Alerte Témoin

Carotte et bâton : des femelles singes incitent les mâles à aller au combat

Publié le 23/11/2016 - 12:04
Mis à jour le 23/11/2016 - 14:25

Les femelles des singes verts incitent les mâles à participer à des bagarres contre d'autres groupes rivaux en récompensant les courageux et en agressant les prudents, selon une étude scientifique publiée ce mercredi 23 novembre 2016.    

singe_vervet.jpg
©JUAN MABROMATA / AFP

Insolite

"C'est la première fois que l'on démontre qu'une autre espèce que les humains est capable d'utiliser des tactiques de manipulation, comme la punition ou la récompense, pour inciter à participer à des batailles entre différents groupes", a déclaré à l'AFP Jean Arseneau, spécialiste des primates à l'Université de Zurich.

Ces singes (Chlorocebus aethiops pygerythrus) également appelés singes Vervet, vivent en Afrique et sont reconnaissables notamment à leur face noire bordée de poils blancs. Leur pelage est souvent de couleur vert-jaune sur le dos. Ils vivent en groupes et les femelles prennent part aux batailles lorsque de la nourriture est en jeu.

Une équipe de chercheurs basés en Suisse et en Afrique du Sud a étudié pendant deux ans des groupes de singes Vervet dans une réserve en Afrique du Sud. Les résultats de l'étude sont publiés mercredi dans Proceedings of the Royal Society B.

Ils se sont aperçus qu'après une escarmouche, les femelles utilisaient parfois "la carotte et le bâton" pour inciter les mâles à se jeter dans l'arène les fois suivantes. Concrètement, elles épouillaient les valeureux mâles qui venaient de s'exposer au combat. À l'inverse, elles criaient puis s'approchaient de façon menaçante de mâles qui s'étaient tenus prudemment à l'écart. Parfois, elles allaient jusqu'à les courser et à les agresser physiquement.

Avant d'attaquer un mâle, qui est 1,5 fois plus gros qu'une femelle, elles prenaient soin de former "une coalition" (de deux femelles ou plus) pour éviter des rétorsions risquées, souligne Jean Arseneau. Une double stratégie payante. Les mâles câlinés "continuaient à aider lors des batailles suivantes", indique Jean Arseneau. Et les mâles semoncés rejoignaient les rangs des combattants.

"Les femelles utilisaient ces tactiques de manipulation lorsque de la nourriture intéressante était en jeu, car elles en ont besoin pour élever leurs petits", relève le scientifique. "Recruter des mâles augmentaient leurs chances d'avoir accès à ces ressources".

Mais pourquoi les mâles acceptent-ils de prendre le risque de s'exposer dans des batailles avec d'autres groupes ? Pour leur stratégie reproductive. "Être puni peut dégrader les relations sociales avec les femelles du groupe", soulignent les chercheurs dans l'étude. "À l'inverse, être récompensé peut renforcer les liens et signaler aux autres femelles du groupe que le mâle objet d'attentions est un partenaire social valable", ajoutent-ils.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Journée nationale de la qualité de l’air ce mercredi

Comment préserver l'air ? • Ce 16 septembre 2020 se tient la 6° édition de la « Journée nationale de la Qualité de l’Air », organisée par le Ministère de la Transition écologique, en partenariat avec le réseau national des Associations Agréées pour la Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA).

Bourgogne : les professionnels attendent un millésime 2020 « remarquable »

Le millésime 2020 s'annonce "remarquable" en Bourgogne, selon l'interprofession, qui s'est félicité jeudi de la bonne résistance de ses vins à l'export malgré un contexte économique mondial difficile, aggravé par la crise sanitaire. En terme de volume, bien que la pluviométrie cet été a été "minimale", les viticulteurs prévoient une année "autour de la moyenne", après une très faible récolte en 2019 dûe aux aléas climatiques.

L’automobile à hydrogène : un segment de niche, mais une vision d’avenir

Propulser des voitures, bus ou camions sans aucune émission polluante, c'est la promesse de la pile à hydrogène, dont la filière démarre lentement, mais pourrait s'imposer à terme face aux batteries rechargeables. Le constructeur PSA devrait lancer les premiers véhicules utilitaires à hydrogène (Peugeot Expert, Citroën Jumpy et Opel Vivaro) fin 2021.

Le train à hydrogène en France : pas avant 2025

Avec un train de retard sur l'Allemagne, pays dans lequel il est déjà sur les rails, l' hydrogène pourrait bien arriver d'ici 2025 en France grâce un plan de relance et l'annonce ce mardi d'un plan d'investissement de 7 milliards d'euros en faveur de cette filière énergétique sur laquelle mise la région Bourgogne Franche-Comté. Garantis "à zéro émission", les trains à hydrogène émettent uniquement de la vapeur d'eau et de l'eau condensée.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     15.09
    couvert
    le 21/09 à 0h00
    Vent
    0.96 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    95 %

    Sondage