Agents Ginko agressés : Jean-Louis Fousseret espère que les agresseurs "seront rapidement interpellés"

Publié le 06/02/2017 - 11:42
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:43

Deux vérificateurs du réseau Ginko ont été agressés dimanche 5 février 2017 après-midi à Besançon, dans le quartier des Clairs Soleils, alors qu’ils effectuaient un contrôle. Ils ont été conduits au centre hospitalier où ils ont été pris en charge pour des blessures sévères au visage, nez cassés notamment. 

 ©
©

"Cette agression a généré une vive émotion au sein des personnels de Besançon Mobilités et le service de transport en commun du soir a été progressivement stoppé", précise Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et président du Grand Besançon, et souhaite  faire part de "mon total soutien aux deux contrôleurs agressés, ainsi qu’aux salariés de Besançon Mobilités qui ont repris le travail ce - lundi - matin." 

Jean-Louis Fousseret "condamne avec la plus grande fermeté ces actes inconséquents, absurdes et inadmissibles. J’espère que ces individus seront rapidement identifiés et interpellés pour répondre sans délai de leurs actes devant la justice."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

agression ginko février 2017

Agents Ginko agressés : deux hommes interpellés

Deux hommes âgés de 17 et 34 ans suspectés d’avoir agressé quatre vérificateurs de tickets de transport Ginko, dimanche 5 février 2017, dans le quartier des Clairs Soleils de Besançon, ont été interpellés par la police.

Agents Ginko agressés : J. Grosperrin suggère que les contrôleurs soient armés

Après l’agression de deux agents du réseau Ginko dimanche 5 février 2017 à Besançon, Jacques Grosperrin, président du groupe Les Républicains au conseil municipal et sénateur du Doubs, dénoncent des effectifs « pas suffisants » et souhaite que les contrôleurs « soient au moins équipés d’une bombe lacrymogène ».

Faits Divers

Le MRAP de Besançon dénonce des actes racistes commis à Dole ce dimanche

Ce mercredi 22 mai 2024, le comité local du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon a tenu à apporter son soutien aux deux personnes qui ont arraché une banderole et deux pancartes sur lesquelles on pouvait lire : ''Violeurs étrangers dehors !'', durant une manifestations à Dole le dimanche 19 mai dernier.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.45
légère pluie
le 23/05 à 21h00
Vent
1.01 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
93 %