements nécessaires pour que les bâtiments qui en ont besoin soient modernisés. Dans les cantines de nos lycées et de nos établissements publics régionaux « manger français » (avec des menus composés à base de produits locaux) deviendra la norme. Afin de faire respecter la laïcité, nous supprimerons les menus confessionnels.

En outre, la sureté au sein des lycées étant la condition essentielle pour assurer l’épanouissement et la réussite des élèves, l’installation de caméras de vidéo-protection sera financée pour les établissements qui le souhaitent et la lutte contre les violences et les trafics hissée au rang des priorités régionales. Nous encouragerons fortement l’apprentissage et la formation professionnelle, qui préparent le mieux au marché de l’emploi.

Les métiers manuels seront revalorisés et les formations proposées, adaptées aux besoins réels du marché du travail.

UPR : Charles Henri Gallois

Proposer dans les cantines scolaires des menus de qualité :

  • des produits locaux, frais, bio si possibles, éducation à la diététique
  • des produits variés permettant à tous les enfants de se sentir à l'aise à la cantine et mettant un terme aux polémiques stériles. Exemples : plats végétariens, plats avec porc et plat sans porc (ni interdiction ni obligation, aux enfants de choisir, comme dans les avions en somme).

Faire de l’éducation populaire dans les lycées 

Rénover en priorité les lycées dans les zones « sensibles » 

UDI-LR-DVD : François Sauvadet

La gestion de nos lycées doit être moderne, équitable et ne pas négliger la question de l’emploi comme c’est le cas actuellement.

Nous reverrons la carte des formations professionnelles pour proposer des formations territorialisées qui débouchent toutes sur un emploi.

Nous garantirons un accès pour tous aux savoirs de base. Pour cela, les lycées et les CFA seront équipés d’outils pédagogiques modernes dont l’accès sera étendu à tous les élèves.

Nous accélérerons les chantiers de construction et de rénovation pour des lycées agrandis, accessibles et connectés.

Nous privilégierons un tarif unique dans les cantines plutôt qu’une tarification sociale qui pénalise le pouvoir d’achat des familles.

Nous lancerons un audit sécurité des lycées et renforcerons la vidéo-protection. Nous passerons des accords avec Police et Gendarmerie pour assurer une présence autour des lycées et lutter contre le racket. 

Alliance Écologiste Indépendante : Julien Gonzales

Nous apporterons une contribution plus importante à l'apprentissage aux métiers manuels spécialisés afin d'exploiter les gisements d'emplois manuels délaissés. Nous favoriserons les formations dans le domaine de l’environnement avec une approche écologique, concernant l’énergie, l’habitat, les transports… à coupler avec les établissements secondaires et l’enseignement supérieur ainsi qu’avec les Chambres de Métiers, d’Artisanat, de Commerce et d’Industrie. 

Nous multiplierons les passerelles en formation continue. Nous généraliserons la rénovation et la construction des lycées et des centres de formation d’apprentis (CFA) au label Haute Qualité Environnementale : isolation, matériaux écologiques, chauffage à énergie renouvelable…

Nous voulons offrir une alimentation plus saine, en proposant à chaque repas un menu à base de produits biologiques et régionaux avec alternative végétarienne dans toutes les cantines des lycées et CFA de Bourgogne et Franche-Comté. Nous refusons de confier au secteur privé la restauration scolaire, les métiers ou services effectués par les personnels non enseignants. La violence scolaire sera combattue avec des personnels éducatifs.

EELV : Cécile Prudhomme

 Nous avons d'une part des propositions en direction des lycéens :

  • garantir la gratuité des manuels scolaires
  • Mettre en place un plan régional de lutte contre le décrochage scolaire en partenariat avec le Rectorat
  • Soutenir la mise en place d’un établissement public expérimental ouvert aux élèves en rupture scolaire majeure non limité à la re-préparation des examens,
  • Multiplier les occasions de rencontre entre les lycéens/étudiants et les métiers d’avenir,
  • Poursuivre la mise en place des Espaces Numériques de Travail dans tous les établissements
  • Renforcer la mobilité européenne et internationale des lycéens et apprentis

Nous souhaitons également que les lycées participent à la transition écologique, en rénovant les bâtiments pour réduire les consommations d'énergie, en introduisant l'alimentation biologique et des menus végétariens dans la restauration scolaire et avec des lycées « zéro phyto ».

