De la crise de jalousie au vaudeville devant la justice

Publié le 26/09/2012 - 20:37
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:21

Un septuagénaire a été condamné à 6 mois de prison avec sursis, ce mercredi 26 septembre 2012, pour avoir harcelé et poursuivi son ancienne maîtresse en voiture, jusque devant le commissariat de Besançon où il s’en est pris à un policier.

Procès

Au printemps dernier, ce grand bonhomme de 76 ans a été remercié par sa maîtresse après une relation de 5 ans. Le moustachu au crâne dégarni n’a pas supporté. Il s’est alors mis à harceler la dame et son nouveau compagnon, septuagénaires également. «Je voulais avoir une explication avec lui, entre hommes et lui dire qu'elle se fichait de nous, qu'elle avait deux amants», a expliqué le prévenu, devant le tribunal correctionnel de Besançon.

Il poursuit le couple jusqu'au commissariat...

Le 17 août, ce président d'une association d'écoute de personnes en détresse, sans aucun antécédent judiciaire, franchit la ligne rouge. Il se rend au domicile du couple qu’il poursuit en voiture jusque devant le commissariat de police de la gare d’eau, à Besançon. Un policier en civil tente d’intervenir pour calmer l’homme. Mais ce dernier accélère et fonce, heureusement sans faire de blessé, ni de dégât.

L'avocate du prévenu Me Sylvie Galley déplore les «rebondissements vaudevillesques de cette histoire malheureuse qui aurait du resté privée», estimant néanmoins que les torts sont partagés. Malgré les regrets de l’ex, jaloux, le procureur Alain Saffar a requis 10 mois de prison.

Le tribunal l’a finalement condamné à 6 mois de prison avec sursis mise à l'épreuve, interdiction d'approcher ses victimes, de détenir une arme et au retrait de son permis de conduire

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Le MRAP de Besançon dénonce des actes racistes commis à Dole ce dimanche

Ce mercredi 22 mai 2024, le comité local du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon a tenu à apporter son soutien aux deux personnes qui ont arraché une banderole et deux pancartes sur lesquelles on pouvait lire : ''Violeurs étrangers dehors !'', durant une manifestations à Dole le dimanche 19 mai dernier.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.23
couvert
le 26/05 à 6h00
Vent
0.67 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
97 %