Des policiers "usés"

Publié le 08/04/2016 - 08:50
Mis à jour le 08/04/2016 - 09:58

Quelques milliers de policiers – 8.000 selon l’organisateur, plus de 2.000 selon d’autres sources policières – ont manifesté ce jeudi 7 avril dans les rues de Paris afin de réclamer, entre autre, l’augmentation d’une « prime de risque » sur fond d’attentat et d’état d’urgence qui « use » les troupes. Près de 200 policiers de Bourgogne Franche-Comté ont fait le déplacement.

 ©
©

Unité-police SGP-FO, second syndicat de gardiens de la paix, avait appelé ses troupes à manifester aux environs de la place Beauvau, siège du ministère de l'Intérieur, jusqu'à ceux de Matignon, sans passer par ces lieux symboliques.  Le syndicat s'estime insatisfait des promesses du gouvernement faites en 2015 à la suite d'une première manifestation ayant rassemblé place Vendôme des milliers de policiers à l'appel de tous leurs syndicats, du gardien au commissaire. 

Le président de la République avait alors reçu les représentants des policiers et des gendarmes annonçant la mise en place d'un plan global et promettant des moyens, des améliorations de carrière et de travail, selon un plan triennal. Pour FO, a dit son secrétaire général Yves Lefebvre à l'AFP, "le compte n'y est pas". Le point d'achoppement, selon lui, est une "revalorisation conséquente" de l'indemnité dite de sujétions spéciales (ISSP), la "prime de risque" dans le jargon policier.  

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a proposé cette semaine aux eprésentants des forces de l'ordre une augmentation de deux points sur quatre années de l'ISSP, selon les syndicats de police, ainsi que des amélioration de carrières.  Il est prévu de signer un protocole d'accord lundi prochain à Beauvau avant une nouvelle rencontre avec François Hollande mardi comme celui-ci s'y était engagé. "Ce n'est pas assez au regard de l'effort fourni par nos collègues" depuis les attentats et la mise en place de l'état d'urgence fin 2015, dit M. Lefebvre.  "Ça peut paraître obscène de manifester en ce moment", a renchéri Jean-Pierre, un manifestant en poste en Haute-Normandie. Mais il n'"est pas incongru de demander notre juste dû au gouvernement. On est usés, épuisés". Les autres syndicats de police, sollicités par Unité-SGP, n'avaient pas appelé à manifester. 

 Jean-Claude Delage, secrétaire général d'Alliance (1er syndicat de gardiens), a déclaré  "être "toujours dans la négociation" notant des"avancées", des "verrous (qui) ont sauté". "Rien n'est conclu", selon lui, mais son syndicat, selon des membres de l'administration policière,"devrait signer" le protocole.  "C'est bizarre", a dit l'un d'eux sous anonymat, "c'est un syndicat (Alliance) réputé proche de la droite qui va signer" et "un syndicat réputé proche de la gauche (Unité SGP) qui manifeste". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Marche des croquettes à Besançon : un kilomètre parcouru, un repas offert aux animaux des refuges

C’est en soutien aux refuges accueillant les animaux abandonnés que l’association Lianes (Lien avec l’animal et contre l’exclusion sociale), organise une marche solidaire : la Marche aux croquettes. A l’initiative de Solidarité Peuple Animal, ellese déroulera mercredi 3 juillet 2024.

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Problèmes de management : nouvel appel à la grève aux musée des Arts et du Temps à Besançon

Après un premier mouvement de grève le 12 avril dernier, des agents des musées des Arts et du Temps de Besançon se mettront de nouveau en grève vendredi 31 mai 2024. Malgré des signalements à des élues de la maire concernant des problèmes de management de la part de leur directrice, les syndicats déplorent leur inaction.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.99
légère pluie
le 22/07 à 09h00
Vent
2 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
82 %