L'Alternative à gauche : Nathalie Vermorel

L’argent de la Région sera réservé au service public et laïc, avec la fin des subventions facultatives à l’enseignement privé. Aucun lycée de la région ne doit fermer.

Nous proposons :

  • la généralisation de la gratuité des manuels scolaires et de la « caisse à  outil » des apprentis des tarifs de restauration scolaire et en fonction des ressources des parents 
  • d’amplifier l’effort en faveur de l’équipement des lycées (salles de classes, laboratoires, ateliers, équipements sportifs)
  • de développer politiques culturelles à destination des lycéens en lien avec la création, avec des tarifications avantageuses et des référents culture dans les lycées 
  • d’aider à la pratique sportive avec la création d’équipements et l’aide au financement des licences sportives pour les jeunes
  • un plan de lutte contre le « décrochage scolaire » 
  • la mise en place d'un budget participatif élaboré par les personnels et les lycéens
  • une commission travaux dans chaque lycée, pour qu’ils répondent pleinement aux besoins des usagers
  • assurer la pérennité du personnel non enseignant par des emplois statutaires en nombre suffisant pour système éducatif de qualité. 

Lutte Ouvrière Claire Rocher

Lutte Ouvrière n'a pas répondu à nos questions dans le détail des programmes  :  "Il est évident que nous ne serons pas élus à la tête de la Région et que nous nous élevons contre tous ces politiciens qui ne sont pas avares de promesses. Promesses qu’ils jettent aux oubliettes sitôt élus. Ces élections sont politiques et il est important qu’un courant ouvrier, un courant communiste se fasse entendre à travers les élections régionales de décembre". 

Debout la France : Maxime Thiebaut

Debout la France, veut donner un avenir à notre jeunesse en relançant réellement les investissements dans nos lycées pour que les lycéens puissent apprendre sereinement (très haut débit, salles multimédias de qualité).

Pour garantir leur sécurité, nous voulons généraliser la vidéo-protection aux abords des lycées, clôturer les établissements « ouverts » afin de prévenir les incursions extérieures, et aider le corps professoral à exclure les faiseurs de troubles des classes.

Nous souhaitons aussi agir pour défendre la laïcité dans les établissements et veiller à son bon respect.

Debout la France rassemblant les Gaullistes, les Républicains et les Patriotes, nous souhaitons valoriser le mérite en mettant en place une bourse au mérite, en promouvant le sens de l'effort et en responsabilisant les lycéens. Nous inviterons les enseignants à transformer les heures de retenues en heurs de travaux généraux, à savoir l'entretien des lycées et la réparation des dégradations commises.

Enfin, nous évaluerons le nombre de places en internat à destination des élèves les plus éloignés et nous obligerons les restaurants scolaires à soutenir l'agriculture locale de qualité. 

MoDem : Christophe Grudler

Notre jeunesse et sa formation est l’avenir de notre région. Les exécutifs passés ont trop souvent délaissé cette position, ne tenant pas compte de la fuite de nos talents. C’est pour cette raison qu’il me semble important de devoir revoir totalement le plan Lycées franc-comtois et d’harmoniser au plus tôt les 2 approches régionales en montant nettement en gamme et en exigence de résultat 

Union de la gauche (PS…) : Marie-Guite Dufay

Nous moderniserons les lycées et les CFA, pour les rendre plus connectés, plus accessibles et plus économes en énergie, nous maintiendrons la gratuité des manuels scolaires et instaurerons la gratuité des transports scolaires, et nous mettrons en place une tarification progressive pour la restauration et l’hébergement scolaires.

Nous investirons dans la lutte contre le décrochage scolaire pour offrir une seconde chance à ceux qui en ont besoin. 

