Trois Bisontines s'aventurent dans la reprise du bar le Marulaz

Publié le 17/10/2013 - 15:18
Mis à jour le 18/10/2013 - 13:57

Juliette et Claire Touyard et leur copine Martine Girol ont décidé de reprendre le Marulaz, un bar de Besançon qui sera bientôt sans propriétaire. Elles ont déjà beaucoup d’idées mais doivent réunir assez de fonds pour pouvoir réaliser leur rêve…

 ©
©

Entreprise

C'est l'histoire de trois copines qui se connaissent depuis déjà quelques années et qui souhaiteraient ouvrir leur bar. Martine a 24 ans, elle vient de terminer ses études de sciences politiques et de sociologie des pratiques culturelles. Clara a également 24 ans et est éducatrice spécialisée. Quant à sa soeur, Juliette, 28 ans, est diplômée de philosophie et de sociologie.

Toutes les trois se sont rendues compte que trouver un travail qui rassemble toutes les valeurs qu'elles souhaitent défendre se trouvait dans l'idée d'ouvrir un bar. "Pour nous, un bar est le lieu de convivialité le plus informel où on peut mener des projets ou tout simplement boire un verre. C'est un espace de possibles : il peut y avoir à la fois des concerts, on peut s'y retrouver avec des amis et passer un bon moment etc. C'est le genre de lieu qu'il faut vraiment préserver" explique Martine, "On avait envie de mettre notre petite goutte d'eau" précise Juliette.

Un mot d'ordre : "ouvrir un espace convivial et chaleureux"

Elles savent déjà exactement ce qu'elles aimeraient faire du Marulaz. Les trois futures propriétaires ont dans l'idée d'en faire un relais de la vie associative du quartier et de la ville, de rencontre et d'échange que chacun pourra s'approprier, un vecteur d'animation de la place publique et surtout "un espace convivial et chaleureux". "Si une association a besoin de faire une réunion, on voudrait être disponible, on voudrait être des médiateurs" raconte Martine.

Pour la restauration, elles souhaitent travailler principalement avec le local : "on proposera des bons vins du coin, on fera fonctionner notre terroir parce qu'il est très riche, proposer des assiettes de charcuteries, de fromage, des tapas etc. à des prix accessibles. Et le midi, plutôt des snacks élaborés : des plats simples mais de qualité" précise Juliette.

Ces jeunes femmes souhaitent également tisser des liens avec la clientèle : "on ne veut pas parler de "clients" mais d'"usagers". Ce ne sera pas un bar d'anonymes"  précise Martine, "un bar est un lieu où on n'y cherche pas grand chose en particulier mais où on peut y trouver beaucoup de choses".

"Si tout se passe bien, on pourra ouvrir au printemps 2014"

Pour réunir des fonds, Claire, Juliette et Martine utilisent le site My major company, un site de financement participatif où chacun peut faire don d'une somme d'argent. Au départ, les elles souhaitaient rassembler 3.000 euros. Actuellement, elles ont atteint la somme de 3.650 euros (il reste moins de deux mois pour envoyer des dons). Cette somme servira à financer les travaux de réhabilitation du bar.

Mais attention ! Ces entrepreneuses ne veulent en aucun cas "dénaturer" le Marulaz : "on veut simplement lui redonner de la lumière et aussi travailler avec de la récup'. On est pas mal sensible à tout ce qui se fait avec des palettes" précise Martine. Il y aura tout de même une décoration qui reflètera la personnalité de chacune :" on veut un espace où on se sent bien avec une atmosphère un peu cosi mais qu'il faut rafraîchir un peu mais ce ne sera ni lounge ni midinette" ajoute Juliette.

Les filles ont également le soutien de la BGE, un réseau national d'appui aux entrepreneurs qui les accompagnera dans leurs démarches.

Si tout se passe bien, les trois jeunes femmes pourront accueillir leur clientèle au Marulaz au printemps 2014.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Vie locale

Le “Molière sans dealer” : un appel lancé aux habitants du quartier pour tenir une permanence dans le hall de l’immeuble

Le collectif de co-propriétaires de l’immeuble "Le Molière", situé au 5 place de l'Europe à Besançon, s’est déjà mobilisé le 18 janvier puis le 11 février 2024 dans le hall de l’immeuble pour s’opposer aux dealers. Ce lundi, une co-propriétaire lance un appel aux habitants. Une adresse mail a été mise en place pour celles et ceux qui souhaitent s’inscrire à la permanence.

Lutte contre les ilots de chaleur : la végétalisation des arrêts de bus et tram’ a commencé à Besançon

Afin d’améliorer le confort des usagers des bus et des tramways à Besançon, notamment en cas de fortes chaleurs, la Ville de Besançon et Grand Besançon Métropole a décidé de planter des arbres à proximité des arrêts les plus exposés. Le premier arbre a été planté à la station Léo Lagrange vendredi 23 février 2024 en fin de matinée par Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole, et Fabienne Brauchli, adjointe à la maire, déléguée à la Transition écologique, aux Espaces verts et à la Biodiversité.

À Besançon, la place de la Révolution se transforme…

La Ville de Besançon a initié un projet de revégétalisation de la place de la Révolution afin de s’inscrire dans un processus de transition écologique et ainsi lui rendre sa verdure et sa fraîcheur. Lancés en septembre 2023, les travaux de cette “révolution végétale” ne cessent de faire évoluer la place. En ce mercredi 14 février 2024, où en sont ces transformations ?

Planoise : “le traitement de la situation place de l’Europe est une priorité” (préfet du Doubs)

Le collectif de co-propriétaires de l’immeuble "Le Molière" s’est installé depuis dimanche 11 février 2024 dans le hall du bâtiment, situé 5 place de l’Europe à Planoise pour s’opposer aux dealers. Interpellé lors de sa venue sur le sujet, Gérald Darmanin assurait que le préfet du Doubs allait se rendre sur place. C’est chose faite.

Bottière nouvellement installée à Besançon, Marine Fay partage ses astuces bichonnage

Arrivée de Paris, Marine Fay est une jeune bottière qui dispose depuis cet été d’un atelier dans les locaux du collectif Hop hop hop place Saint-Jacques à Besançon. Elle propose depuis le début d'année des ateliers de "bichonnage" pour chaussures en cuir tous les premiers samedis du mois de 15h à 16h15 à Besançon. 

Développement international, éducation, citoyenneté, solidarité… L’appel à projets 2024 de la Ville de Besançon est ouvert aux associations

La Ville de Besançon soutient les associations bisontines engagées dans un projet de solidarité internationale ou d’éducation à la citoyenneté mondiale, en leur apportant une aide financière d’un montant total de 15.000 euros répartis entre les différents projets retenus, par le biais d’un appel à projets. Les associations peuvent candidater avant le 1er avril 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.19
légère pluie
le 26/02 à 15h00
Vent
1.43 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
79 %