Chantage sexuel par un prof de théâtre : deux ans ferme en appel

Publié le 30/11/2021 - 17:05
Mis à jour le 30/11/2021 - 17:46

Comme en première instance. La Cour d’appel de Besançon a suivi les réquisitions de l’avocat général et confirme la peine de quatre ans de prison dont deux ferme à l’encontre de Guillaume Dujardin qui n’a désormais plus le droit d’enseigner.

 ©
©

La cour d'appel de Besançon a confirmé mardi la condamnation d'un professeur de théâtre de renom à quatre ans d'emprisonnement, dont deux avec sursis, pour harcèlement, agression et chantage sexuel sur une dizaine de ses étudiantes qu'il faisait répéter nues.

Une interdiction définitive d'exercer en tant qu'enseignant et metteur en scène a également été prononcée à l'encontre de Guillaume Dujardin, 50 ans, ancien professeur de théâtre à l'Université de Franche-Comté.

La peine prononcée mardi, conforme aux réquisitions, est identique à la décision de première instance, rendue en octobre 2020.

Au total, huit anciennes étudiantes et un ancien étudiant du Diplôme d'études universitaires scientifiques et techniques (DEUST) de théâtre de Besançon s'étaient portés partie civile pour des faits commis entre 2014 et 2017.

Les victimes ont toutes dénoncé "l'emprise" de ce professeur charismatique et renommé, qui leur proposait des séances de "travail" en dehors des heures de cours, souvent le soir et parfois en tête à tête chez lui, pour révéler les grandes comédiennes qu'il disait voir en elles.

Le "moteur théâtral" de ces séances, comme il l'appelle, était souvent la nudité et la sexualité des étudiantes auxquelles il demandait de répéter nues. Les jeunes femmes, dont certaines ont sombré psychologiquement, ont décrit à la barre les exigences de ce "mentor" qui leur demandait de "se frapper", "s'embrasser", "se goûter", "se toucher les parties intimes" ou de "simuler des orgasmes et des viols".

Pour leur avocate, Me Anne Lassalle, il utilisait "l'emprise d'un professeur sur ses élèves" pour "réaliser ses fantasmes". Le professeur, connu en France pour avoir créé le Festival de caves à Besançon, a contesté l'ensemble des faits lors de l'audience devant la cour d'appel en septembre dernier. Son avocat, Me Mikaël Le Denmat, a pour sa part souligné que les plaignantes étaient bien des "étudiantes", des adultes responsables de leurs actes, et non des "élèves" mineures

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Pédopornographie : des habitantes demandent à Macron la révocation de leur maire

Des habitantes d'un village de Côte-d'Or ont écrit à Emmanuel Macron, lui demandant de révoquer leur maire dont le refus de démissionner, malgré des poursuites pour consultation d'images pédopornographiques, est déjà contesté par une pétition, a-t-on appris vendredi 9 décembre 2022 auprès des auteures de la lettre.

Après Camaïeu, les magasins Go Sport pourraient également fermer...

Le parquet de Grenoble a convoqué la direction de Go Sport le 19 décembre pour en savoir plus sur la situation financière du distributeur spécialisé dans le sport, propriété du même actionnaire que Camaïeu, Hermione People and Brands (HPB), alors que les représentants de salariés s'inquiètent, a appris l'AFP lundi 5 décembre 2022. Trois magasins Go Sport sont installés en Franche-Comté dont un à Besançon, et deux en Bourgogne.

Covid-19 : le radiologue et sénateur de Côte-d’Or Alain Houpert fait appel de sa suspension après avoir

Le radiologue Alain Houpert, également sénateur LR de Côte-d'Or, a annoncé lundi 5 décembre 2022 faire appel de sa suspension par l'Ordre des médecins, pour "fautes déontologiques", après avoir notamment défendu un traitement à base de miel, de vitamine D et d'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.48
couvert
le 09/12 à 21h00
Vent
1.3 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
91 %