Besançon : fin de garde à vue pour les deux Gilets Jaunes

Publié le 27/02/2019 - 18:31
Mis à jour le 27/02/2019 - 18:33

Mise à jour à 18h31 •

Convoqués à 8h30 au commissariat de Besançon ce mercredi 27 février 2019, Kévin Binda, Gilet Jaune et Frédéric Vuillaume, membre du syndicat Force Ouvrière et Gilets Jaunes sont respectivement sortis de garde à vue à midi et 16h30. Ce matin, une trentaine de personnes s'était réunie dès la première heure afin de les soutenir. Une réunion publique est organisée par les Gilets Jaunes ce mercredi soir à 20h30 à Montferrand-le-Château.

"On a été auditionné mais ils n'ont rien retenu contre nous", explique Frédéric Vuillaume en ajoutant : "c'est une garde à vue abusive, je ne suis pas un bandit". Concernant les faits qui leur sont reprochés, Kévin Binda a été entendu pour "participation à un attroupement après sommation de dispersion" ainsi qu'à la "participation à un groupement en vue de commettre des dégradations". Les mêmes faits ont été reprochés à Frédéric Vuillaume qui a également été entendu pour "entrave à la circulation" et "organisation de manifestation sans déclaration préalable en préfecture".

Les gardes à vue ont été levées, mais "une enquête est toujours en cours", nous indique-t-on. Ces infractions pourraient "concerner d'autres manifestants sous réserve d'identification", est-il précisé.

Ce matin, nous avions rencontré Kévin Binda et Frédéric Vuillaume avant leur garde à vue :

8h30. Les grilles du commissariat sont toujours fermées ce mercredi. Devant, une trentaine de manifestants (pour la plupart des Gilets Jaunes ayant pris part aux précédentes manifestations), sont mobilisés. Ils trouvent anomal la convocation de Frédéric Vuillaume et de Kévin Binda et viennent les "soutenir : " Se sont des Gilets Jaunes, des amis, des soutiens", explique Frédéric Vuillaume qui assure "être pacifiste et ne jamais avoir balancé une pierre". "C'est de l'intimidation en fait", ajoute Kévin Binda, pour la troisième fois convoqué : "on a absolument rien fait, ce n'est pas normal".


Le 13 février dernier, une cinquantaine de personnes s'étaient également réunies devant le commissariat de Besançon afin de protester contre la mise en garde à vue de deux Gilets Jaunes, dont la femme de Frédéric Vuilaume. Elle avait été convoquée pour  participation à un attroupement "malgré les sommations" et « complicité dans les violences » à l’encontre des forces de l’ordre. L'autre homme, lui aussi en garde à vue, avait été lui convoqué pour jets de projectiles. L'intersyndicale Solidaires-FSU- CGT-FO avait notamment tenu à adresser leur soutien à Fréderic Vuillaume dans un communiqué suite au courrier du préfet reçu par ce dernier Il stipulait que le droit de manifester était encadré par le principe de la déclaration préalable.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Une centaine de colis alimentaires et de cadeaux pour Noël distribués par la Banque du bénévolat à Besançon

Après avoir collecté des denrées alimentaires et des jouets à l'entrée de supermarchés, la Banque du bénévolat et de l'entraide distribue depuis mardi 22 décembre et jusqu'à ce soir une centaine de colis à des familles dans la précarité en cette période de crise sanitaire.

Assistance et accompagnement renforcé pour les étudiants de Bourgogne Franche-Comté durant les congés de fin d’année

Durant les congés universitaires de cette fin d’année, les équipes du Crous et des établissements d’enseignement supérieur restent mobilisées pour accompagner les étudiants de Bourgogne-Franche-Comté. Une aide financière d’urgence de la Région vient renforcer ces dispositifs de soutien à hauteur de 135 000 euros.

Nouvelle interpellation de Frédéric Vuillaume à Dijon : Force ouvrière dénonce « une atteinte à la libre expression du droit syndical »

Dans un communiqué du 21 décembre 2020, le syndicat Force ouvrière de Franche-Comté condamne l'interpellation "musclée" et la garde à vue "abusive de 45 heures" de son secrétaire général Frédéric Vuillaume à l'issue d'une manifestation le 5 décembre à Dijon.

« Violence sociale », « destruction des libertés » : 200 personnes au centre-ville de Besançon ce samedi

Un nouveau rassemblement s'est déroulé ce samedi 12 décembre 2020 à 14 heures place de la Révolution à Besançon pour continuer de dénoncer le projet de loi dit de "sécurité globale" et les mesures "liberticides" pour lutter contre l'épidémie de covid-19, le terrorisme... Pour rappel, le Préfet du Doubs a pris un arrêté interdisant les manifestations et les rassemblements revendicatifs dans certaines rues du  centre-ville de Besançon ce samedi. La Place de la Révolution n'en faisait pas partie.
 
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.36
couvert
le 18/01 à 21h00
Vent
1.52 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
98 %

Sondage