Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Publié le 05/09/2019 - 17:00
Mis à jour le 05/09/2019 - 16:02

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Selon Cyril Devesa, adjoint délégué à l’Hygiène-Santé à la Ville de Besançon "avec le réchauffement climatique et la résistance aux antibiotiques le 21e siècle sera certainement celui des bactéries". Plus de tiques donc plus de bactéries ? "Étant donné qu’environ 15% des tiques peuvent transmettre des maladies, nous pouvons estimer que cette proportionnalité s’applique si le nombre de tiques augmente. Donc oui, plus de tiques c'est plus de risque. Mais une fois encore pas de panique, il faut savoir et avoir le comportement adapté" nous répond-il.

Quels réflexes à adopter ?

 "Il n’y a pas de protection absolue contre les maladies que les tiques transmettent, mais de simples précautions permettent de réduire le risque de morsure" selon la campagne de la Ville.

Ainsi la vigilance s’impose pour les professionnels travaillant dans la nature, pour les sportifs, les promeneurs, etc. Le port de vêtements couvrants et de couleur claire est recommandé pour mieux repérer les tiques. En restant sur les chemins, le randonneur pourra peut-être éviter les tiques, mais dans chaque espace vert de nos villes et de nos campagnes le danger ne peut être écarté. L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) recommande de privilégier les produits répulsifs disposant d’une autorisation de mise sur le marché AMM, qui conjuguent protection efficace et absence d’effets nocifs pour la santé humaine et l’environnement.

La surveillance des maladies transmises par les tiques en Franche-Comté

 Du fait de sa richesse en massifs forestiers, la Franche-Comté apparaît comme une région fortement exposée aux zoonoses, dont les maladies transmises par les tiques. En 2010 un réseau de surveillance a été constitué par la Cellule Régionale d’Épidémiologie en Région (CIRE) de Bourgogne Franche-Comté à la demande de l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Franche-Comté. Son objectif était d’estimer l’incidence de maladies transmises (dont la borréliose de Lyme) par les tiques en Franche-Comté et, si possible, de déterminer les zones géographiques les plus a? risque. L’étude s’est déroulée du 1er avril 2010 au 31 mars 2012. Ce réseau de surveillance était constitue? par près de 300 médecins volontaires de Franche-Comté.

Infos +

Doit-on dire "piqûre" ou "morsure" de tique ? Plus que des piqûres, les tiques mordent grâce à leur appareil buccal (le rostre) leur permettant de s'accrocher à la peau des animaux et des humains.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Entre incivilités et volonté d’accueillir des touristes, le défi à relever aux Planches-Près-d’Arbois…

Depuis deux étés (et notamment ce mois de juillet 2020), les touristes sont venus en masse (plusieurs milliers) sur le site protégé de la cascade des Tuffs aux Planches-Près d'Arbois. Bercés entre volonté d'accueillir du monde et nécessité de préserver le site, les villageois et le maire mènent des réflexions pour les saisons à venir...

L’agroalimentaire voudrait qu’industriels et collectivités accélèrent le recyclage des emballages plastiques

L'industrie agroalimentaire accélère ses efforts pour réduire le plastique, verdir ses emballages et ses processus de fabrication, mais souhaiterait que les collectivités et les industriels du recyclage en fassent autant pour améliorer la collecte et le recyclage des emballages plastique.

« Permis de louer » : Anne Vignot veut réhabiliter 520 logements au centre-ville

Habités ou non, 520 logements du centre-ville sont dans le viseur des services de la municipalité de Besançon dans la cadre de la politique de lutte contre l'habitat indigne. La Ville souhaite expérimenter sur cinq ans, dans le cadre du programme "Action Coeur de Ville", une phase de réhabilitation assortie d'aides financières. Mais elle veut aussi et surtout y adjoindre un volet énergétique. Anne vignot a interpellé à ce sujet  la ministre de la transition écologique Barbara Pompili. Le "Permis de louer" entrera en vigueur au 1er mai 2021.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.9
ciel dégagé
le 31/10 à 18h00
Vent
1.8 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
96 %

Sondage