Alstom-Siemens : les engagements pris "garantissent la pérennité d'Alstom Belfort" (Le Maire)

Publié le 27/10/2017 - 08:26
Mis à jour le 27/10/2017 - 10:39

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, en visite ce jeudi 26 octobre 2017 sur le site de Alstom à Belfort, a assuré aux salariés que « les engagements pris dans le cadre du rapprochement entre Alstom et Siemens garantissent la pérennité du site ».

 ©
©

"Les engagements pris dans le cadre du rapprochement d'Alstom et Siemens garantissent la pérennité de ce site", a affirmé le ministre. La fusion doit créer un géant industriel ferroviaire européen compétitif à l'échelle mondiale. Des assurances ont été données sur le maintien des sites et des emplois pour une durée de quatre ans.

Le ministre de l'Economie a voulu rassurer les 490 salariés et les élus locaux. "L'Etat travaillera en lien étroit avec le nouvel ensemble pour garantir la compétitivité de ce site et ses débouchés". "Le site de Belfort doit être au coeur du développement du TGV du futur", a encore plaidé M. Le Maire, estimant qu'"il s'agit de la meilleure garantie d'avenir".

"Le TGV du futur"

Le TGV du futur est vu par les salariés comme l'un des projets prioritaires qui doit permettre pérenniser le site, et aussi faire face à concurrence, notamment celle du géant chinois CRRC.

Accompagné de la ministre chargée des Transports Elisabeth Borne, Bruno Le Maire était venu présider à Belfort un comité de suivi des engagements pris pour le maintien du site belfortain. Cette réunion, la 3e de ce type, était organisée en présence des syndicats et élus.

Aucune annonce n'a été faite. Mais les commandes ont été rappelées : 15 TGV pour la ligne Paris Bordeaux, 30 rames intercités, 20 locomotives de manoeuvre pour SNCF-Réseau, aide de 3,2 millions pour produire à Belfort la locomotive hybride H4, contrat de maintenance patrimoniale de 30 locomotives.

"Les travaux que nous avons engagés pour la construction d'une stratégie ferroviaire ambitieuse permettront de sécuriser les futures commandes de la SNCF et le plan de charge d'Alstom", a assuré Mme Borne. "Nous avons pu confirmer aujourd'hui qu'Alstom et l'ensemble des parties prenantes sont pleinement mobilisées pour conforter le leadership technologique et l'avenir industriel du site de Belfort", a pour sa part déclaré le PDG d'Alstom Henri Poupart-Lafarge.

Il a assuré qu'Alstom poursuit son "effort commercial en France et à l'international" et continue en parallèle à "développer" le site belfortain en tant que centre européen de référence pour la maintenance des locomotives.

Le groupe ferroviaire entend aussi "construire" l'avenir du site de Belfort par la "diversification de ses activités", a ajouté le PDG.

(Avec AFP)
  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Marche des croquettes à Besançon : un kilomètre parcouru, un repas offert aux animaux des refuges

C’est en soutien aux refuges accueillant les animaux abandonnés que l’association Lianes (Lien avec l’animal et contre l’exclusion sociale), organise une marche solidaire : la Marche aux croquettes. A l’initiative de Solidarité Peuple Animal, ellese déroulera mercredi 3 juillet 2024.

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Problèmes de management : nouvel appel à la grève aux musée des Arts et du Temps à Besançon

Après un premier mouvement de grève le 12 avril dernier, des agents des musées des Arts et du Temps de Besançon se mettront de nouveau en grève vendredi 31 mai 2024. Malgré des signalements à des élues de la maire concernant des problèmes de management de la part de leur directrice, les syndicats déplorent leur inaction.

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Audiovisuel public en grève : ”Un danger majeur pour la pérennité de la radio de service public”

Un appel général à la grève a été lancé par les syndicats de l’audiovisuel public jeudi 23 et vendredi 24 mai 2024 contre la réforme de l’audiovisuel public votée au Sénat en juin 2023 qui consiste notamment à faire fusionner les médias publics.

Défendre la place du vélo dans la ville : une Vélorution le 25 mai dans les rues de Besançon

Les manivelles et l’association vélo Besançon (AVP), convient "tous les cyclistes passionnés ou occasionnels de Besançon et du Grand Besançon" à prendre part à une vélorution le samedi 25 mai à Besançon. Le rassemblement vise à défendre la place du vélo dans l’agglomération et la nécessité d’aménagements en général particulièrement dans la rue de Vesoul, actuellement en travaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.74
légère pluie
le 17/06 à 21h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
94 %