6% de fraudeurs sur le réseau Ginko

Publié le 07/11/2014 - 14:24
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:57

Le Grand Besançon et son délégataire, Besançon Mobilités, ont décidé de renforcer les contrôles pour éviter les fraudes sur le réseau Ginko. Après une période de tolérance suite au lancement du nouveau réseau bus et tram, les agents de contrôle verbaliseront désormais toute infraction.

Stop aux abus

Le taux de fraude sur le réseau urbain du Grand Besançon est estimé à 6% et représenterait un manque à gagner chaque année de 320.000 €, "ce qui équivaut au prix d’un bus articulés ou 64 abris voyageurs", signalent les responsables Ginko dans un communiqué.

Des contrôles chaque jour

Pour éviter ce phénomène qui nuit à la qualité du service offert à terme au plus grand nombre pour faciliter les déplacements, il est prévu d'ici février 2015 de déployer un important panel d’outils destinés à réduire la fraude : "contrôles inopinés, journées d’information, campagne d’affichage vont se multiplier sur cette période", est-il précisé.

Les contrôles sont effectués chaque jour sur le réseau du début à la fin des services. Les voyageurs pouvent donc être contrôlés à toute heure. Les agents de contrôle assermentés travaillent par équipe de quatre pour les bus ou de six à huit pour les trams.

Ce qu'il vous en coûtera

Pour rappel, voici quelques exemples de ce qu'il en coûtera aux fraudeurs en cas de :

  • Titre non valable : 32 €
  • Voyage sans titre : 48 €
  • Titre n’appartenant pas au voyageur : 169 €
  • Abonnement non validé : 10 €

Le règlement immédiat de l'indemnité sera demandé par le contrôleur. En cas de refus ou d'impossibilité de payer, le contrevenant devra alors présenter une pièce d’identité pour établir un procès-verbal (payables sous deux mois). Si rien n'est fait dans ce délai, c'est le trésor public qui se charge du recouvrement. À noter que la police peut aussi intervenir si la personne ne veut ou ne peut pas justifier de son identité.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

Le Groupe Chopard installe la marque BYD à Besançon

PUBLI-INFO • Le paysage automobile bisontin accueille depuis le 13 mai un nouvel acteur. Le Groupe Chopard distribue une nouvelle marque électrique en intégrant le constructeur chinois BYD, 1er constructeur mondial de véhicules 0 émission. Vous retrouvez au sein de ce nouveau showroom une gamme prête à se faire une place sur le segment des premiums avec de solides arguments : savoir-faire électrique, prestations innovantes et équipements haut de gamme.

Ligne des horologers : un hélicoptère pour sécuriser les falaises

Des travaux liés à la sécurisation des falaises situées le long de la voix ferrée sont programmés jeudi 20 juin à Besançon en contrebas de la Citadelle, côté Rivotte. Le site étant difficile d’accès par voie terrestre, un hélicoptère sera affrété afin de transporter le matériel nécessaire au chantier prévient Grand Besançon Métropole.

Bornes Battant : un compromis compliqué entre la Ville et les commerçants

Le compromis semble compliqué. D’un côté, plusieurs commerçants notent une perte sèche de leur chiffre d’affaires depuis l’installation en avril dernier des bornes dans le quartier Battant à Besançon et de l’autre, la maire qui ne semble pas vouloir déroger à ces dernières même si elle affirme rester ouverte à la discussion. On fait le point ce mois de juin 2024…

Recharger son véhicule électrique en moins de 30 minutes, c’est possible dans la station de super-chargeurs Electra à côté de Peugeot Besançon

QUOI DE NEUF ? • Le Groupe Chopard a inauguré le 6 Juin 2024 la station de bornes de super-chargeurs Electra en contre-bas de la concession Peugeot de Besançon. La proximité du boulevard favorise la facilité de recharge.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 26.43
ciel dégagé
le 25/06 à 12h00
Vent
3.47 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
60 %