Les propositions pour la Jeunesse

FN : Sophie Montel

Pas de réponse 

UPR : Charles Henri Gallois

Réorienter les financements des lycées vers les activités périscolaires pédagogiques(visite du patrimoine historique et culturel, non seulement local, mais aussi national)

Ouvrir les esprits des lycéens à toutes les cultures du monde en leur diffusant des informations représentant les points de vue et les sensibilités d’autres civilisations :Japon, Chine, Russie, Inde, Afrique, Brésil…

UDI-LR-DVD : François Sauvadet

 Nous voulons faire de la région une terre d’opportunités pour nos jeunes, favoriser l’accès au sport et à la culture pour tous : créer des bourses au mérite, un guichet unique des aides étudiantes, un pass transport “nouvelle génération” et un conseil régional de la jeunesse.

 Alliance Écologiste Indépendante : Julien Gonzales

 Pas de réponse

EELV : Cécile Prudhomme

Nous expérimenterons un Passeport pour l’Avenir visant une plus grande autonomie des jeunes entre 18 et 26 ans.

Nous créerons un service d’accompagnement personnalisé à l’insertion professionnelle des jeunes.

Nous soutiendrons aussi les actions culturelles auprès des jeunes. 

L'Alternative à gauche : Nathalie Vermorel

Sous-payés, précaires, avec des conditions d’études souvent déplorables, notamment à l’université, sans véritable perspective, les jeunes sont les premières victimes de la crise et des politiques d’austérité. Tous les jeunes ont le droit de rêver leur avenir, d’avoir des ambitions et de les réaliser. Qu’ils vivent dans un quartier, une cité, un village, ils doivent pouvoir accéder à une offre de formation diversifiée et ambitieuse Il faut leur permettre d’accéder à une réelle autonomie et de prendre part aux décisions qui les concernent.

Nous proposons :

  • La généralisation de l’aide au permis de conduire
  • Le développement des internats de proximité permettant à tous les jeunes d’accéder à la formation de leur choix, même si elle est loin de chez eux 
  • Engagement, selon les besoins, dans la construction et la rénovation des logements étudiants et opposition systématique aux augmentations des loyers du CROUS et des tickets de restauration universitaire.
  • des tarifs de transports TER accessibles, avec étude de faisabilité sur la gratuité pour les étudiants et jeunes en formation
  • la mise en place d'une charte régionale des stages et de l'apprentissage pour garantir de bonnes conditions de formation
  • la garantie par la région qu’une même formation soit reconnue par une qualification égale dans toutes les entreprises qui dépendent de ses commandes ou de ses subventions,
  • la création d’un conseil régional des jeunes 

Lutte Ouvrière Claire Rocher

Lutte Ouvrière n'a pas répondu à nos questions dans le détail des programmes  :  "Il est évident que nous ne serons pas élus à la tête de la Région et que nous nous élevons contre tous ces politiciens qui ne sont pas avares de promesses. Promesses qu’ils jettent aux oubliettes sitôt élus. Ces élections sont politiques et il est important qu’un courant ouvrier, un courant communiste se fasse entendre à travers les élections régionales de décembre". 

Debout la France : Maxime Thiebaut

Il faut participer au financement des « Salons des métiers » dans toutes les villes moyennes de la région afin de permettre un lien entre le monde professionnel et l’école.

Nous souhaitons aussi financer des politiques de prévention pour détecter la radicalisation religieuse et éviter qu’il ne soit trop tard. 

MoDem : Christophe Grudler

Notre jeunesse et sa formation est l’avenir de notre région. Les exécutifs passés ont trop souvent délaissé cette position, ne tenant pas compte de la fuite de nos talents. C’est pour cette raison qu’il me semble important de devoir revoir totalement le plan Lycées franc-comtois et d’harmoniser au plus tôt les 2 approches régionales en montant nettement en gamme et en exigence de résultat

Union de la gauche (PS…) : Marie-Guite Dufay

Nous généraliserons à la Grande Région la carte « avantage jeunes » leur permettant ainsi de bénéficier de nombreuses réductions sur des secteurs variés tels que la culture, le patrimoine, les loisirs ou la vie quotidienne, et nous généraliserons l’aide au permis de conduire pour les jeunes de moins de 25 ans en recherche d’emploi ou de formation

Pour favoriser l’engagement des jeunes nous encouragerons le bénévolat en développant le service civique.

  • Les programmes des candidats sont présentés dans l'ordre de présentation des panneaux électoraux.  
Damien

Votre météo avec

Evénements de BOURGOGNE FRANCHE-COMTÉ