Explosion du nombre de vols de vélos à Besançon en 2015 : les conseils de la police

Publié le 15/10/2015 - 18:44
Mis à jour le 16/10/2015 - 11:15

D'après les derniers chiffres recensés par la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Doubs, le nombre de vols de vélos à Besançon a explosé depuis le début de l'année. En 2014, 17 vélos en moyenne par mois étaient dérobés en moyenne. En 2015, on en compte 42 par mois, soit une augmentation de 145%. Pour lutter contre ce fléau, la police donne quelques conseils...

fullsizerender.jpg
©Alexane Alfaro

"Beaucoup de vélos sont dérobés dans les caves, les garages, les cabanons, les locaux à vélo", indique Benoît Desferet, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) du Doubs. "On pense que ces vélos alimentent de véritables réseaux et partent vers d'autres contrées", ajoute-t-il.

Aucun secteur n'est épargné. Toutefois, les cambriolages les plus fréquents se déroulent en particulier au centre-ville et à Palente. Les vélos les plus convoités sont, bien sûr, les plus beaux et les plus chers. Depuis début 2015, 51 vélos électriques ont été dérobés à Besançon.

Bicycode®, une méthode de prévention

Il est toujours très difficile pour les propriétaires des vélos et la police d'identifier un vélo qui a été volé. En 2014, un système "simple et efficace" a été mis en place : Bicycode®. Il s'agit d'un marquage ineffaçable et facilement identifiable. Ce système est également une base de données nationale gérée par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), ce qui permet de créer un fichier des vélos marqués consultable par les forces de l'ordre pour faciliter la restitution. L'inscription est gratuite. Le marquage coûte entre 3 et 4 euros. La police suggère aux propriétaires de vélos d'utiliser ce système à titre préventif. 

Il est également conseillé d'utiliser des antivols de bonne qualité et de prêter attention aux lieux de stationnement. 

En France, on compte environ 1 000 vélos sont volés chaque jour. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Mois dans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Rassemblements familiaux : « À défaut de les interdire, il est clair qu’il faut les limiter » (Pr Limat, CHU de Besançon)

La deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 est prévue dans deux à trois semaines dans le Département du Doubs comme au niveau national. Pendant cette période, les cartes sont entre les mains de la population pour éviter que les hôpitaux soient subermergés. Pour le Professeur Samuel Limat, président de la commission médicale d’établissement au CHU de Besançon, cela passe par une limitation du nombre de personnes qui se rassemblent et particulièrement les personnes fragiles.

Hommage à Samuel Paty : la maire d’Ornans invite les habitants à poser une bougie sur leur fenêtre

Isabelle Guillame a décidé de mettre les drapeaux de la mairie d'Ornans en berne jusqu'à la fin de la semaine. Ce mercredi 21 octobre 2020, jour d'hommage national, les conseillers observeront une minute de silence. La maire d'Ornans invite les habitants "à s’associer à cet hommage et à poser une bougie sur leur fenêtre dès ce soir".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.52
légère pluie
le 24/10 à 0h00
Vent
3.9 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
98 %

Sondage