Canal Saône-Rhin : les premières réactions…

Publié le 22/04/2009 - 07:39
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:30

Les partisans d'une nouvelle version d'un grand canal Saône-Rhin passant par la Haute-Saône ont fait valoir lundi à Colmar que ce projet serait plus rentable que celui présenté par les Lorrains via la Moselle.

 ©
©
Marie-Guite Dufay (PS), présidente du conseil régional : « En premier lieu, la liaison fluviale, dont le coût est estimé entre 8 et 10 milliards d’euros, n’aurait qu’un impact limité sur le transport par la route, réduisant d’environ 10 % le trafic poids lourds ». Marie-Guite Dufay regrette que « cette étude s’inscrive dans une logique de rivalité avec le tracé Moselle-Saône. Elle ne tient pas à s’immiscer dans les querelles entre les collectivités lorraines et alsaciennes. De plus, cette étude n’apporte aucun élément nouveau, si ce n’est un hypothétique tracé traversant le département de la Haute-Saône d’Est en Ouest ».
 
Françoise Branget (UMP), députée du Doubs : « Il s’agit d’une étude d’opportunité qui répond à des exigences écologiques, celles de désengorger les réseaux routiers qui sont à saturation en minimisant les rejets de gaz à effet de serre, en construisant un réseau fluvial moderne à même de respecter la faune et la flore ainsi que la qualité de l’eau. C’est aussi une réelle opportunité de développement économique, capable de générer 24 000 emplois en Franche-Comté à l’horizon de 2030 et d’irriguer un tissu économique dense sur son passage ».
 
Marc Borneck (Les Verts), conseiller régional : « Les élus Verts observent avec amusement, mais également avec une certaine perplexité, le retour du projet - pour ne pas dire du fantasme de grand canal - dans le discours de certains éléments de droite. A croire que les dignes héritiers de ce délire des années 80 ont tout oublié des éléments qui rendaient et rendent toujours aussi absurde un tel projet. La droite la plus rétrograde ressort son joujou : gaspiller des milliards d'argent public pour engraisser les bétonneurs ».
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

Deux Français sur trois ne respectent pas toujours le corridor de sécurité

Deux tiers des Français (67 %) ne respectent pas systématiquement la règle obligatoire du corridor de sécurité, destinée à protéger les patrouilleurs des routes dont quatre sont décédés depuis le début de l'année, selon une étude publiée mardi 24 mai. Un conducteur sur cinq interrogé pour le baromètre 2022 de la Fondation Vinci Autoroutes ne connaît pas cette règle entrée dans le Code de la route en 2018, un chiffre cependant en baisse de huit points par rapport à 2021.

Ginko met en place son "fraudomètre", une première en France

Lier technologie et sciences comportementales pour réduire la fraude. À compter de ce lundi 9 mai et jusqu'en juillet 2022, Kéolis Besançon Mobilités teste sur les lignes Lianes 4 et 5 un dispositif pour inciter les usagers à voyager avec un titre de transport. Comment cela ? Explications.  
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.44
ciel dégagé
le 26/05 à 3h00
Vent
1.33 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
100 %

Sondage