Après Nutella, les couches pour bébés prises d'assaut

Publié le 01/02/2018 - 09:05
Mis à jour le 01/02/2018 - 11:37

Les promotions d’Intermarché sur le Nutella et les couches ayant dégénéré en bousculades remettent en lumière la "souffrance" d’une fraction de la population mais par le biais d’une opération commerciale contestable, estiment des acteurs du secteur. L'enseigne de la grande distribution a vendu de jeudi à samedi derniers un pot de 950 grammes de la célèbre pâte à tartiner à la noisette au prix de 1,41 euro au lieu de 4,50 euros.

 ©
©

Depuis mardi, ce sont les couches Pampers Baby-Dry et le café moulu Carte Noire qui sont proposés avec un rabais de 70%. Cette opération commerciale, intitulée "Les quatre semaines les moins chères de France", a donné lieu à des bousculades, voire à des bagarres dans plusieurs magasins, allant parfois jusqu'à nécessiter l'intervention de la police.

Les vidéos montrant des clients se ruant sur les pots de Nutella ont fait le tour des réseaux sociaux, ce qui a obligé Intermarché à réagir à minima en se disant "désolé pour ses clients". Et le gouvernement a condamné cette initiative commerciale mercredi.

"J'ai reçu le directeur d'Intermarché hier. Je lui ai dit que ça ne pouvait pas se renouveler, on ne peut pas avoir des scènes comme cela tous les quatre matin en France", a ainsi déclaré sur RTL Bruno Le Maire, invitant à ne pas "banaliser" les bousculades survenues.

Neuf millions de pauvres 

Interrogé sur le fait de savoir si la promotion proposée par l'enseigne de grand distribution était "saine", le ministre de l'Economie a répondu de façon négative. Un projet de loi, destiné notamment à mieux encadrer les promotions dans la grande distribution, a justement été présenté mercredi en conseil des ministres.

Pour Jean-Yves Mano, président de CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), cette polémique a au moins un mérite, celui de rappeler "qu'il y a neuf millions de pauvres dans notre pays". "Ceux qui sont au dessous du revenu moyen, qui sont à la recherche permanente du bon de réduction, de la promotion, et qui utilisent ce qu'ils ont sur leur carte de fidélité pour finir le mois... ", souligne-t-il à l'AFP.

Mais "je ne blâme pas ces personnes, dans la mesure où l'on sait que pour un certain nombre d'entre elles, ça fait partie d'une nécessité d'équilibrer leur budget, elles sont elles-même victimes, sans qu'elles s'en aperçoivent, de la promotion".

Pour Nathalie Damery, présidente de l'Observatoire Société et Consommation (Obsoco), ces images de bousculades, voire de bagarres, sont surtout "tristes", car elles reflètent "la souffrance de personnes en France qui ne peuvent pas consommer des marques en temps normal".

A cinq euros près 

Dans notre société, le "ressort de la marque est encore extrêmement fort", estime la présidente de l'Obsoco: le Nutella et les Pampers sont "emblématiques" et sont considérés par certains comme des "produits de luxe". Or, en fin de mois, certains sont à cinq euros près, rappelle-t-elle à l'AFP.

Il s'agit d'une population "moins avertie sur la qualité de l'alimentation, au capital culturel moins important, au pouvoir d'achat contraint, qui est complètement tirée par les promotions et les bas prix", explique Mme Damery.

Néanmoins, ajoute M. Mano, cette opération cache un comportement "un peu scandaleux de la part d'Intermarché, car ces gens-là ne se sont pas déplacés pour un produit, c'était un produit d'appel: ils ont fait 20-30 km avec leur voiture pour chercher du Nutella mais évidemment ils ont acheté autre chose".

"L'utilisation à des fins uniquement commerciales de la notion de pauvreté n'est pas très digne de la part d'Intermarché", estime-t-il. C'est une méthode "vieille comme le monde, conclut-il : on attire les mouches avec un peu de sucre et je ne pense pas que les populations en sortent grandies, bien au contraire".

Des pratiques que les concurrents d'Intermarché revendiquent. Ainsi, interrogé à ce sujet sur RMC/BFMTV mercredi, Michel-Edouard Leclerc, le patron des centres E. Leclerc, a répondu: "si je dis que je n'en ferai plus, je laisse la place aux autres".

 (Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Décès de Paulette Guinchard : une minute de silence observée à 12h00

La Ville de Besançon a décidé de mettre ses drapeaux en berne le jour des obsèques de Paulette Guinchard.Une minute de silence sera observée ce vendredi 5 mars 2021 à 12h00 en mairie sur l’esplanade des droits de l’Homme. Figure de la vie politique à Besançon et ancienne secrétaire d'État aux personnes âgées, elle est décédée ce jeudi 4 mars 202 à l'âge de 71 ans. Un registre de condoléances sera ouvert jusqu’à ses obsèques en mairie.

Violences conjugales : ouverture d’une permanence pour le droit des femmes à Métabief 

Suite à l’augmentation des faits de violences conjugales relevés sur de la Communauté de Communes du Mont d’Or et des Deux Lacs, la municipalité de Métabief a souhaité porter assistance aux femmes et aux familles en difficulté via le CIDFF : Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles. Il sera ouvert une fois par mois le mercredi après-midi.

À la rencontre de Gérard Vives, parrain de l’événement bisontin Lundisociable

Après être entré dans la vie des Français il y a presque 30 ans avec la série "Les filles d'à côté", Gérard Vives a continué sa carrière à la télévision, mais aussi dans le sport. Cette année, il a accepté d'être le parrain de Lundisociable qui se tiendra le 8 mars 2021 au Kursaal de Besançon. Il nous en parle...

RN57 : deux associations bisontines démontent les arguments « écolos » de LR et du PS

Suite aux nombreuses réactions médiatisées sur le projet d'aménagement de la RN57 entre Beure et Micropolis à Besançon, en particulier de Ludovic Fagaut (LR), Jacques Grosperrin (LR) et Nicolas Bodin (PS) avec des arguments "écologiques", l'Association Vélo Besançon (AVB) et Alternatiba, "très énervées" appellent "au bon sens" dans un communiqué du 27 février 2021.

Affouage 2021 à Besançon : la Ville permet à des foyers de se fournir en bois de chauffage à bon prix

Inscriptions jusqu'au 19 mars • L’état sanitaire en forêt communale de Besançon a conduit à l’exploitation d’arbres dépérissants et à la production importante de bois de qualité chauffage. Dans ce contexte, le conseil municipal a souhaité recourir à l’affouage afin de valoriser ce bois de chauffage et permettre aux bénéficiaires de satisfaire leurs besoins domestiques.

Pas de « Baby boom » après le premier confinement : la natalité en chute libre en France

Au printemps 2020, les romantiques pronostiquaient un "baby-boom" dans la foulée du premier confinement national. Ces longues journées passées sous le même toit n’allaient-elles pas rapprocher les cœurs et les corps, stimulant les désirs d’enfants ? Un an plus tard, les faits donnent plutôt raison aux pessimistes : la natalité est en chute libre en France, sur fond de morosité ambiante, selon les données publiées par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), jeudi 25 février.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.43
légère pluie
le 05/03 à 15h00
Vent
4.4 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
94 %

Sondage